Parution : le livre numérique au présent

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution aux Éditions Universitaires de Dijon, d’un ouvrage sous la direction de Fabrice Pirolli : “Le livre numérique au présent : Pratiques de lecture, de prescription et de médiation“.

Vous pourrez y retrouver un certain nombre de contributeurs habitués de notre séminaire Ebook.

 couv pirolli  Le livre numérique au présentPratiques de lecture, de prescription et de médiation
Sous la dir. de : Fabrice PirolliISSN : 1628-5409
ISBN : 978-2-36441-126-5
Collection : Sociétés
Parution : 2015
Format : 15 x 23 cm
Pages : 136 p.

 

 

Peu à peu, le livre numérique trouve sa place dans le paysage culturel français. Au-delà des prédictions et des supputations esquissant un futur hypothétique, le livre numérique peut dorénavant être considéré « au présent » : il est aujourd’hui enraciné dans les pratiques courantes d’un nombre croissant d’usagers. Mais au-delà des chiffres et des indicateurs économiques, qu’en est-il réellement ? Quelles pratiques – de lecture, de médiation, de prescription –  se développent ou sont réinterrogées par le numérique ? Comment particuliers et professionnels du livre, de la documentation ou de l’éducation abordent-ils cette évolution ? Autant de questions traitées dans cet ouvrage au moyen d’approches théoriques mais également pragmatiques issues de travaux originaux de chercheurs français.

 

Sommaire

 
Introduction (Fabrice Pirolli)

Chapitre 1 – Usages et consommation d’Ebook en France (Françoise Paquienséguy, Sciences Po Lyon)

 
Chapitre 2 – Les livres numériques au centre d’une économie de l’attention ? (Christian Robin, Université de Paris XIII)

 
Chapitre 3 – Ce que le livre numérique fait aux bibliothèques (Claude Poissennot, Université de Lorraine)

 
Chapitre 4 – Quelles médiations pour les bibliothèques et les bibliothécaires ? (Benoît Epron, Enssib)

 
Chapitre 5 – Usages de tablettes et liseuses en contexte d’apprentissage (Mathilde Miguet, Université de Nantes)

 
Chapitre 6 – La prescription de livres numériques sur les plateformes littéraires (Louis Wiart, Université de Paris XIII)

 
Chapitre 7 – Pratiques illégales de partage et de téléchargement de livres numériques (Fabrice Pirolli, Université de Bourgogne)

 
Postface : «  Marée montante » ou tsunami  ? L’avenir du livre à l’heure du numérique (Philippe Poirrier, Université de Bourgogne)

 

Commander en ligne : http://eud.u-bourgogne.fr/433-le-livre-numerique-au-present-9782364411265.html

Télécharger le bon de commande en pdf

Journées d’étude • Éditorialisation et nouvelles formes de publication

21 et 22 avril 2015

Au Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal
C-2059 (Pavillon Lionel-Groulx)
3150 rue Jean-Brillant
Montréal

L’édition numérique est devenue un atout majeur pour la recherche scientifique, à laquelle elle lance cependant de nouveaux défis. Le numérique est en effet en train de remodeler l’ensemble du processus de production du savoir, de validation des contenus et de diffusion des connaissances. Aussi, il est plus pertinent de parler désormais d’éditorialisation pour désigner ce nouveau processus qui fait interagir des contenus (ou des ressources), un environnement technique (le réseau, les serveurs, les plateformes, les CMS, les algorithmes des moteurs de recherche), des structures et formats (l’hypertexte, le multimédia, les métadonnées), et enfin des pratiques (l’annotation, les commentaires, les recommandations via réseaux sociaux). Afin de réfléchir aux enjeux de la production et de la circulation des savoirs à l’ère numérique, les journées d’étude ‟ Éditorialisation et nouvelles formes de publication ” rassembleront une quinzaine de chercheurs qui se distinguent par leur pensée et/ou leur pratique originale de l’édition numérique dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Sous la direction de Marcello Vitali-Rosati, Michael E. Sinatra et Benoît Melançon

Pour en savoir plus : http://editorialisation.org

Source : dh-request@groupes.renater.fr

83e congrès de l’Association francophone pour le savoir

Colloque n°427 :
 Une plateforme de recherche et
d’expérimentation pour l’édition ouverte
Lundi 25 mai 2015, 9h – 17h
Rimouski (Canada)

____________________________________________________
Responsable(s) : Vincent LARIVIÈRE, UdeM – Université de Montréal

Description
Alors que les capacités de stockage et de calcul s’accroissent de façon exponentielle et que les outils de fouille,
d’analyse et de visualisation des collections numériques se multiplient, les propriétés du corpus d’Érudit (erudit.org)
offrent des perspectives de recherche exceptionnelle en bibliométrie, en linguistique informatique, en web sémantique,
ainsi qu’en histoire et en sociologie des sciences.

L’exploration automatisée d’un corpus numérique enrichi comme celui d’Érudit, regroupant une quantité croissante
d’archives et de numéros courants de revues scientifiques et culturelles, mais aussi de thèses et de documents et
données divers, permet en effet d’extraire, de compiler et d’analyser quantités de données autrement dispersées sur de
nombreuses plateformes ou dont l’accès était limité au format papier.

Mais qu’en est-il concrètement de ces nouvelles possibilités de recherche?Il s’agira ainsi de se demander, à partir de
l’exemple d’Érudit, quelles questions inédites le traitement automatisé d’un corpus numérique permet de poser et
comment ce corpus devrait idéalement évoluer (collections, structuration, sémantisation) afin de répondre aux besoins
émergents des chercheurs; d’explorer, en somme, les possibilités de recherche présentes et futures que recèle une
plateforme comme Érudit.


Plateformes
Communications orales
Horaire : 9 h 30 – 10 h 30

9:30 Les projets de données liées chez Canadiana.org
Daniel VELARDE Canadiana, Julienne PASCOE
En tant qu’organisation dirigée par ses membres, dont le but est de fournir un large accès au patrimoine
documentaire canadien, Canadiana.org s’est donné pour mission de relier les ressources patrimoniales
culturelles du Canada au monde en faisant appel aux principes des données liées. Cette communication vise
à analyser les défis et les possibilités qu’offrent les données liées pour la description et l’exploration des
ressources patrimoniales du Canada. Elle comprendra un résumé des principes du Web sémantique tels
qu’ils s’appliquent au patrimoine culturel, à la vision et à la stratégie de Canadiana concernant les données
liées, et aux approches expérimentales sur le développement et l’enrichissement des métadonnées en
utilisant le modèle et les technologies des données liées.
Les données liées sont un ensemble de meilleurs pratiques et de spécifications techniques pour la
publication et la liaison de données structurées sur le Web. Il s’agit de l’une des plus récentes initiatives se
rapportant aux données à être développées par Canadiana.org. Les principes du Web sémantique permettent
aux institutions de la mémoire de relier des collections hétérogènes dans les divers domaines des
bibliothèques, archives et musées, en exploitant les capacités de distribution sur le Web pour faciliter la
description et l’accès au patrimoine documentaire à travers des silos institutionnels.

9:50 Huma-Num, une infrastructure de recherche au service des données de la recherche et des savoirs en
sciences humaines et sociales
Stéphane POUYLLAU CNRS
Huma-Num est une très grande infrastructure de recherche visant à faciliter le tournant numérique de la
recherche en sciences humaines et sociales (SHS). Elle est bâtie sur une organisation originale consistant à
mettre en oeuvre un dispositif humain (concertation collective) et technologique (services numériques
pérennes) à l’échelle nationale et européenne en s’appuyant sur un important réseau de partenaires et
d’opérateurs des humanités numériques. Elle favorise la coordination de la production raisonnée et collective
de corpus de données ouvertes et interopérables. Elle développe pour cela un dispositif technologique
unique permettant le traitement, la conservation, l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche des
SHS. Ce dispositif est composé d’unegrillede services dédiés pour les données de la recherche, d’une
plateforme d’accès unifié (ISIDORE) et d’une procédure d’archivage à long terme. Elle propose en outre
desguides debonnes pratiquestechnologiques généralistes à destination des chercheurs. Huma-Num
coordonne la participation française àDARIAH(Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities),
dont l’objectif est de développer l’échange de données, d’expertises et de services au niveau européen.
Huma-Num est portée par le CNRS, l’Université Aix Marseille et le Campus Condorcet. La communication
présentera la stratégie et la position d’Huma-num dans le cycle de vie des données numériques en SHS.

10:10 Calcul Québec : une plateforme pour vos projets en humanités numériques
Suzanne TALON Université de Montréal, Félix-Antoine FORTIN
Calcul Québec (CQ) est un regroupement d’universités québécoises réunies autour du calcul informatique de
pointe (CIP). Il a pour mission de fournir au milieu de la recherche des infrastructures matérielles et logicielles
de pointe en CIP ainsi que des services d’expert-conseil, afin de contribuer à l’avancement des
connaissances dans toutes les branches du savoir et à la formation de personnel hautement qualifié (PHQ)
en CIP, capable d’exploiter efficacement le parallélisme des systèmes informatiques modernes.
Ces dernières années, les humanités numériques ont connu une forte croissance. Les analystes en CIP de
Calcul Québec travaillent en collaboration avec divers groupes de recherche afin de les aider à mieux tirer
profit des ressources matérielles qui sont à leur disposition.
Dans cette présentation, nous discuterons de l’offre de services adaptés aux humanités numérqieus ainsi que
quelques exemples de travaux réalisés auprès de groupes de recherche.

10:30 Pause


Usages et pratiques
Communications orales
Horaire : 10 h 40 – 12 h 00

10:40 L’archive et l’analyse réseautique des revues d’idées au Québec: entre le bricolage et les promesses du numérique

Jean-Pierre COUTURE Université d’Ottawa
L’Action nationale, Relations, Liberté, Parti pris, Chroniques, Possibles, Temps fou, À bâbord. Depuis un
siècle, les revues d’idées servent de véhicule pour l’animation du débat idéologique et politique au Québec.
Les nombreux intellectuels qui les investissent choisissent cet espace de ommunication intermédiaire entre le
journalisme et l’écriture savante pour diffuser leur pensée au sein d’un cercle plus restreint que celui des
médias de masse, mais dans un format qui se veut accessible au public lettré et cultivé. Cette hybridité des
publics et des registres discursifs (en sus de la courte existence de la plupart des titres) fait en sorte que les
revues d’idées ne sont pas toutes indexées par la banque d’Érudit. Il s’agit pourtant d’un terreau éminemment
fertile pour faire valoir la portée heuristique de la bibliométrie et de l’analyse de réseau dans la documentation
des interactions entre le champ politique et parlementaire et le champ intellectuel et idéologique. Or en
l’absence d’outil adéquat et standardisé, la recherche contemporaine doit bricoler ses propres index à partir
du fastidieux dépouillement des revues du corpus (près de 200 revues d’idées distinctes ont paru depuis
1917 au Québec). La communication fera état de résultats récents quant au potentiel de ces analyses de
réseau et souhaitera contribuer à la réflexion commune quant à la d’Érudit pour la sociologie des idées.

11:00 Altmetrics: opportunités et défis associés à l’usage des médias sociaux dans la communication
savante
Stefanie HAUSTEIN Université de Montréal
350 ans après sa création, la revue savante demeure le principal moyen de diffusion des
connaissances savantes, et les citations reçues par les articles constituent la mesure principale de
leur impact scientifique. Les médias sociaux et leur introduction dans un contexte académique ont généré de
nouvelles opportunités pour capturer l’impact sur un public potentiellement plus
large—pas simplement les auteurs qui citent—et plus rapide, compte tenu de la vitesse avec laquelle l’activité
dans les médias sociaux peut être mesurée. Le nombre de tweets, de
publications Facebook, de lecteurs sur Mendeley, d’évaluations d’experts sur F1000, et de vues
sur Slideshare sont des exemples d’indicateurs considérés comme des «altmetrics». De
nombreuses revues fournissent également les «altmetrics» associées à chacun de leurs articles,
certains chercheurs les présentent sur leurs CVs, et certains organismes subventionnaires
commencent à envisager leur utilisation. Même s’il est devenu évident que ces nouvelles mesures
sont très hétérogènes et ne peuvent remplacer les citations, on sait encore peu de choses sur leur
signification et le type d’impact qu’ils reflètent. Cette communication fera un tour d’horizon des
opportunités et des défis associés à l’utilisation de médias sociaux dans la communication
savante.

11:20 Comment mutualiser les données documentaires et les potentialités d’exploration sans concentrer le
pouvoir de décision sur les systèmes et architextes ?
Jérôme VALLUY Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) / Université de Technologie de Compiègne (UTC=),
France
L’édition numérique de textes scientifiques et pédagogiques est écartelée entre un mouvement de dilution
dans l’océan des autoéditions numériques en libre accès et, en sens inverse, un mouvement de
concentration politique ou commerciale de la décision éditoriale. Les plateformes francophones s’inscrivent
dans la deuxième tendance par emprise étatique française (Hal, Persee, OpenEdition) ou gestion
commerciale (Cairn). Par ailleurs, trop étroitement académiques ou commercialement contraintes, elles ne
tirent pas parti des gigantesques ressources (écrits, sons, images) de l’océan numérique en libre accès et ne
parviennent pas à suivre l’évolution vers les ouvrages numériques dynamiques (“enrichis”, “augmentés”)
faisant appel à ces ressources. Dans ce contexte Erudit pourrait accroître son volume de publications et le
potentiel collectif d’exploration et de réutilisation des contenus, en créant un dispositif ouvert intégrant, par
duplication, les bases de données de sites sous SPIP ou WordPress, en libre accès intégral, de collectifs
d’auteurs (revues, laboratoires, associations, réseaux, équipes…) demeurant autonomes tant pour leurs
contenus que pour les modalités d’affichages sur leurs sites. Si le système est accessible aux collectifs sans
contrôle a priori ( mais avec contrôle a posteriori des contenus publiés au regard des lois canadiennes), il
offrira une alternative précieuse à toute la francophonie.

11:40 Fouille textuelle de revues intellectuelles québécoises
Iana ATANASSOVA Université de Franche-Comté
Nous présentons une étude logométrique de revues intellectuelles québécoises du début du XXe siècle, avec
pour objectif d’identifier des tendances et des phénomènes dans le discours intellectuel et de fournir des
outils de fouille textuelle permettant d’observer les concepts et leurs usages dans les textes afin d’en dégager
des tendances. Le développement des nouvelles technologies et la numérisation des revues intellectuelles
rendent possibles aujourd’hui des analyses automatisées de textes par des méthodes issues du traitement
automatique des langues. À travers l’étude des cooccurrences, des fréquences des termes et du lexique, sur
une période donnée, nous pouvons révéler l’évolution des thématiques traitées, identifier l’émergence de
nouveaux concepts dans les textes. De plus, la mise en relation entre les sujets traités dans les revues
intellectuelles québécoises et le contexte historique apporte un éclairage lors d’études sociologiques.
Les politiques d’accès de la plateforme Érudit et de la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec ont
permis la création d’un corpus textuel numérise, constitué d’une part de « La Revue d’histoire de l’Amérique
française » et de la revue « Recherches sociographiques », et d’autre part, des revues : « L’action
française », « L’action canadienne-française » et « L’action nationale ». Pour ce corpus de cinq revues, nous
avons traité l’intégralité des publications sur la période de 1917 à 2005.

12:00 Dîner


Traitement et outils 1
Communications orales
Horaire : 13 h 30 – 14 h 30

13:30 Valorisation du fonds documentaire numérique pour la recherche
Marc BERTIN UQAM – Université du Québec à Montréal
Si la numérisation des fonds documentaires et l’accès au texte intégral offrent de nombreuses possibilités,
ces dernières reposent avant tout sur le traitement de grands ensembles de textuelle. À la frontière de
l’informatique et de la linguistique, le champ du traitement automatique des langues propose des méthodes et
des outils pour l’exploitation de l’information textuelle en la segmentant, la classant, la catégorisant ou même
en l’annotant sémantiquement et automatiquement. À partir des résultats obtenus, nous disposons de
nouvelles données apportant un éclairage nouveau sur le fonds avec une information textuelle organiser,
condition nécessaire à la production de nouvelles connaissances. Les métadonnées se voient enrichies, les
textes annotés, les formes désambiguïsées et les index optimisés : l’accès au document se voit ainsi revisité.
Nous donnerons des exemples concrets autour du traitement de corpus et de solution informatisés autour
des index et des bibliographies. Nous présenterons des outils de lexicométrie comme Iramuteq ainsi que des
solutions de production d’interface web dédiée au monde de la recherche comme RShiny. Nous conclurons
par une réflexion autour des services qui peuvent être proposés au monde de la recherche à partir de ces
nouvelles pratiques.

13:50 Contraintes et atouts du corpus Érudit pour le traitement automatique de la langue
Lyne DA SYLVA Université de Montréal
La présentation procédera à un examen systématique des caractéristiques du corpus d’Érudit
d’un point de vue de traitement automatique de la langue (TAL). Celles-ci incluent les suivantes :
(1) ses caractéristiques informatiques, dont principalement le format des documents, la
présence de métadonnées explicites et l’existence de balisage sémantique étendu; (2) les
caractéristiques linguistiques du corpus, notamment le degré de multilinguisme des textes, le
vocabulaire utilisé, étudié à la fois d’un point de vue terminologique et de sémantique lexicale,
ainsi que quelques éléments de linguistique textuelle telle qu’observée dans un échantillon du
corpus; (3) un certain nombre de critères pragmatiques, incluant les distinctions entre revues
scientifiques et culturelles ainsi que les propriétés de cette bibliothèque numérique comparée
aux corpus normalement utilisés en TAL.
Ceci sera suivi d’une analyse, d’une part, des atouts que ces caractéristiques identifiées
présentent, et d’autre part des contraintes qu’elles imposent au traitement.

14:10 Fouille de textes et cartographie thématique des corpus numériques
Dominic FOREST Université de Montréal, Marcela BAIOCCHI Université de Montréal
On observe depuis une dizaine d’années une hausse du nombre d’initiatives visant à numériser et à diffuser
le patrimoine informationnel des différentes branches du savoir. Dans certains domaines, les conséquences
des initiatives de numérisation ont des répercussions sur le développement d’applications visant à assister la
recherche, l’analyse, la structuration et la gestion des informations. Lors de cette communication, nous
exposerons comment certaines
techniques de fouille de textes peuvent être exploitées afin d’assister l’extraction
et l’organisation et la visualisation d’informations présentes dans des corpus de
documents scientifiques en sciences humaines. Les données que nous avons
traitées dans le cadre de nos recherches sont issues de la plate-forme Érudit. La
démarche que nous avons menée repose sur une méthodologie inspirée de travaux dans le domaine de la
fouille de données. Cette démarche est composé
de 4 principales étapes : 1. Le pré-traitement, 2. La transformation numérique, 3. L’application des
algorithmes de fouille et l’extraction des termes caractéristiques et 4. L’évaluation et la visualisation. Dans
cette démarche, nous avons principalement mis à contribution les propriétés structurantes des algorithmes de
classification que nous avons couplées à des modalités devisualisation de l’information qui permettent de
présenter de manière conviviale les résultats obtenus.

14:30 Pause


Traitement et outil 2
Communications orales
Horaire : 14 h 45 – 15 h 55

14:45 Extraction et structuration de connaissances pour une plateforme interactive dédiée à Érudit: état de
l’art et points de réflexion
Philippe LANGLAIS À déterminer
L’extraction automatique de connaissances à partir de données textuelles en partie structurées trouve un
nombre croissant d’applications comme l’aide interactive au furetage de grande collections de documents, le
recensement d’informations implicites dans les textes ou encore la réponse à des questions complexes. Dans
cette présentation je compte décrire des chaînes de traitement développées par la communauté du
traitement des langues et proposer des scénarios possibles de leur intégration dans une plateforme de
furetage interactive dédiée à Érudit. La première étape de cette réalisation consiste à construire une base de
connaissances sous la forme d’une (large) collection de triplets <sujet,relation,prédicat> à la façon des triplets
RDF qui constituent le socle du Web sémantique. J’illustrerai les sorties des extracteurs de triplets actuels sur
quelques documents d’Érudit. La seconde étape consiste à structurer ces triplets. Je dresserai une
cartographie des principaux niveaux de structuration que l’on peut obtenir automatiquement. La troisième et
dernière étape consiste à mettre à l’usage une telle base de connaissances. Je décrirai à cet effet 2
applications qui selon moi auraient un intérêt dans une plateforme dédiée à Érudit: le furetage interactif d’une
large collection de documents et la réponse automatique à des questions complexes.

15:05 Utilisation des citations pour le résumé automatique de la contribution des articles scientifiques
Bruno MALENFANT Université de Montréal
Une des tâches d’un chercheur est la lecture d’articles scientifiques, que ce soit pour les comparer, pour
identifier de nouveaux problèmes, pour situer son travail dans la littérature courante ou pour définir des
propositions de recherche. Nous voulons construire un résumé d’un article scientifique qui permettrait à un
chercheur de décider rapidement s’il doit lire un article ou non. À l’intérieur d’une citation, il y a une
description des liens entre plusieurs articles. Ces articles sont comparés, commentés et combinés. Cette
information n’était pas disponible lors de la rédaction de l’article, cela lui ajoute donc un niveau
d’interprétation et un indice sur son apport à la communauté scientifique, les citations reflétant l’opinion de la
communauté scientifique. Nous proposons un système de résumé à base de citances, terme proposé par
Nakov et al (2004) désignant l’ensemble des phrases entourant une citation expliquant ce qu’un autre article
a réalisé dans un domaine lié à l’article citant. Notre système identifie le rôle attribuable à une citance :
hypothèse, discussion, méthode, résultat ou implication. Nous travaillons aussi sur le balisage automatique
d’un article et la construction d’une base de données RDF contenant la méta-information des articles.

15:25 La recherche sémantique dans le domaine juridique : résultats et réflexions
Martin BOUCHER Université de Montréal
Depuis quelques années, les techniques de traitement automatique de la langue naturelle (TALN) ont été
appliquées à la recherche d’information dans le but, entre autres, d’améliorer la précision de la recherche par
une meilleure compréhension des termes de requête dans leur contexte d’utilisation, de proposer des
suggestions de requêtes apparentées ou encore de faire ressortir des documents dont le contenu partage
des similarités conceptuelles avec la requête. De telles techniques de recherche dites « sémantiques » sont à
la base de produits innovateurs développés par une équipe de chercheurs et de développeurs de la
compagnie québécoise KeaText.
Dans cette communication, nous ferons d’abord un bref survol des techniques de recherche sémantique
utilisées par l’équipe de KeaText. Par la suite, nous présenterons le résultat de la mise oeuvre de ces
techniques, notamment dans le domaine juridique, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles possibilités pour le
repérage et la recherche d’information basés sur le contexte sémantique. Nous discuterons des avantages et
des limites associées à ce type d’approche et enfin, nous formulerons des réflexions concernant l’application
de telles techniques de recherche sémantique sur des corpus documentaires savants comme Érudit.

Mot de clôture
Communications orales
Horaire : 15 h 55 – 16 h 05

15:55 Mot de clôture
Tanja NIEMANN Université de Montréal

Cocktail
Horaire : 16 h 05 – 17 h 00

Souce : numeruniv-quotidien@cines.frde la part de jerome valluy <jerome.valluy@univ-paris1.fr>

APPEL A COM° (Colloque, Madrid oct. 2015, limite : 15 avril 2015) : Reading wide, writing wide in the Digital Age: perspectives on transliteratures

Reading wide, writing wide in the Digital Age : perspectives on transliteratures

Université Complutense (Madrid)

22 -23 Octobre 2015

Organisé par le Groupe de Recherche, LEETHY Group

https://www.ucm.es/leethi/reading-wide

Le lancement de  Google Books et de Google Earth en 2004 peut être considéré comme un jalon symbolique dans la configuration des mémoires et la localisation dans l’espace, une sorte de point de repère.  Y a-t-il un temps avant et un temps après 2004 ? Devons-nous nous préparer pour un changement dans la lecture et l’écriture littéraires?  Nous assistons assurément aujourd’hui à une accélération sans précédent de la circulation des produits et matériaux, des personnes, textes et mémoires, alors que les imaginaires nationaux et globaux coexistent, luttent et produisent des littératures.  On répète des lieux communs à propos des littératures contemporaines, des nouveaux lecteurs, de la globalisation, d’Internet, etc., mais en fait nous ne trouvons pas assez d’expériences et d’études contrastées qui soutiennent bon nombre de ces assertions.

Il est temps que nous nous demandions si les interrelations à l’échelle globale dans des environnements numériques ont modifié, d’une part, les modèles de production et de distribution de l’écrit, de la circulation et de la consommation de la lecture et, dans ce cas, de quelle façon.  Toutefois, d’autre part, il est temps que nous nous demandions si ces modalités de circulation créent de nouveaux récits et un nouvel effet de globalisation. Nous envisageons ainsi la circulation numérique globale comme un processus factuel mais aussi une façon imaginaire de raconter des histoires.

En fait, à l’instar du cinéma qui a radicalement transformé l’imaginaire littéraire des lecteurs et écrivains au début du 20ème siècle, Internet modifie définitivement les rituels de lecture, les formules de production, les récits du 21ème siècle.

Nous pensons qu’il est nécessaire de vérifier quelles marques dans l’écriture et la lecture littéraires pourraient être considérées comme des symptômes de ces  changements dans les modèles de lecture, les stratégies et les imaginaires d’écriture. Nous pouvons explorer la possibilité que la métaphore conceptuelle qui est utilisée pour comprendre le fait littéraire par sa généaloqie évolue vers le transit et voyage des littératures et lectures. Si la question “d’où cela vient-il ?” a été utilisée pour former les identités personnelles et culturelles, et donc pour construire les discours littéraires nationaux, de nos jours elle peut être remplacée par, ou croiser les,  « où cela va-t-il ? » et « comment cela  traverse-t-il ? ».  Cette conception circulante de ce que nous pouvons appeler “translittératures”, une perspective bien fondée et reposant sur une large base dans le champ littéraire de nos jours, devrait être mise à l’épreuve dans le domaine numérique.

Et c’est le point-clé : est-ce que la circulation numérique modifie les imaginaires littéraires ? Nous essayerons de nous poser les questions suivantes:

– Etant donné l’extension et la multiplication des médias numériques, la vision du monde qui bouge et s’élargit, modifie-t-elle réellement la production littéraire locale, les imaginaires localisés ?

– A propos de la configuration d’une mémoire culturelle à travers de nouvelles archives numériques, nous pouvons soulever la question : comment influence-t-elle les structures connectives de la culture et de la littérature en particulier ?

– La circulation des matériaux sur le Web donne-t-elle naissance à de nouvelles communautés de lecteurs-écrivains, avec d’autres modes de lecture? Annonce-t-elle la façon dont les lecteurs de la nouvelle génération vont lire ?

Notre intention est de rassembler des spécialistes et des expériences provenant du monde de la cyberculture et de la critique littéraire, avec des approches distantes et distinctes,  avec l’objectif que, sur la base d’une analyse de cas de production et de lecture littéraire sur support électronique ou papier, ils puissent offrir des réponses par rapport à ce qu’il se passe actuellement autant dans le monde éditorial numérique et traditionnel que dans le monde académique de l’enseignement et de la recherche. Cela signifie passer les frontières trans et hyper.

Délais :

Soumission des résumés : 15 avril, 2015.

Notification des communications sélectionnées : mai-juin, 2015.

readingwide@ucm.es

Site web : https://www.ucm.es/leethi/reading-wide

source : [NumerUniv-Quotidien]

Séminaire MSH “Pratiques numériques en SHS” – Les e-books – jeudi 12 mars 2015

Dans le cadre du séminaire sur “Les pratiques numériques en SHS” organisé par l’atelier numérique, la MSH Val de Loire vous invite à la session du 12 mars 2015 (de 14h à 17h) consacrée aux e-books.
Programme :

  • Le livre numérique dans les collections du SCD de l’Université François-Rabelais : les modèles économiques, l’open access, les métadonnées, les formats, les usages et le rôle des bibliothèques dans la diffusion des e-books par Bruno BOISSAVIT, directeur du Service Commun de Documentation (SCD) à l’Université François-Rabelais de Tours et Anne SLOMOVICI, responsable des ressources en ligne pour le Service Commun de Documentation (SCD) à l’Université François-Rabelais de Tours
  • La production des e-books aux Presses universitaires François-Rabelais (PUFR) par Samuel Leturcq, directeur des Presses universitaires François-Rabelais (PUFR) et Mickaël ROBERT, responsable de production aux Presses universitaires François-Rabelais (PUFR)

Comme d’habitude, la séance sera en simultané à Tours et à Orléans, gratuite et libre d’accès. Aucune inscription préalable n’est requise.

Elle aura lieu le 12 mars 2015 de 14h à 17h :
à la MSH Val de Loire (salle polyvalente, rez-de-chaussée)
33 Allée Ferdinand de Lesseps à Tours

En visioconférence
au Collegium LLSH (Studio)
10 rue de Tours à Orléans

Consultez et téléchargez la programmation complète du séminaire “Pratiques numériques en SHS”

Pour rappel, toutes les sessions seront enregistrées et disponibles sur le site de la MSH Val de Loire à la rubrique “Séminaires”.

Source : Laurence Rageot
Coordinatrice de l’atelier numérique
Maison des Sciences de l’Homme Val-de-Loire | USR 3501
33 Allée Ferdinand de Lesseps – BP 60449 – 37204 TOURS cedex 03
Tél : +33 (0)2 47 36 14 86
laurence.rageot@univ-tours.fr
http://msh.univ-tours.fr/

Séance séminaire Ebook AN4 du 2 mars 2015

La séance du séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans : « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations » sous la Direction de Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon et de Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2, a eu lieu le lundi 2 mars 2015, dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, de 16h à 19h.

P1010667

Nous avons eu le plaisir d’écouter deux interventions :

La première :

« Pratiques « illégales » de partage et de téléchargement de livres numériques : Retours sur la naissance de nouveaux espaces de médiation » par Fabrice Pirolli (MCF en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de bourgogne, Laboratoire CIMEOS (EA-4177)).
Résumé de l’intervention

L’émergence du numérique dans l’univers du livre pose immanquablement la question de la reproductibilité et de la diffusion des œuvres dématérialisées. Il refaçonne profondément les usages en ouvrant notamment la possibilité de dissocier le contenu informationnel — les œuvres – de la matérialité des dispositifs permettant d’y accéder. De nouveaux modes de stockage et de diffusion des contenus concourent à l’immersion progressive du livre, et en particulier du roman, dans l’univers du Warez et du téléchargement illégal. Bien que n’étant pas totalement nouvelle cette évolution nous semble prendre ces dernières années une ampleur inédite. Aussi nous proposons une réflexion théorique portant sur l’évolution des pratiques de piratage de livres numériques ainsi que sur les enjeux idéologiques et économiques sous-jacents. Nous nous intéresserons également au rôle que peuvent jouer les communautés de partage de livres piratés, notamment en matière de médiation. Enfin nous mettrons en exergue certaines spécificités du livre sur cette question par rapport à d’autres types de biens culturels.

Télécharger la présentation de l’intervention

Biographie

Fabrice Pirolli est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bourgogne, enseignant à l’IUT de Dijon et chercheur au laboratoire CIMEOS, EA 4177. Ses thématiques de recherche concernent principalement les usages des TICN et leurs effets sur les pratiques professionnelles, notamment dans le domaine de l’information-documentation. Il s’intéresse également aux pratiques informationnelles des usagers de systèmes d’information ainsi qu’aux modalités de représentation et de médiation des savoirs en ligne.

P1010666

La seconde :

« Le secteur des beaux livres : prédominance de l’objet-livre face aux expérimentations d’édition numérique » par Sylvie Bosser (MCF en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paris 8, Laboratoire CEMTI (EA-3388)).

Résumé de l’intervention

Si les catalogues d’exposition font désormais régulièrement l’objet d’une publication qui se trouve, pour un certain nombre, enrichie, l’examen du secteur des beaux livres laisse à penser que ce dernier en est encore, quant à lui, au stade de l’expérimentation. On s’attachera ici à dégager un premier bilan d’initiatives menées dans un secteur où la forme, c’est-à-dire l’objet-livre, reste encore nettement consubstantielle au fond. Ce travail s’inscrit dans un projet du labex Arts-H2H de Paris 8 intitulé : « Catalogues d’exposition augmentés : zones de test » dirigé par Alexandra Saemmer. Le projet du labex s’intéresse en priorité aux catalogues d’exposition augmentés ou enrichis. Dans ce cadre, il nous a semblé intéressant d’élargir la réflexion au secteur des beaux livres, secteur dans lequel prennent place les catalogues d’exposition qui représentent plus de la moitié des meilleures ventes du rayon beau livre.

Télécharger la présentation de l’intervention

Biographie

Sylvie Bosser est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris8 et chercheuse au laboratoire CEMTI (EA-3388). Elle s’intéresse à la sociologie de la traduction et aux stratégies numériques des éditeurs de littérature. Elle participe au projet du labex Arts-H2H de Paris 8 « Catalogues d’exposition augmentés : zones de test » dirigé par Alexandra Saemmer.

P1010677

Françoise Paquienséguy  a animé cette séance.

Télécharger le résumé de la séance

Inscription gratuite mais obligatoire pour chaque séance auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver  le 18 mai !

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

logos AN4

Conférence : Du livre aux écrans

Un verre derrière l’écran

Séminaire de Culture Numérique

vendredi 20 fèvrier de 19h20 à 21h00

Plateau Média – Gaîté Lyrique 3bis rue Papin, 75003 Paris Métro : Réaumur Sebastopol (lignes 3 et 4)

Interviendra Serge Tisseron dans une conférence intitulée : Du livre aux écrans. Comment les jeux vidéos façonnent de nouveaux repères.

Un verre derrière l’écran est un événement supporté par Hétic, la Gaîté Lyrique et l’Université de Montréal (CRIHN)

Contacts :

Peppe Cavallari – peppe.cavallari@gmail.com

Jennifer Vernalde – jvernalde@gmail.com

Matteo Treleani – matteo.treleani@gmail.com

Source :  [CultureNumerique]

Jeunesse : des livres numériques par milliers

Combien d’ebooks et d’applis sont-ils téléchargeables sur les « stores » ?  Les livres pratiques, les « beaux livres » ou les illustrés pour la jeunesse tirent parti des fonctionnalités d’interactivité, d’enrichissements ou d’animation que propose le format epub. Voici plus de quarante ans que le numérique s’est tourné vers le livre -à moins que ce ne soit l’inverse- depuis la création en 1971 aux Etats-Unis de Gutenberg, première bibliothèque numérique.

Lire la suite

source :

Mondes Sociaux, magazine des SHS toulousaine

Fanny Mazzone

LERASS (fanny.mazzone@univ-tlse2.fr)

Séance séminaire Ebook AN4 du 16 février 2015

La  séance du séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans : « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »  sous la Direction de Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon et de Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2, a eu lieu le lundi 16 février 2015, dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h.

Nous avons eu le plaisir d’écouter deux interventions :

IMG_2802

La première :

« La représentation et de l’évocation de l’espace du kiosque dans la vente en ligne de la presse et des livres »

Par Valérie Jeanne-Perrier (Celsa, Université Paris-Sorbonne / GRIPIC).

IMG_2788

Résumé de l’intervention

Le kiosque de presse est un lieu de vie et d’échange marchand fort, dans l’histoire des médias et de la presse, comme celui de l’édition littéraire ; le lieu physique parisien du kiosque “Hachette” ou celui des gares “Relay” dessine une relation aux produits d’éditions, mis en scène et proposés aux lecteurs et usagers qui sont co-présents dans un temps assez court à la fois de sélection, repérage et achat de journaux et livres. Avec les nouvelles modalités numériques d’accès à ces produits culturels, le kiosque ne disparaît pas ; comme beaucoup de dispositifs numériques, le kiosque numérique est métaphorisé et proposé selon des logiques éditoriales et de mises en scène renouvelés, mêlant jalons connus et focalisations sémiotiques choisies par les acteurs de la médiation marchande numérique que sont les constructeurs de matériel et les éditeurs. Pendant cette séquence seront donc examinées les figures de la métaphore du kiosque lorsque celui-ci désigne un site de vente de produit d’édition, sous la forme d’une application. De manière parallèle, sera évoquée la nouvelle politique de mise en scène des kiosques physiques (IRL), poussée depuis 3 ans par le syndicat de la presse magazine, faisant la part belle aux écrans pour accéder aux produits numérisés.

Biographie

Valérie Jeanne-Perrier est professeure des universités au Celsa, Université Paris-Sorbonne et membre du GRIPIC.

La seconde intervention :

« Éditeurs de livres imprimés et plateformes de distribution numérique, enjeux et pratiques »

Par Christian Robin (université Paris 13 / Labsic).

Résumé de l’intervention :

Les relations entre éditeurs de livres imprimés et acteurs de leur distribution sont codifiées depuis des décennies. Les services rendus et leurs rétributions sont clairement identifiés et sauf nouvel entrant de poids ne se modifient qu’à la marge. Il en est de même depuis plus de 30 ans pour les positions de chaque acteur.

Or le développement de la diffusion numérique des œuvres est réputé bouleverser la donne. Toutefois, on accuse fréquemment les acteurs dominants dans ce domaine, de freiner les évolutions pour préserver leurs positions et leurs marges. On constate d’ailleurs que contrairement aux États-Unis et au Royaume-Uni, le marché du livre numérique dans le secteur de l’édition généraliste (trade) ne croît pas très vite en France. C’est pourquoi nous essaierons d’éclairer les débats sur ce sujet en analysant les relations entre éditeurs et acteurs de la distribution, tant traditionnelles que liées au numérique, et en montrant en quoi les usages du passé influent sur ceux du présent ou sont remis en cause.

Biographie

Enseignant chercheur à l’université Paris 13, membre du Labsic, Christian Robin a orienté ses recherches sur les relations entre les processus éditoriaux et les contenus des livres publiés. Dans ce cadre, il analyse plus particulièrement l’économie de la filière, spécifiquement la gestion des maisons d’édition, ainsi que l’influence du numérique sur les marchés et les entreprises.

Ses recherches et son enseignement sont nourris de près de 40 ans d’expérience professionnelle dans le domaine des industries culturelles, dont plus de 30 ans dans l’édition de livres et 30 ans aussi dans l’usage du numérique tant dans la production que la diffusion des contenus éditoriaux.

Bibliographie

Les livres numériques au centre d’une économie de l’attention ? in Fabrice Pirolli (dir.), Livre numérique et figures de lecteurs : pratiques de lecture, de prescription et de médiation, Éditions universitaires de Dijon, à paraître début 2015.

Démocratisation culturelle, numérique et web, le cas de la filière livres, Carnet de recherches du Ministère de la culture, http://chmcc.hypotheses.org/826, mis en ligne 3 novembre 2014.

¿Se puede medir la diversidad en el campo de la edición de libros en relación a la independencia editorial? Communication y medios n° 27, novembre 2013, p. 79-86.

La Gestion, in Bertrand Legendre (dir.), Les Métiers de l’édition, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2012, p 321-343.

Les livres dans l’univers numérique, Collection Études, La documentation française, 2011.

La diversité culturelle dans la filière du livre, in Philippe Bouquillion et Yolande Combes (dir.), « Diversité culturelle et industries culturelles », l’Harmattan, 2011, pp. 119-165.

IMG_2794

La séance a été animée par Sylvie Bosser (Cemti-Paris8) et Julia Bonaccorsi (Elico-Lyon2).

Nous profitons de l’occasion pour vous annoncer la parution du n°43 d’ Etudes de Communication dont le dossier thématique “Le livre numérique en questions” a été coordonné par Françoise Paquienséguy et Sylvie Bosser ; vous y retrouverez quelques uns des intervenants au séminaire ces dernières années.

Il est disponible ici : http://www.cairn.info/revue-etudes-de-communication-2014-2-page-9.htm

Et nous nous retrouverons le 2 mars pour écouter Fabrice Pirolli et The Ebook Alternative.

Inscription gratuite mais obligatoire pour chaque séance auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver !

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

logos AN4

Le livre numérique en questions

couverture de [REVUE_ID_NUMPUBLIE]

“Le livre numérique en questions”, tel est le titre du dossier thématique de la revue lilloise “Etudes de Communication”  que Sylvie Bosser et Françoise Paquienséguy ont coordonné tout récemment. Il vient d’être publié sous forme papier mais également numérique. Il est disponible sur ici : http://www.cairn.info/revue-etudes-de-communication-2014-2.htm

Elles ont souhaité, à partir de sept articles, porter trace des principaux questionnements à l’œuvre sur le livre numérique et ce dossier met particulièrement l’accent sur les comportements jeunes publics, les stratégies des bibliothèques et l’innovation en termes d’écriture et de lecture sur support numérique. Il met également en valeur plusieurs contributeurs réguliers de notre séminaire.

 

Le livre et l’écran : mariage interactif

Le 4 mars 2013 par Nathalie Paquet

À l’heure où le livre est chamboulé dans sa chair, de belles expérimentations articulant papier et numérique sont nées. Il est d’ailleurs amusant de voir que certains livres cherchent leur (nouvelle) identité. Au sortir du hackathon Print is not Dead, Nathalie Paquet revient sur les expériences proposées par le livre numérique.

Lire la suite : http://www.knowtex.com/blog/le-livre-et-lecran-mariage-interactif/

Source : Knowtex Blog

eBooks : livres augmentés ou livres diminués ?

Le 13 septembre 2012

L’appel des 451, exprimant les intérêts corporatistes à courte vue des acteurs de la “chaîne du livre”, oublie les enjeux fondamentaux liés au livre numérique, au centre desquels les droits des lecteurs. Notre chroniqueur Calimaq se charge de nous les rappeler.

lire la suite : http://owni.fr/2012/09/13/ebooks-livres-augmentes-ou-livres-diminues/

Source : OWNI

E-book : usages et pratiques d'écran