Le blog du Labo de l’édition

La veille du Labo de l’édition #10 : En brèves

Source :  clementinemalgras

La veille du Labo de l’édition vous informe des innovations et analyses les plus marquantes dans le secteur de l’édition et des médias grâce à une sélection de contenus (articles et ressources) qui enrichissent votre regard sur les mutations numériques.

Succès de l’édition participative

Alors que nous avions interrogé le rapport entre édition et crowdfunding lors d’une rencontre entre auteurs et le site Ulule en janvier 2014, celui-ci rencontre un succès croissant à l’étranger, relève le Guardian. Sur la plateforme Kickstarter, les projets d’édition se multiplient, allant jusqu’à l’exclusivité d’une parution pour le dernier ouvrage d’Eric Ries, The Leader’s Guide. Une liste de dix projets – en campagne ou fondés – donne à voir une forte diversité éditoriale, depuis les Little Free Libraries jusqu’à la version illustrée de Don Quichotte. Auteurs indépendants ou éditeurs, livres papiers ou projets numérique, le financement participatif s’impose de plus en plus comme une voie d’accès vers la création et la mobilisation d’un lectorat. Pour autant, les projets d’édition en crowdfunding dépendent en majeure partie de l’investissement humain des auteurs et éditeurs.

A mi-chemin entre plateforme de financement participatif et éditeur, la startup française le cercle de Fred, qui s’est lancée début juin, propose un modèle hybride intéressant, note Actualitté. Les services de correction, diffusion et distribution proposés aux auteurs qui y lancent leurs campagnes compensent la fraiche arrivée du service sur un marché installé, pariant sur la curiosité du public pour des  projets éditoriaux originaux, en papier ou numérique.

Le pay-per-page d’Amazon, future mesure de la lecture numérique ?

L’annonce du changement de modèle d’affaires de Kindle Direct Publishing (KDP), la plateforme d’autoédition d’Amazon, vers une rémunération a la page lue, et non plus a la vente ou la location d’un ouvrage dans sa totalité, a été largement commentée par le milieu de l’édition numérique. Dans un billet exploratoire, Olivier Ertzscheid envisage les bouleversements qu’un tel modèle peut avoir sur la chaine du livre : de la désintermédiation par la promesse de gains nouveaux, à une narration du rebondissement pour tenir les lecteurs en alerte. Il s’agit d’une métamorphose attendue, dans la lignée d’autres modèles établis qui réduisent les biens culturels à une unité monétisable et aplanissent la relation entre créateur et consommateur.

Pourquoi pirate-t-on des livres ?

Le rédacteur en chef de Good e-Reader, Michael Kozlowski, dresse le bilan comparé du piratage de livres numériques, entre Asie et Europe, et propose des cas d’usages, illustratifs des limitations de l’offre légale actuelle. A ce sujet, les résultats du sondage mené par MonBestSeller sur les usages des DRM pour les auteurs et lecteurs éclairent l’absence de solution idéale, le watermarking restant une bonne alternative possible.

Les ebooks changent de look

Google et Amazon déploient leurs nouvelles typographies, Literata et Bookerly, sur Google Play Books et Kindle Paperwhite.  Toutes deux ont été conçues pour les e-books et promettent une optimisation et un confort de lecture nouveau, détaille le Wall Street Journal.

Nouvel acteur pour valoriser les e-books libres

Les projets d’e-books en Creative Commons prennent une nouvelle ampleur avec la fusion de Unglue.it et GITenberg, a l’origine de la Free Ebook Foundation. Une nouvelle organisation au service de la promotion des œuvres du domaine public (43 000 sur GITenberg) ou publiées sous des licences libres.

Métro en poche

Ticket Books est un projet innovant mené par les éditions de poche L&PM au Brésil dans le but de promouvoir la lecture dans un pays où la population lit en moyenne deux livres par an. Une collection de dix titres à été spécialement conçue pour permettre de stocker sur chaque livre, grâce a une carte RFID, 10 titres de transports publics a São Paulo.

Google, Twitter, Buzzfeed : vers un age d’or des labs d’infos ?

Le mois de juin a été stratégique pour les acteurs du Web qui ont dévoilé leurs derniers projets de r&d autour de la curation d’actualite sur leurs plateformes. Selon Buzzfeed, la nouvelle fonctionnalite de Twitter prevue pour la fin d’annee, Project Lightning, reposera sur l’analyse de tweets autour d’un evenement cle – d’une catastrophe naturelle aux Oscars (sic) – pour filtrer et mettre en avant les contenus les plus pertinents. Des collections ephemeres presentes sur un fil dedie et concues par une equipe de moderateurs internes seront proposees aux utilisateurs, renforcant encore la curation permise par les hashtags. De son cote, Google a lance fin juin son News Lab, une plateforme d’outils mis au service des médias pour renforcer l’innovation journalistique. Le géant s’associe à plusieurs acteurs dont la startup Storyful, présentée comme une agence de presse spécialisee dans la curation de videos YouTube, et lance le service d’authentification et de reporting, YouTube Newswire.

Entre valorisation du Big Data et injonction au storytelling, la guerre du contenu semble désormais se jouer dans ces laboratoires d’innovation médiatique qui se proposent d’accompagner les entreprises de médias dans des processus d’expérimentation reliés aux outils technologiques. Ainsi, le fondateur de BuzzFeed Jonah Peretti envisage dans son appel a candidature pour le récent « BuzzFeed Open Lab for Journalism Technology and the Arts » le futur de l’information par la maitrise des drones et de la réalité virtuelle. Une approche que l’on retrouve aussi au TIME Labs, le projet de journalisme interactif du magazine centré sur l’analyse de données.

S’immerger dans l’actualité, sans danger ?

De cette évolution découlent de nombreuses problématiques liées aux usages des médias, notamment du journalisme immersif (en réalité virtuelle).

Les professionnels s’interrogent ainsi sur les implications éthiques de l’immersion pour traiter de sujets tels que la guerre, comme le fait Nonny de la Peña avec Project Syria, ou les protestations civiles comme pour Hong Kong Unrest du studio Immersiv.ly. La recréation en images de synthèse de situations réelles permettrait pour ces acteurs de favoriser l’empathie des citoyens pour des sujets de crise, utilisant la réalité virtuelle pour sensibiliser plutôt que pour divertir. Une ambition a interroger en suivant de près ces nouvelles pratiques et leur réception.

Expérimentation

Poetry For Robots est une initiative de l’Université d’Arizona, soutenue par Neologic et Webvisions, pour inculquer aux robots l’art de la métaphore. En enrichissant les métadonnées qui nourrissent l’intelligence artificielle des moteurs de recherche, l’équipe en charge du projet souhaite faire entrer la poésie dans la pensée algorithmique. Avec pour première étape le crowdsourcing de poésies associées à des images, le projet a pour but d’imaginer un robot capable de comprendre et de créer des liens métaphoriques. A lire sur Actualitté et Motherboard.

Source :

La veille du Labo de l’édition #10 : En brèves

by clementinemalgras

 

Bibliothèques en débat : Le livre numérique – mardi 2 juin 2015

Bibliothèques en débat
Le livre numérique

Mardi 2 juin 2015, de 17h à 18h30 > Petit auditorium, site François-Mitterrand

À l’occasion de la parution dans la collection Bibliothèques de l’ouvrage Le livre numérique de Laurent Soual, un nouveau Bibliothèques en débat s’interrogera sur le rôle que doit jouer la bibliothèque dans le domaine du livre et de la lecture numérique, et sa mission d’offre alternative à la diffusion massive et formatée de la culture par les industries des contenus et flux numériques.
Et ce, dans un contexte où, plus d’une décennie après l’apparition de l’édition de livres numériques, aucun modèle stable et reconnu par l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre numérique ne s’est encore imposé.

Avec : Laurent Soual, consultant associé, Cabinet DoXulting ; Guillaume de la Taille, responsable du service du document et des échanges des Bibliothèques de la Ville de Paris ; Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux.

Débat organisé par la BnF, en collaboration avec les éditions du Cercle de la librairie, et animé par Martine Poulain, directrice de la collection Bibliothèques aux éditions du Cercle de la librairie.

Source :

Maëlle Lenoir
Déléguée Générale

Association des amis de la BnF
Bibliothèque nationale de France
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13

Séminaire Ebook AN4 séance du 18 mai 2015

La dernière séance de l’année 4  du séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans : « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations » sous la Direction de Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon et de Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2, a eu lieu le lundi 18 mai 2015, dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, de 16h à 19h.

Nous avons eu le plaisir d’écouter deux interventions :

La première :

« Le livre de jeunesse justifie-t il des plateformes de diffusion numérique spécifiques ? »

Par Edouard Morhange (Cofondateur de storyplayr).

Résumé de l’intervention

Objet hybride à mi-chemin entre le livre, le dessin animé et le jeu vidéo, l’album de jeunesse numérique peine à trouver sa place sur les plateformes généralistes de diffusion des livres numériques. Compte tenu de ses spécificités, quelles sont les caractéristiques d’une bibliothèque numérique dédiées aux albums de jeunesse ?

20150518_162646

Biographie

Cofondateur en 2013 de storyplayr, une bibliothèque numérique dédiée à l’album jeunesse, Edouard Morhange a participé dès les années 1990 à l’aventure du multimédia français, d’abord chez Montparnasse Multimédia où il participe à la création du CD-Rom Le Louvre, puis en créant avec M. Pierre Tchernia le site http://www.monsieurcinema.fr/, première encyclopédie francophone du cinéma sur le web.
La seconde :

« « Lire un extrait » : médiations de la lecture numérique des livres d’images dans les librairies et les bibliothèques en ligne »

Par Julia Bonaccorsi (université Lyon2 / ELICO).

Résumé de l’intervention :

Goûter avant de s’engager… telle est la promesse faite par certaines plates-formes de vente ou d’abonnement de livres numériques, pour tout ou partie de leur catalogue. Des artefacts numériques de la pratique du feuilletage remplissent ainsi cette fonction. Extraits à feuilleter, images de pages présentées en diaporama, fragmentation de la couverture : les « aperçus », l’invitation à « feuilleter », ou la suggestion de « lire un extrait » constituent autant de médiations de la lecture numérique modalisées par l’interaction commerciale ou encore la démonstration des fonctionnalités d’un logiciel de lecture en ligne. L’expérience de lecture brève et fragmentée permise par ces dispositifs donne également accès à la forme du texte et aux savoir-faire éditoriaux, qu’ils relèvent d’adaptations d’ouvrages imprimés ou de créations numériques. Nous nous intéresserons à ces médiations de la lecture numérique, où se (re)joue la valeur symbolique et culturelle du livre, entre produit et objet culturel. Les « livres d’images » seront au cœur de cette exploration : livres de photographie, bande dessinée et plus particulièrement, albums et documentaires pour la jeunesse. Ainsi, cette communication vise à engager la discussion sur les frottements entre les appareillages de la lecture numérique dans les plates-formes et les énonciations éditoriales de l’image.

20150518_172658

Biographie

Julia Bonaccorsi est professeure en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Lyon 2 Lumière et membre d’ELICO (EA4147). Ses travaux portent sur la culture écrite et les transformations médiatiques du texte et de l’image, à partir d’analyses situées des formes signifiantes, à la croisée de la sémiologie et de l’ethnographie.

Elle est l’auteur de : Le devoir de lecture, médiations d’une pratique culturelle, publié chez Hermès Lavoisier en 2009.

La séance était animée par Françoise Paquienséguy (ELICO-SciencesPo Lyon).

Au plaisir de vous retrouver l’année prochaine dans une nouvelle formule  qui vous sera présentée à la rentrée. Très bon été à tous !

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi– Mathilde Miguet

logos AN4