Le livre numérique en questions

couverture de [REVUE_ID_NUMPUBLIE]

"Le livre numérique en questions", tel est le titre du dossier thématique de la revue lilloise "Etudes de Communication"  que Sylvie Bosser et Françoise Paquienséguy ont coordonné tout récemment. Il vient d'être publié sous forme papier mais également numérique. Il est disponible sur ici : http://www.cairn.info/revue-etudes-de-communication-2014-2.htm

Elles ont souhaité, à partir de sept articles, porter trace des principaux questionnements à l'œuvre sur le livre numérique et ce dossier met particulièrement l'accent sur les comportements jeunes publics, les stratégies des bibliothèques et l'innovation en termes d'écriture et de lecture sur support numérique. Il met également en valeur plusieurs contributeurs réguliers de notre séminaire.

 

Le livre et l’écran : mariage interactif

Le 4 mars 2013 par Nathalie Paquet

À l’heure où le livre est chamboulé dans sa chair, de belles expérimentations articulant papier et numérique sont nées. Il est d’ailleurs amusant de voir que certains livres cherchent leur (nouvelle) identité. Au sortir du hackathon Print is not Dead, Nathalie Paquet revient sur les expériences proposées par le livre numérique.

Lire la suite : http://www.knowtex.com/blog/le-livre-et-lecran-mariage-interactif/

Source : Knowtex Blog

eBooks : livres augmentés ou livres diminués ?

Le 13 septembre 2012

L'appel des 451, exprimant les intérêts corporatistes à courte vue des acteurs de la "chaîne du livre", oublie les enjeux fondamentaux liés au livre numérique, au centre desquels les droits des lecteurs. Notre chroniqueur Calimaq se charge de nous les rappeler.

lire la suite : http://owni.fr/2012/09/13/ebooks-livres-augmentes-ou-livres-diminues/

Source : OWNI

première séance du séminaire Ecritures numériques et Editorialisation - Pratiques de recherche et de production de la connaissance 2014/2015

Bonjour,

Nous sommes heureux de vous inviter à première séance du séminaire Ecritures numériques et Editorialisation - Pratiques de recherche et de production de la connaissance 2014/2015 ce jeudi 20 novembre à 18h00 salle Triangle du Centre Pompidou.

Cycle 2014-2015 : Pratiques de recherche et de production de la connaissance

L’éditorialisation est un processus complexe résultant des interactions entre des contenus (ou des ressources), un environnement technique (le réseau, les serveurs, les plateformes, les CMS, les algorithmes des moteurs de recherche), des structures et formats (l’hypertexte, le multimédia, les métadonnées), et des pratiques (l’annotation, les commentaires, les recommandations via réseaux sociaux). Ce processus d’organisation et d’agencement des contenus numériques est par essence ouvert et dynamique.
Une éditorialisation, en tant que dispositif de mise en forme et de structuration d’un contenu, n’est pas limitée à un contexte fermé et bien délimité (une revue, par exemple) ni à un groupe d’acteurs prédéfinis (les éditeurs), mais implique au contraire une ouverture dans l’espace (multiplicité de plateformes) et dans le temps (plusieurs acteurs sur des temporalités multiples). Cette ouverture est une des principales différences entre l’édition et l’éditorialisation.
Si l’édition telle que nous l’avons connue entre le XVIIIe siècle et nos jours a été le principal dispositif de production et d’agencement de la connaissance, sa fonction est aujourd’hui progressivement bouleversée et renouvelée par l’éditorialisation qui transforme en profondeur les modes de circulation et d’appropriation des idées.
Dans ce cadre : que devient la recherche qui a justement fondé son régime de vérité sur l’édition et la publication ? Comment la recherche, l’activité de production de la connaissance par excellence, est-elle modifiée par les pratiques numériques ? C’est la question à laquelle le séminaire de cette année tentera de donner une réponse, proposant une réflexion sur différents aspects de la recherche - notamment dans le domaine des SHS - impactés par les nouvelles formes d’éditorialisation. Nous proposerons une analyse de ces nouveaux modèles de recherche, à partir des formes de publications qui ont émergé depuis la naissance du web - comme les blogues - en passant par les pratiques de veille et de récolte de l’information par les chercheurs, les questions d’archivage et le problème de la légitimation des contenus.

Le séminaire est réalisé en collaboration par la revue Sens Public, l’Iri, et l’Université de Montréal, soutenu par la MSH Paris-Nord. Il a été créé en 2009 en partenariat avec le laboratoire Invisu (INHA-CNRS).

Programme complet :  http://seminaire.sens-public.org/

Flyer : http://www.iri.centrepompidou.fr/wp-content/uploads/2014/11/Programme-Ecritures-numeriques-2014-2015.pdf

Séance du 20 novembre 2014 :

Entre blogue et revue savante : hybridation des pratiques de recherche

avec Benoît Melançon, Celya Gruson-Daniel, Joëlle Le Marec
Salle Triangle – Centre Pompidou
Entrée gratuite sur inscription : http://www.iri.centrepompidou.fr/evenement/nouvelles-formes-editorialisation
Débutera une demi-heure plus tard que d’habitude : 18h à Paris, 12h à Montréal.

 

En démultipliant les formes de lecture et d’écriture dans la société non-savante, le numérique a favorisé l’émergence de pratiques nouvelles où se mêlent communication, collection, archivage, littérature, etc. Dans ce contexte de fluidification des formes d’écriture, les pratiques des chercheurs se sont elles aussi diversifiées, empruntant souvent à des formes de production de contenus jusqu’alors inexistantes dans les méthodologies de la recherche.
Cette hybridation des pratiques que l’on observe depuis peu semble ouvrir la recherche et la communauté de chercheurs à de nouvelles formes de production de savoir, bouleversant le processus classique de légitimation et de certification des connaissances.

Benoît Melançon est professeur titulaire au Département des littératures de langue française <http://littfra.umontreal.ca/accueil/ <http://littfra.umontreal.ca/accueil/> >  de l’Université de Montréal <http://umontreal.ca/ <http://umontreal.ca/> >  et directeur scientifique des Presses de cette université. Depuis 2008, il est membre de la Société royale du Canada. Il est très actif dans le domaine de la littératique, soit les relations entre littérature et informatique. Il a publié des textes sur ce sujet, notamment le livre Sevigne@Internet. Remarques sur le courrier électronique et la lettre <http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/sevigne.html> (1996 ; 2011 pour la réédition numérique augmentée), qui lui a valu nombre de comptes rendus et d’entrevues à l’étranger. Depuis 1992, il distribue une bibliographie électronique du XVIIIe siècle : en juillet 2012, cette bibliographie en était à sa 217e livraison et elle comptait plus de 26 000 titres. Depuis le mois de juin 2009, il tient un blogue, L’Oreille tendue <http://oreilletendue.com/ <http://oreilletendue.com/> > .

Celya Gruson-Daniel est diplômée de l’ENS et de l’UPMC en neuroscience cognitive et comportementale. Cofondatrice de l’association HackYourPhD <http://hackyourphd.org/ <http://hackyourphd.org/> >  (et ingénieur de recherche en charge des MOOC au Centre Virchow-Villermé), elle observe et essaie de comprendre l’émergence et les caractéristiques de communautés innovantes.

Joëlle Le Marec est PR en sciences de l’information et de la communication au CERILAC <http://ufrlac.lac.univ-paris-diderot.fr/CERILAC_WEB/ <http://ufrlac.lac.univ-paris-diderot.fr/CERILAC_WEB/> >  (Centre de Recherches sur les Lettres Arts Cinéma),  axe "Esthétique, Médias, Oralité Images".
Ses recherches portent sur les pratiques et publics des musées et des médias, sur les pratiques de communication dans la recherche et dans l’enquête, sur les médiations culturelles des savoirs.

source : [NumerUniv-Quotidien] et <contact@iri.centrepompidou.fr>

Séminaire Ebook AN4 séance du lundi 8 décembre 2014

La  séance du séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans : « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »  sous la Direction de Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon et de Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2, a eu lieu le lundi 8 décembre 2014, dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h.

Télécharger le compte-rendu de la séance

Nous avons eu le plaisir d’écouter deux interventions :

La première : « Les plateformes de prêts à destination des bibliothèques publiques »

Par Aude INAUDI, GRESEC, Université Grenoble Alpes, et Pierre BARBAGELATA, Laboratoire I3M, Université de Toulon.

Télécharger la présentation de l'intervention

Résumé de l’intervention :

Le travail de terrain qui sera présenté s’appuie sur l’observation de deux dispositifs de bibliothèque numérique (un à destination de publics scolaires, l’autre porté par une bibliothèque municipale à destination de ses usagers). Il révèle les tensions qui s’exercent sur la politique d’acquisition conduite par les bibliothécaires et l’analyse souligne également l’évolution de la médiation du livre numérique assurée, dès lors, à la fois par les bibliothécaires et par les plateformes spécialisées dans le prêt numérique. Autrement dit nous interrogeons ici la place et le rôle de chacun de ces acteurs dans la chaine du livre et nous soulignons, dans le domaine de la lecture publique où les enjeux économiques et sociaux sont importants, un possible glissement des prérogatives.

Les plateformes de prêts à destination des bibliothèques publiques

Aujourd’hui, des efforts importants (réflexion, temps, formations, financements) sont consentis par les bibliothèques publiques pour se positionner en médiateur du livre numérique aux bénéfices de leurs usagers (Claerr, 2013). Pour ce faire, elles constituent leurs collections (Bermès, 2010) à partir de plateformes dédiées et proposées par des éditeurs, des groupements d’éditeurs ou encore des intégrateurs spécialisés. Or l’offre à laquelle elles ont accès apparaît encore restrictive par rapport à celle quasi sans limite du livre papier : tous les titres numériques ne sont pas nécessairement disponibles pour le prêt numérique, en particulier les nouveautés, les séries ou encore les auteurs à grand succès ; les droits de prêts sont contraints par les plateformes elles-mêmes (nombre de prêt autorisés pour un titre, durée restreinte, ...) ; le coût pour un titre est souvent supérieur à celui d’un livre papier...

Dès lors, dans cet écosystème, comment ces bibliothèques peuvent-elles construire un fonds pertinent, attrayant et susceptible de trouver son public ? Dans quelle mesure est-il encore possible de proposer des collections « représentatives, chacune à son niveau ou dans sa spécialité́, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions éditoriales1 » ? Confrontés à des évolutions substantielles de leur cadre professionnel, comment les bibliothécaires peuvent-ils agir et accomplir leurs tâches au mieux de leurs compétences et de leurs missions ? De leur côté, quelles médiations mettent en place les plateformes de prêt numérique ? Entre librairies, éditeurs et bibliothèques, elles peuvent être plateforme de vente et/ou plateforme de prêt, cette dualité n’est-elle pas porteuse de confusions ?

Notre étude relève, à travers l’observation de deux dispositifs de bibliothèque numérique (un à destination de publics scolaires, l’autre porté par une bibliothèque municipale à destination de ses usagers), les tensions qui s’exercent sur la politique d’acquisition conduite par les bibliothécaires. Elle souligne également l’évolution de la médiation du livre numérique assurée, dès lors, à la fois par les bibliothécaires et par les plateformes spécialisées dans le prêt numérique. Autrement dit elle interroge la place et le rôle de chacun de ces acteurs dans la chaine du livre. Elle pointe, dans le domaine de la lecture publique où les enjeux économiques et sociaux sont importants, un possible glissement des prérogatives.

Pour cela nous mobilisons les cadres théoriques de l’impensé et ceux de la diffusion d’une innovation. Partant du principe que l’impensé est un discours (Robert, 2012), nous analysons à la fois celui des porteurs de plateformes de diffusion et celui des bibliothécaires afin de les mettre en perspective. Avec les concepts de la diffusion d’une innovation dans un corps social et plus particulièrement la notion de cadre d’usage et de cadre de fonctionnement (Flichy 2003), nous observons les évolutions réelles ou fantasmées des acteurs humains et non humains impliqués.

Sur le plan méthodologique, nous avons choisi une approche qualitative. Nous interrogeons les bibliothécaires en charge de la politique d’acquisition, nous suivons les réunions visant à choisir les titres souhaités pour la bibliothèque numérique dont ils ont la charge. Ainsi après avoir qualifié les paramètres prépondérants de la constitution d’un fonds numérique et de la politique d’acquisition d’une bibliothèque, nous les confrontons aux caractéristiques des offres de diffusion de prêt numérique et aux discours d’accompagnement des porteurs de plateformes.

Sans juger des pratiques de tel ou tel acteur, dans un contexte où les incitations (notamment institutionnelles) en faveur du numérique en bibliothèque sont fortes, nous relevons des tensions propres à éclairer les freins et les opportunités susceptibles d’influer sur le développement d’une offre numérique de lecture publique.

Références bibliographiques :

Bermès, E., Martin, F (2010). Le concept de collection numérique. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 3, 2010 [consulté le 30 août 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-03-0013-002>.

Claerr, T., Westeel, I. (2013). Manuel de constitution de bibliothèques numériques, 
Paris : Editions du cercle de la librairie.

Flichy, P. (2003), L’innovation Technique : Récents développements en Sciences sociales vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, La Découverte.

Robert, P. (2012). L’impensé informatique : Critique du mode d’existence idéologique des technologies de l’information et de la communication – Volume 1, Les années 1970-1980 (Vol. 1). Les archives contemporaines.

 P1010658

Biographies des intervenants :

Aude Inaudi, GRESEC, Université Grenoble Alpes, aude.inaudi@upmf-grenoble.fr, est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Ses recherches portent sur les enjeux communicationnels, organisationnels et politiques des médiations techniques et humaines. Elle travaille à une approche critique du numérique dans les domaines de l’éducation, de la documentation et des bibliothèques. Elle suit plus particulièrement le déploiement de la bibliothèque numérique des bibliothèques municipales de Grenoble dans le cadre du projet Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB).

Pierre Barbagelata, Laboratoire I3M, Université de Toulon, pierre.barbagelata@univ-tln.fr, est Doctorant en Sciences de l’information et de la communication. Sa recherche s’intéresse à la place des usagers dans les processus d’innovation et leurs entrelacs communicationnels. Directeur du CANOPE/CDDP du Var, il est porteur du projet, initié avec Mme Inaudi, de bibliothèque numérique pour les établissements scolaires, http://bn.edukiosque.fr, diffusée dans l’académie de Nice et acquise par 45 établissements.

La seconde : « Etre un « auteur numérique » ? » 

Par Virginie SPIES, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS).

Résumé de l’intervention :

Lorsqu’il publie son livre en auto-édition et format numérique, l’auteur n’est plus seulement un écrivain, il développe aussi une stratégie de communication au moyen des outils numériques. En premier lieu, il lui faut tout d’abord choisir une plateforme (Amazon par exemple), mettre en ligne le livre au format adéquat, puis choisir un prix et décider participer ou non à des opérations de promotion. Ensuite, l’auteur est conduit à devenir le promoteur de son propre travail. En utilisant un blog, mais aussi Facebook ou Twitter par exemple, les auteurs instaurent une nouvelle relation avec leur public ce qui mène par ailleurs à une reconfiguration du livre lui-même en tant que bien culturel. L’auteur auto-publié sur des plateformes de diffusion du livre numérique est un énonciateur pluriel qui est au cœur des mutations du livre.

Biographie :

Virginie Spies, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS) est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Sémiologue et analyste des medias, elle est l’auteur des ouvrages La télévision dans le miroir, Théorie, histoire et analyse des émissions réflexives (L’Harmattan) et Télévision, presse people : les marchands de Bonheur (INA – De Boeck). Elle est aussi l’auteur de Mars Ocean, roman publié sur Amazon. Ses recherches actuelles portent sur la télévision et les réseaux sociaux.

https://www.facebook.com/MarsOceanStory?fref=ts

Françoise Paquienséguy,  a animé cette séance.

Inscription gratuite mais obligatoire pour chaque séance auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver le 16 février prochain !

P1010657

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

logos AN4

Appel à contribution pour la nouvelle revue "Etudes digitales"

Appel pour le numéro 1 de la revue Études Digitales  « Le texte à venir »

La revue sera publiée chez Classiques Garnier

Le numéro 1 de la revue Études Digitales sollicite l'ensemble des humanités pour tenter d'appréhender les enjeux d'une mutation du texte par l'effet de sa digitalisation. Qu'est-ce que le texte digital ? Après le texte manuscrit, imprimé ou « tapuscrit » à la machine, le texte écrit au clavier d'ordinateur ou sur une tablette doit-il être envisagé comme la poursuite d'une même tradition textuelle ou au contraire ne vient-il pas produire un nouvel « encodage » ? Après le texte relié et édité sous la forme du codex, le texte à l'écran produit-il les mêmes effets ? Le texte digital est-il texte au sens des régimes antérieurs de texte, ou est-il résolument d'une autre nature ? N'assistons-nous pas à une transformation de sa grammatisation en même temps que se modifient les techniques de sa reproduction et de sa diffusion comme cela s'est produit au XVe siècle avec l'avènement de l'imprimerie ?

Plusieurs dimensions du texte digital seront envisagées dans ce numéro 1 : sa matérialité à travers les appareils et les interfaces qui le rendent visible, son mode de conservation et d'organisation de la mémoire, son inscription paradigmatique dans les représentations du savoir, les pratiques qu'il permet dans un contexte interopérable. Seront également traités les échanges qu'il autorise, les formes d'interprétation qu'il suscite ou facilite, plus largement, les questions qu'il pose à une culture fondée sur la conservation des textes, en termes d'historicité et d'invention poétique.

Le texte digital, de par son caractère dématérialisé et hypertextuel, ne peut être considéré comme le simple transfert du texte imprimé sur un nouveau support. Il produit des effets inédits dans le monde de l'écrit : multiplicité des traces jusqu'à l'hypermnésie, duplication indéfinie, mais aussi annulation et effacement, perte ou dilution de la source au profit d'une auctoritas partagée.

Genette définit la transtextualité comme « tout ce qui met (le texte) en relation, manifeste ou secrète, avec d'autres textes ». Ceci permet d'envisager une transtextualité digitale qui met en oeuvre, par sa constitution même, un mode général de transversalité et d'hybridation. Ainsi, le numéro 1 de la revue Études Digitales s'ouvre-t-il à une conception élargie du texte, ainsi qu'à tout ce qui se situe au-dessus, au-dessous et autour du texte.

Plusieurs dimensions de la textualité digitale pourront être investies :

Le texte digital entre production, commentaire et invention

L'évolution du support suscite de nouvelles formes d'écriture et de lecture, mais surtout un texte digital ne peut être envisagé selon les mêmes critères qu'un texte imprimé. Il s'agit d'un objet hybride et composite dont les contours ne s'arrêtent pas aux limites de la page ou du volume qui constituaient la forme des textes depuis le codex antique. Un texte digital peut se trouver relié à une multitude d'autres textes (hypertexte) et conserver, comme un wiki, toutes les strates de sa production. Comment produire le texte digital ? Comment envisager une fabrication qui ne soit pas simplement le transfert des pratiques antérieures d'écriture ? Faut-il envisager une herméneutique spécifique du texte digital parallèlement à l'émergence d'une poétique qui rapprocherait le commentaire de l'invention ? Devons-nous en attendre de nouveaux genres, une nouvelle littérature ?

Le texte digital et les savoirs

À l'intérieur de la tradition occidentale, chez Platon, la fixation textuelle apparaît comme un enjeu du savoir, de sa transmission et son organisation. Aujourd'hui, le texte digital réorganise la disposition et le classement des savoirs inscrits, produisant de nouvelles modalités d'accès, de représentation. Faut-il voir dans l'écriture digitale une textualité débarrassée des limites anciennes du texte imprimé et relié et un nouvel espace du texte « à venir » ? Des modes d'élaboration contributifs construisent-ils une articulation pertinente des échanges entre les spécialistes et les amateurs ? Quel format de savoir instruit le texte digital ?

Le texte digital entre mémoire générale et oubli

Dans le contexte digital, les régimes d'une mémoire, à la fois hypermnésique et instable, se trouvent soumis à l'obsolescence des supports et des formats. Quel est alors le statut mémoriel du texte ? Quels seront les modes de conservation et d'indexation du texte digital ? Comment retrouver l'état génétique d'un texte pour le replacer dans l'archéologie des disciplines, quand archive et trace deviennent problématiques ?

Direction de la revue : Franck Cormerais & Jacques Athanase Gilbert

Comité éditorial : Antonioli Manola (Ecole Supérieure d'Art et de Design de Valenciennes) - Catellin Sylvie (Université Versailles Saint-Quentin) - Komur Greta (Université de Mulhouse) - Le Deuff Olivier (Bordeaux-Montaigne) - Loty Laurent (Paris IV, CNRS) - Marechaux Pierre (Université de Nantes) - Noyer Jean-Max (Université de Nice) - Vincent Puig ( IRI, Centre Pompidou) - Rey Olivier (CNRS) - Rousseaux Francis (Université de Reims/IRCAM) - Vitali-Rosati Marcello (Université de Montréal) -

Extraits du Comité scientifique: Bachimont Bruno (Université de Compiègne) - Bouchardon Serge (Université de Compiègne) - Carayol Valérie (Bordeaux-Montaigne) – Duféal Marina (Université de Bordeaux-Montaigne) - Giffard Alain (Administrateur civil/Fondateur de Gallica) - Ertzscheid Olivier (Université de Nantes) – Galinon-Menelec Béatrice (Université du Havre) - Gefen Alexandre (Paris IV - Fabula) - Jauréguiberry Francis (Université de Pau, CNRS) – Khatchatourov Armen (Télécom ParisTech) - Kerouanton Jean-Louis (Université de Nantes) - Lefevre Anne (École Supérieure d'Architecture de Saint Etienne) - Lescop Laurent (ENSAM Nantes) - Moore Gerald (Durham University) - Musso Pierre (Rennes2/ParisTech) - Prié Yannick (Université de Nantes) - Proulx Serge (UQAM Montréal) - Romele Alberto (Université de Porto) - Stiegler Bernard (Conseil National Supérieur du Numérique/Université de Londres/Goldsmith) – Vignon Daphné (Université de Nantes)

Projet d'article pour le 30 novembre 2014 d'environ 3000 signes (sans les espaces). La réponse d'acceptation sera donnée avant la fin décembre. Les articles seront à rendre pour le 1er février, ils seront soumis à la lecture en double aveugle des membres du comité scientifique. Longueur des articles : 30000 à 35000 signes (sans les espaces et bibliographie comprise).

Envoyer les propositions et articles à : etudesdigitales@gmail.com

Franck Cormerais et Jacques Athanase Gilbert

France : Une gigantesque étude sur les usages du livre numérique | IDBOOX

Hadopi et le Groupement pour le développement de la Lecture Numérique (GLN), avec le concours de l’IFOP, viennent de publier une étude de 150 pages sur les usages et les perceptions du livre numérique des français.

lire la suite de l'article

Pour télécharger l'étude quali et quanti

Source : IDBOOX - 

23 octobre 2014

Quelques actualités

- I Love Transmedia #3, du 2 au 5 Octobre 2014 à Paris, plus d'informations ;
- Médiation & numérique dans les équipements culturels, les 7 et 8 octobre à Paris, plus d'informations ;
- Sommet du livre, lundi 13 octobre à Paris : plus d'informations
- Quelles réutilisations des métadonnées mises à disposition par la BnF ? Les 6 et 7 novembre à Paris : plus d'informations
- Journée d'étude Ateliers numériques, jeudi 13 novembre à Paris : plus d'informations

Résultats quantitatifs de l'étude : accessibilité numérique des portails de 133 bibliothèques

En coopération avec BrailleNet et dans le cadre d’une collaboration avec le Ministère de la culture et de la communication, Tosca consultants et Franck Letrouvé conduisent une étude de l’accessibilité numérique des portails de bibliothèque.

Cette étude comporte une partie quantitative et une partie qualitative.

Un baromètre de l’accessibilité numérique des portails de bibliothèque (analyse quantitative).

L’objectif de cette étude est d’évaluer le niveau de prise en compte des exigences réglementaires par les bibliothèques de lecture publique et de suivre régulièrement les évolutions de cette prise en compte : les personnes en situation de handicap peuvent-elles effectivement consulter les portails des bibliothèques françaises ? Cette analyse quantitative porte sur la vérification de la publication de l’attestation de conformité au RGGA. Elle traite un échantillon de 120 bibliothèques avec 2/3 de bibliothèques municipales (80 établissements) et 40 bibliothèques intercommunales auxquelles s’ajoutent 10 bibliothèques départementales, la Bibliothèque nationale de France, les bibliothèques de la ville de Paris et la Bibliothèque publique d’information. Les résultats de cette analyse quantitative ont été publiés le 26 septembre 2014.

Une étude des bonnes pratiques et des points d’amélioration (analyse qualitative).

L’objectif est de dégager des bonnes pratiques en soulignant d’une part les points positifs des sites actuels et d’autre part en faisant remonter des points d’amélioration simples à mettre en œuvre. L’étude qualitative porte sur une sélection de 6 à 8 sites qui peut évoluer d’une année à l’autre. Il s’agit de vérifier 5 points de conformité, dans le cadre de contrôles automatisés et manuels, suivant un protocole de contrôle préalablement validé.

Les résultats de l’étude qualitative seront publiés en décembre 2014, après leur validation par un comité de suivi.

Un suivi de l’étude par les associations professionnelles réunies au sein d’un comité ad hoc par le Ministère de la culture et de la communication

Formé par le Ministère de la culture et de la communication, ce comité de suivi réunit aux côtés des représentants du Ministère, des représentants de l’ABF (groupe AccessiBib pour une meilleure accessibilité des bibliothèques aux publics en situation de handicap), de l'Association Valentin Haüy, des bibliothèques de la Ville de Paris, du réseau des bibliothèques de Val et Forêt, de la Bibliothèque départementale du Val d'Oise et de la Bibliothèque nationale de France. Ce comité de suivi s’est réuni le 19 septembre pour valider les résultats de l’étude quantitative et se pencher sur les pistes d’action les plus prometteuses.

Une publication régulière des résultats de l’étude d’accessibilité numérique des portails de bibliothèque

Les résultats de cette étude sont disponibles à l’adresse suivante : www.bibliothequesaccessibles.fr

Vous trouverez sur ce minisite :

·         Une présentation générale de l’étude et de ses 2 volets (analyse quantitative, analyse qualitative), http://www.bibliothequesaccessibles.fr/ ;

·         Une présentation de l’analyse quantitative (l'échantillon, la nature des analyses, la grille d'analyse et les résultats), http://www.bibliothequesaccessibles.fr/quantitative.html ;

·         Une présentation  du protocole de la prochaine analyse qualitative, http://www.bibliothequesaccessibles.fr/qualitative.html

·         Des articles rendant compte de l’étude ou en rapport avec l’accessibilité des portails de bibliothèque, http://www.bibliothequesaccessibles.fr/articles.html

·         Une rubrique « en savoir plus sur l’accessibilité » : http://www.bibliothequesaccessibles.fr/accessibilite.html

.           Généralités

.           Standard, référentiel et obligation légale relatifs à l’accessibilité

.           Bibliothèques et accessibilité numérique

.           Quelques contre-vérités largement répandues sur l’accessibilité

.           Acteurs de l’accessibilité et ressources externes

Le site s’enrichira ensuite des résultats de l’analyse qualitative. Je vous informerai de la mise en ligne des principaux résultats dès leur publication.

Marc Maisonneuve

(ISNI : 0000 0000 6305 7785)

Tosca consultants

(ISNI : 0000 0001 0057 0482)

13 rue du Faubourg Poissonnière

75009 PARIS

tél. 01 42 36 01 57   fax 01 42 21 44 43

www.toscaconsultants.fr

 

PixFLet Tosca consultants viennent de publier les résultats de l’étude de l’accessibilité numérique des portails de 133 bibliothèques : http://www.toscaconsultants.fr/actualites.htm#20140909.

 

Documentaliste-Sciences de l'information vient de publier un article de Franck Letrouvé et de  Marc Maisonneuve intitulé "Un Web accessible : accessibilité numérique pour certains, qualité et confort pour tous !".

 

BnF Collection eBooks (SavoirsCom1, 15 sept. 2014)

BnF Collection eBooks :
le domaine public mis à mal par un nouveau partenariat public-privé

15 septembre 2014

BnF-Partenariats, filiale de droit privé de la Bibliothèque nationale de France, a annoncé la semaine dernière le lancement d’une collection d’eBooks disponibles à la vente sur les différentes plateformes commerciales (Amazon, iBooks Store, Fnac/Kobo, chapitre.com, etc.), au format ePub adapté à la lecture sur tablettes, liseuses et smartphones. Ces fichiers au nombre d’une cinquantaine pour le moment, mais destinés à atteindre 4000 titres à terme, correspondent tous à des œuvres du domaine public, numérisées par la BnF dans le cadre de ses marchés de numérisation.

Les œuvres du domaine public doivent pouvoir faire l’objet d’une exploitation commerciale et SavoirsCom1 est plusieurs fois intervenu pour que cette possibilité d’exploitation commerciale soit la plus large possible, car elle contribue pleinement à la possibilité de redécouvrir et de valoriser des œuvres anciennes.

Mais l’exploitation de ces fichiers par une filiale de droit privé de la Bibliothèque nationale de France soulève des questions aussi bien sur le fond que sur la forme et elle traduit une inflexion de la politique de l’établissement, que notre collectif avait déjà dénoncée en 2012, lors du lancement des partenariats public-privé de numérisation dans le cadre des investissements d’avenir.

Jusqu’à présent en effet, la production de fichiers ePub à partir d’ouvrages du domaine public était comprise dans les marchés de numérisation de la BnF et diffusés ensuite gratuitement via la bibliothèque numérique Gallica. En mai dernier, le blog de Gallica indiquait que 3000 ouvrages en ePub étaient ainsi disponibles. Les annonces effectuées cette semaine par BnF-Partenariats traduisent visiblement une inflexion de cette politique de numérisation. Première interrogation : la production d’ePub gratuits à partir de la numérisation de masse conduite à la BnF va-t-elle se poursuivre et comment se fera la distinction entre les fichiers diffusés gratuitement sur Gallica et ceux vendus via la filiale ?

Le montage de ce partenariat soulève de nombreuses autres questions. Les fichiers composant cette offre paraissent issus de ceux produits par la BnF à partir de ses chaînes de numérisation de masse. Or cette numérisation s’effectue grâce à des budgets publics, notamment ceux versés par le Centre National du Livre, utilisant une partie de la redevance pour copie privée dédiée au secteur du livre. Ce sont donc indirectement les citoyens qui financent la numérisation effectuée à la BnF et à qui on va demander d’en racheter le produit.

Ajoutons qu’outre les consommateurs individuels, les bibliothèques publiques et autres institutions culturelles sont également visées par l’offre via le service « Médiathèque numérique » proposé en partenariat avec Arte et UniversCiné. Ce modèle économique est là aussi plus que contestable, dans la mesure où il revient encore une fois pour la BnF à dégager des revenus au détriment d’autres établissements publics français, comme notre collectif l’avait déjà dénoncé à propos des partenariats Public-Privé de 2012. Jusqu’à présent, les ePub gratuits de Gallica constituaient une source précieuse de contenus que les bibliothécaires français pouvaient utiliser pour des opérations de promotion de la lecture numérique et de médiation, notamment à travers des dispositifs comme les Bibliobox.

Les conditions de diffusion de ces fichiers sont tout aussi contestables. Certaines des plateformes qui se chargent de la revente proposent des formats non interopérables, comme celle d’Amazon par exemple. Plusieurs platefomes comme celle de la FNAC ou chapitre.com proposent visiblement les fichiers avec des DRM interdisant la copie. Quand elles concernent des œuvres protégées par des droits patrimoniaux, l’apposition de DRM sur des eBooks ou l’imposition de formats non-interopérables sont déjà en soi contestables car ces dispositifs de contrôle violent les droits fondamentaux des lecteurs et contribuent au renforcement d’écosystèmes propriétaires fermés. A fortiori ces menottes numériques sont encore moins justifiables quand le corpus est constitué exclusivement d’œuvres du domaine public. Car la conversion d’un fichier au format ePub ne constitue pas en soi une opération productrice d’originalité. Il s’agit d’une manipulation simplement technique, ne légitimant pas la revendication de nouveaux droits sur le contenu. La vente de ces fichiers avec DRM constitue donc une forme de Copyfraud  auquel se livre BnF-Partenariats. La BnF et sa filiale auraient donc dû exiger des revendeurs la non-apposition de DRM sur le produit de la numérisation des œuvres du domaine public. Quant aux formats, il eût été également souhaitable que les revendeurs mettent à disposition du consommateur, en sus des ebooks convertis au format « maison », les mêmes ebooks sous un format ouvert.

Les sources du domaine public devraient être librement réutilisables pour que les éditeurs puissent y puiser pour les valoriser avec une vraie plus-value éditoriale (ajout de préface, d’éléments de contexte, illustrations, constitution de collections thématisées,etc). Or ce n’est pas le cas avec les ouvrages figurant sur Gallica dont la ré-exploitation commerciale est soumise à la passation d’une licence. BnF-Partenariats jouit  ici d’une position de monopole en pouvant ainsi puiser dans le fonds du domaine public de la BnF, ce qui pose des questions de respect de la libre concurrence. La distinction entre la BnF et BnF-Partenariats apparaît ici comme artificielle et ce montage rétroagit négativement sur les missions essentielles de l’établissement.

Doit-on plus largement accepter que le format ePub devienne ainsi une sorte de « premium commercial » vendu par la BnF à travers sa filiale, alors qu’il s’agit du standard principal en matière de lecture sur support mobile, et qui plus est, d’un format indispensable pour l’accessibilité des contenus aux personnes souffrant d’un handicap visuel ?

Last but not least, comme SavoirsCom1 l’avait déjà déploré pour les partenariats Public-Privé de 2012, les accords entre BnF-Partenariats et des acteurs comme Arte ou UniversCiné n’ont pas été publiés. On ne sait pas par exemple si des exclusivités ont été accordées, quelle est leur nature et leur durée. Les fichiers composant cette collection d’eBooks sont-ils destinés à rester indéfiniment derrière un mur payant ou une période a-t-elle été prévue au terme de laquelle ils repasseront en accès gratuit ?

La CADA ayant déjà été amenée à se prononcer sur la communicabilité des accords commerciaux conclus par BnF-Partenariats, le collectif SavoirsCom1 en fera la demande auprès de la BnF, et saisira la CADA en cas de refus.

Source : http://www.savoirscom1.info/2014/09/bnf-collection-ebooks-le-domaine-public-mis-a-mal-par-un-nouveau-partenariat-public-prive/

Séance du 13 octobre 2014

Le séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans  a redémarré il y a quelques jours. Pour sa quatrième année il a pour thème annuel :

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

et questionne à la fois les modalités d’accès au livre et la prescription culturelle qu’elles entraînent et recherchent.

Nous aurons quatre autres séances de travail le 8 décembre 2014, 16 février 2015, 2 mars 2015 et 18 mai 2015 qui se tiendront toutes dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h

La séance d’ouverture a été assurée le 13 octobre 2014 de 16h à 18h par Françoise Paquienséguy qui a présenté

« Les plateformes de téléchargement des mangas : du braconnage à l’innovation ».

IMG_2399

Manga, Fans et Pratiques de lecture à l’écran

F. Paquienséguy – 13 octobre 2014

Principale coordinatrice du séminaire EBook depuis sa fondation en 2010, c’est Françoise Paquienséguy qui a, comme d’habitude, assuré la première séance de l’AN4 en proposant de nous faire partager des résultats incidents de la grande enquête que le lectorat numérique qu’elle a conduite avec Sylvie Bosser et Mathilde Miguet, résultats et questionnements relayés par les lecteurs de manga.

  1. Dans un premier temps elle a montré en s’appuyant sur des données chiffrées et statistiques que ce secteur de l’édition était, certes en perte de vitesse depuis quelques années, mais restait cependant très conséquent. Un exemple peut rapidement en témoigner : 800 000 volumes de Naruto vendus en 2013 et 450 000 pour Black & Mortimer, même s’il faut proportion garder puisque la même année voyait s’écouler 2 480 000 exemplaires d’Astérix, best-seller de la BD (2013 © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD www.acbd.fr). Cinq éditeurs spécialisés se partagent aujourd’hui le marché des manga sous licence : Glénat avec 27,5%, Pika (filiale d’Hachette Livre) avec 16,8%, Kana (filiale de Media-participations) avec 16,7% (Naruto), et loin derrière Kurokawa (Filiale d’Univers Poche) et Ki-oon (indépendant) qui se battent au coude à coude avec tous les deux 7.5 % de parts de marché. (2013 - © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD  www.acbd.fr). Autrement dit, la lecture des manga n’est pas un phénomène marginal vérifié chez quelques ados ou jeunes adultes mais représente un véritable secteur économique, qui comme les autres genres littéraires connaît bien des difficultés, parmi lesquelles le piratage par les fans, autrement dit ici le scantrad.
  2. En effet, dans un deuxième temps elle a mis l’accent sur les lecteurs de manga, fans de certaines séries ou personnages, au rang desquels One Pièce, Naruto, Fairy Tail sont les premiers dans la catégorie des manga commerciaux vendus sous licence en France. Ces fans se sont organisés depuis de nombreuses années pour pallier le retard de diffusion papier des éditeurs sous licence qui non seulement traduisent et en cela adaptent la série à son pays de diffusion, mais surtout négocient les droits au volume et sont toujours décalés par rapport à la publication nipponne qui se fait sur le principe du feuilleton hebdomadaire. Pour One Piece par exemple, série crée le 4 août 1997 par Eiichirô ODA, les chapitres sont prépubliés chaque semaine dans le magazine Weekly Shonen Jump, puis sont regroupés dans des volumes reliés tous les trois mois, aux éditions  Shueisha. Glénat a toujours 4 volumes de retard pour cette série si fameuse. Décalage et frustration auxquels les fans parent en s’organisant en team de bénévoles afin de fournir à la communauté la traduction, leur traduction, des planches originales, piratées à partir du scan du magazine. La team scanne, et traduit produisant des scantrad qui seront téléchargeables dans un délai de 24h après la publication asiatique sur des plateformes spécialisées. Françoise Paquienséguy a expliqué d’une part le fonctionnement des teams et les idéaux qu’elles portent en montrant en quoi il s’agissait véritablement de communautés de fans à la Jenkins ; de l’autre les différents modèles économiques qu’elles mettent en place en association avec les plateformes qui les diffusent.
  3. Enfin, elle s’est justement intéressée aux plateformes qui permettent la lecture en ligne ou le téléchargement des épisodes offerts en scantrad. Elle remarque d’une part l’ancienneté de ces pratiques de lecture de manga à l’écran, pratiques qui se sont développées il y a presque dix ans maintenant ce qui signifie que bien des lecteurs de manga ont développé une culture de lecture à l’écran qu’elle considère comme savante et augmentée. Savante car les fans maîtrisent l’univers de référence de la série, compétences et connaissances sans lesquelles l’histoire et la narration perdent de leur attrait tant les composants du récit sont concaténés ; augmentée car les fans s’expriment sur les forums proposés par les plateformes ou les teams et discutent à la fois le récit et la traduction proposés sans s’interdire de comparer les traductions des différentes teams en compétition, comparaison qui conduit à une sorte de sélection naturelle par l’usage.

Françoise Paquienséguy conclut son exposé sur trois éléments : elle espère avoir montré que le manga, ses fans, ses teams et ses plateformes était digne d’intérêt scientifique et constitue un vrai sujet (sur lequel elle serait ravie d’accompagner un doctorant par exemple) ; elle insiste sur l’ancienneté de ces pratiques de lecture à l’écran qui entrent en complémentarité avec la lecture papier car les fans non seulement relisent mais collectionnent les volumes de leur série préférée ; elle souligne qu’une fois encore, ici pour un genre littéraire certes particulier mais pas négligeable, le rôle des plateformes de diffusion apparaît à la fois central et structurant des stratégies d’acteurs et ici d’une économie parallèle.

Télécharger le diaporama de l'intervention

 

Elle a eu lieu à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème

IMG_2397

Inscription gratuite mais obligatoire auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver !

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

AN4 : 2014-2015

Affiche AN4elico

Séminaire de recherche

« Ebook - Pratiques et Usages d’écrans »

Direction

Françoise PAQUIENSEGUY - SciencesPo-Lyon

Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2

-----

Laboratoire de rattachement 

ELICO - EA 4147

Partenaires 

Pôle de compétitivité Imaginove

en collaboration avec

l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

AN4 : 2014-2015 

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

Le séminaire Ebook – Pratiques et Usages d’écran, rattaché à l’Equipe Lyonnaise des Sciences de l’Information et de la Communication (Elico EA 4147), réunit depuis septembre 2012 des professionnels (éditeurs, bibliothécaires, documentalistes, en charge de la culture dans des collectivités territoriales, négociateurs Couperin…) ; des universitaires de plusieurs disciplines (économie, communication, histoire, humanités numériques…) et des étudiants avancés de master ou doctorat. Il questionne depuis maintenant 4 ans le livre numérique, sa filière, ses pratiques et les mutations de la lecture.

 

Cette année, il aura pour thème : le rôle et la place des plateformes de diffusion, envisagées comme un renouvellement des médiations. La visée principale du séminaire est de réunir un collectif de chercheurs de différentes disciplines et de professionnels pour questionner à la fois les modalités d’accès aux e-books et le rôle de médiatrices culturelles que les plateformes, commerciales ou non, entraînent et recherchent[1].

Ainsi, nous considérons le rôle culturel joué par les plateformes comme central, à la fois d'un point de vue socio-économique puisqu'elles conditionnent l'accès au livre numérique, sa promotion et sa vente, mais également d'un point de vue symbolique : en effet, ces « lieux de médiations »[2] que sont les plateformes signifient le contexte d'accompagnement du livre numérique. Elles en suggèrent également des pratiques : de téléchargement illégal, de fidélisation des lecteurs, de constitution de bibliothèques, de partage, de modalités de lecture et de supports, de formats, etc.[3]

De ce fait, ces acteurs inscrivent le livre numérique dans des univers de valeurs et de référence différents[4] selon qu'il est acheté sur Amazon.com, sur le site de la Fnac, sur celui d'un éditeur, ou bien encore directement lu en ligne sur un site illégal. En effet, certaines plateformes sont assorties de prescriptions culturelles (automatiques ou du fait de lecteurs)  et de partage d'expérience (forum par exemple) ; d'autres, thématiques généralement, fédèrent activités et diversité des supports selon des principes de variation médiatique et de storytelling propres à la communication événementielle, comme c'est par exemple le cas pour l'éditeur de beaux-livres et de e-albums qu'est la Réunion des musées nationaux.

 

C’est bien cette variété qu’il s’agit d’interroger collectivement dans le séminaire « E-book – Pratiques et Usages d’écrans » en 2014-2015, en croisant les regards de chercheurs et de professionnels.

Les interventions de l’AN 4 s’inscriront plus particulièrement dans l’un des deux axes suivants :

 

Axe 1

Les plateformes de diffusion du livre numérique recouvrent un large spectre d’acteurs et d’entreprises fortement hétérogènes dans leurs modèles et leurs filiations, en regard d’une tendance à l’homogénéité éditoriale sur les sites web. Ce premier axe vise à appréhender cette hétérogénéité socio-économique en questionnant plus particulièrement les types d’entreprises en jeu, les nouveaux acteurs, le marché dans son ensemble, la posture de client consommateur alors endossée par l’usager, selon un prisme socio-politique. Les travaux portant sur des temps longs pourront particulièrement enrichir le débat.

 

Axe 2

Média, boutique en ligne, librairie, réseau social, etc. : qualifier ces plateformes est particulièrement difficile et l’on repère une indiscernabilité remarquable des « contenus », des statuts des produits culturels et des stratégies (marchandes ou non), indiscernabilité particulièrement accentuée par la matérialité numérique. Ce second axe souhaite interroger les propriétés médiatiques de ces espaces de diffusion, de vente et de médiation du livre et de la lecture et leurs axiologies normatives : les travaux pourront par exemple analyser l’organisation documentaire des sites web, l’accès aux méta-données, le rôle promotionnel de la couverture des livres, l’attribution de la valeur par les classements, etc.

 

Les approches appuyées sur une démarche de recherche sont privilégiées (chercheurs et doctorants), sans exclure pour autant les propositions émanant d’acteurs professionnels du secteur. Les contributions portant sur des expériences observées dans d’autres pays que la France sont bienvenues.

 

Renseignements pratiques :

Le séminaire AN4 donnera lieu à cinq séances les 13 octobre et 8 décembre 2014 ; puis les  16 février, 2 mars et 18 mai 2015, elles se tiendront dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, le lundi de 16h à 19h. Nous y accueillons à chaque fois deux intervenants. Dans la mesure des places disponibles, les séances sont accessibles gratuitement mais uniquement sur inscription obligatoire auprès de francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr

 

Elles seront suivies, comme c’est le cas depuis trois ans par une journée d’étude conclusive qui se tiendra à SciencesPo-Lyon le 1er juillet 2015.

logos AN4

 

Téléchargez la présentation du séminaire Ebook-An4 en .pdf


[1] Candel, Étienne, « Pratiques des sites, usages des réseaux. Le social bookmarking entre héritages culturels et appropriations médiatiques », Document numérique, Volume. 11 n°1-2, 2008, p. 145-170.

[2] Després-Lonnet, Marie, « Médiation des lieux de médiations », Communication & langages, n°173, 2012, p. 43-48.

[3] Paquienséguy, Françoise « Questionner les pratiques communicationnelles : Offre, pratiques, contenus »  Delavaud G. (dir), Nouveaux médias, Nouveaux contenus, Editions Apogée, Rennes,  novembre 2009, pp. 153-164

[4] Bonaccorsi, Julia « La lecture en société », Culture & Musées, n°17, 2011, p. 13-19.

TEA - The Ebook Alternative "On Time" la newsletter

d76836f3-8742-484d-950d-0c9ccb2d261a
Chaque mois dans « On Time » retrouvez notre regard sur le marché de l'ebook, les news de nos partenaires et toute l'actualité de TEA. Bonne lecture !
Au Sommaire
LE MARCHÉ
SONY quitte le marché des liseuses électroniques : « la concurrence se montre de plus en plus rude avec des acteurs inventifs, productifs et compétitifs tels Kobo ou PocketBook. »
Les ebooks ont battu un record début 2014 au Royaume-Uni : Ils représentaient 16% de l’ensemble des ventes de livres en 2013 avec une augmentation de 10,5 %
Une réforme du copyright est nécessaire : « Si nous voulons faire perdurer le travail des bibliothèques et des centres d'archives, il n'y a aucun autre moyen d'y parvenir. » affirme Sinikka Sipilä, présidente de l'IFLA.
[Amazon] Conversation avec Jacques Attali. « Si Amazon l’emporte, si les auteurs cèdent, si les éditeurs capitulent, [...] les éditeurs y perdront tout, comme les libraires. »
NOS PARTENAIRES
Tablette CDisplay de Cdiscount en partenariat avec TEA
Cdiscount bouscule le marché de la tablette en proposant un produit 7" HD à 49,99 € avec l'application TEA embarquée. La tablette obtient de bons retours des magazines web spécialisés. Les premiers stocks s'écoulent en quelques jours seulement. Les tablettes CDisplay intègrent l'application Cdiscount by TEA pour la gestion et la lecture des livres numériques. Ce nouveau produit renforce la collaboration de TEA avec le leader de l'e-commerce en France.
NEWS ÉDITEURS
Interview de Maylis Vauterin des éditions Viviane HamyMaylis Vauterin : « Depuis 2012, nous avons numérisé 80 % de notre catalogue »

NOS PRODUITS
Migration des serveurs TEA
Afin d'améliorer les services proposés à ses clients et les performances de ses interfaces de vente, TEA a réalisé le mois dernier une migration majeure de ses serveurs.
Cette migration, conduite avec succès, donne également à TEA un environnement idéal pour les développements à venir.
Nouveauté sur les sites en marque blanche : l'avis du libraire !
Il est désormais possible de déposer des avis libraires sur les fiches produit des magasins web TEA. Pour toujours mieux conseiller les internautes et les pousser vers l'ebook qu'ils liront demain, notre e-libraire leur fera partager ses coups de cœur et les titres à ne pas manquer.
LA VIE CHEZ TEA
TEA s'agrandit avec quatre nouveaux arrivants cet été
  • Rémi Bauzac, Directeur de l'ingénierie
  • Nicolas Pastorino, Directeur Produit, Marketing et Service client
  • Johan Poirier, Développeur (Innovation)
  • Florie Séchaud, Intégration et Exploitation

TEA déménage

Les locaux de TEA ne sont plus assez grands pour accueillir une équipe qui compte à présent près de 20 salariés. TEA quitte le huitième arrondissement lyonnais pour le neuvième et le quartier de Vaise où se concentrent notamment de nombreuses sociétés high tech de Lyon.
Bientôt dans On Time, les photos des nouveaux locaux.

Séminaire AN4, notez les dates !

logos AN4

AN4 : 2014-2015 

Séminaire de recherche

« Ebook - Pratiques et Usages d’écrans »

 « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

Direction

Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon

Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2

Le séminaire AN4 donnera lieu à cinq séances le lundi de 16h à 19h :

Lundi 13 octobre 2014

Lundi 8 décembre 2014

Lundi 16 février 2015

Lundi 2 mars 2015

Lundi 18 mai 2015

Ces séances se tiendront dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, Métro 7 « Les Gobelins ».
Dans la mesure des places disponibles, les séances sont accessibles gratuitement mais uniquement sur inscription obligatoire auprès de francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr, pour chaque séance.
Elles seront suivies, comme c’est le cas depuis trois ans par une journée d’étude conclusive qui se tiendra à SciencesPo-Lyon le 1er juillet 2015.

Séminaire Ebook AN4 : 2014-2015 Appel à contributions

Elico-horizontal-web

Séminaire de recherche

« Ebook - Pratiques et Usages d’écrans »

 

Direction

Françoise PAQUIENSEGUY - SciencesPo-Lyon

Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2

-----

Laboratoire de rattachement 

Equipe Lyonnaise en Sciences de l’Information et Communication EA 4147

Partenaires 

Laboratoire I3M

Pôle de compétitivité Imaginove

en collaboration avec

l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

 

 

AN4 : 2014-2015 

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

 

 

Appel à contributions

Date limite : 1 septembre 2014

 

 

Le séminaire Ebook – Pratiques et Usages d’écran, rattaché à l’Equipe Lyonnaise des Sciences de l’Information et de la Communication (Elico EA 4147), réunit depuis septembre 2012 des professionnels (éditeurs, bibliothécaires, documentalistes, en charge de la culture dans des collectivités territoriales, négociateurs Couperin…) ; des universitaires de plusieurs disciplines (économie, communication, histoire, humanités numériques…) et des étudiants avancés de master ou doctorat. Il questionne depuis maintenant 4 ans le livre numérique, sa filière, ses pratiques et les mutations de la lecture.

 

Cette année, il aura pour thème : le rôle et la place des plateformes de diffusion, envisagées comme un renouvellement des médiations. La visée principale du séminaire est de réunir un collectif de chercheurs de différentes disciplines et de professionnels pour questionner à la fois les modalités d’accès aux e-books et le rôle de médiatrices culturelles que les plateformes, commerciales ou non, entraînent et recherchent[1].

Ainsi, nous considérons le rôle culturel joué par les plateformes comme central, à la fois d'un point de vue socio-économique puisqu'elles conditionnent l'accès au livre numérique, sa promotion et sa vente, mais également d'un point de vue symbolique : en effet, ces « lieux de médiations »[2] que sont les plateformes signifient le contexte d'accompagnement du livre numérique. Elles en suggèrent également des pratiques : de téléchargement illégal, de fidélisation des lecteurs, de constitution de bibliothèques, de partage, de modalités de lecture et de supports, de formats, etc.[3]

De ce fait, ces acteurs inscrivent le livre numérique dans des univers de valeurs et de référence différents[4] selon qu'il est acheté sur Amazon.com, sur le site de la Fnac, sur celui d'un éditeur, ou bien encore directement lu en ligne sur un site illégal. En effet, certaines plateformes sont assorties de prescriptions culturelles (automatiques ou du fait de lecteurs)  et de partage d'expérience (forum par exemple) ; d'autres, thématiques généralement, fédèrent activités et diversité des supports selon des principes de variation médiatique et de storytelling propres à la communication événementielle, comme c'est par exemple le cas pour l'éditeur de beaux-livres et de e-albums qu'est la Réunion des musées nationaux.

 

C’est bien cette variété qu’il s’agit d’interroger collectivement dans le séminaire « E-book – Pratiques et Usages d’écrans » en 2014-2015, en croisant les regards de chercheurs et de professionnels.

 

Pour ce faire, les contributions s’inscriront plus particulièrement dans l’un des deux axes suivants :

 

Axe 1

Les plateformes de diffusion du livre numérique recouvrent un large spectre d’acteurs et d’entreprises fortement hétérogènes dans leurs modèles et leurs filiations, en regard d’une tendance à l’homogénéité éditoriale sur les sites web. Ce premier axe vise à appréhender cette hétérogénéité socio-économique en questionnant plus particulièrement les types d’entreprises en jeu, les nouveaux acteurs, le marché dans son ensemble, la posture de client consommateur alors endossée par l’usager, selon un prisme socio-politique. Les travaux portant sur des temps longs pourront particulièrement enrichir le débat.

 

Axe 2

Média, boutique en ligne, librairie, réseau social, etc. : qualifier ces plateformes est particulièrement difficile et l’on repère une indiscernabilité remarquable des « contenus », des statuts des produits culturels et des stratégies (marchandes ou non), indiscernabilité particulièrement accentuée par la matérialité numérique. Ce second axe souhaite interroger les propriétés médiatiques de ces espaces de diffusion, de vente et de médiation du livre et de la lecture et leurs axiologies normatives : les travaux pourront par exemple analyser l’organisation documentaire des sites web, l’accès aux méta-données, le rôle promotionnel de la couverture des livres, l’attribution de la valeur par les classements, etc.

 

Les approches appuyées sur une démarche de recherche sont privilégiées (chercheurs et doctorants), sans exclure pour autant les propositions émanant d’acteurs professionnels du secteur. Les contributions portant sur des expériences observées dans d’autres pays que la France sont bienvenues.

 

Renseignements pratiques :

Les propositions se feront sous la forme  d’une présentation d’environ 600 mots (cadre théorique, problématique, méthodologie), accompagnée d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques) et, le cas échéant d’un article (publié ou pas) de référence.

Nous vous remercions de les adresser avant le 1er septembre 2014 à

Francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr et julia.bonaccorsi@univ-lyon2.fr ; par voie électronique uniquement.

 Télécharger l'appel à contribution

Le séminaire AN4 donnera lieu à cinq séances les 13 octobre et 8 décembre ; puis les  16 février, 2 mars et 18 mai 2015, qui se tiendront dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, le lundi de 16h à 19h. Nous y accueillons à chaque fois deux intervenants. Dans la mesure des places disponibles, les séances sont accessibles gratuitement mais uniquement sur inscription obligatoire.
Elles seront suivies, comme c’est le cas depuis trois ans par une journée d’étude conclusive qui se tiendra à SciencesPo-Lyon le 1er juillet 2015.

 

Grâce à Mathilde Miguet, de l’université de Nantes, notre séminaire a son carnet ici : www.ebook.hypotheses.org

logos AN4

 


[1] Candel, Étienne, « Pratiques des sites, usages des réseaux. Le social bookmarking entre héritages culturels et appropriations médiatiques », Document numérique, Volume. 11 n°1-2, 2008, p. 145-170.

[2] Després-Lonnet, Marie, « Médiation des lieux de médiations », Communication & langages, n°173, 2012, p. 43-48.

[3] Paquienséguy, Françoise « Questionner les pratiques communicationnelles : Offre, pratiques, contenus »  Delavaud G. (dir), Nouveaux médias, Nouveaux contenus, Editions Apogée, Rennes,  novembre 2009, pp. 153-164

[4] Bonaccorsi, Julia « La lecture en société », Culture & Musées, n°17, 2011, p. 13-19.

 

E-book : usages et pratiques d'écran