Quelques actualités

- I Love Transmedia #3, du 2 au 5 Octobre 2014 à Paris, plus d’informations ;
- Médiation & numérique dans les équipements culturels, les 7 et 8 octobre à Paris, plus d’informations ;
- Sommet du livre, lundi 13 octobre à Paris : plus d’informations
- Quelles réutilisations des métadonnées mises à disposition par la BnF ? Les 6 et 7 novembre à Paris : plus d’informations
- Journée d’étude Ateliers numériques, jeudi 13 novembre à Paris : plus d’informations

Résultats quantitatifs de l’étude : accessibilité numérique des portails de 133 bibliothèques

En coopération avec BrailleNet et dans le cadre d’une collaboration avec le Ministère de la culture et de la communication, Tosca consultants et Franck Letrouvé conduisent une étude de l’accessibilité numérique des portails de bibliothèque.

Cette étude comporte une partie quantitative et une partie qualitative.

Un baromètre de l’accessibilité numérique des portails de bibliothèque (analyse quantitative).

L’objectif de cette étude est d’évaluer le niveau de prise en compte des exigences réglementaires par les bibliothèques de lecture publique et de suivre régulièrement les évolutions de cette prise en compte : les personnes en situation de handicap peuvent-elles effectivement consulter les portails des bibliothèques françaises ? Cette analyse quantitative porte sur la vérification de la publication de l’attestation de conformité au RGGA. Elle traite un échantillon de 120 bibliothèques avec 2/3 de bibliothèques municipales (80 établissements) et 40 bibliothèques intercommunales auxquelles s’ajoutent 10 bibliothèques départementales, la Bibliothèque nationale de France, les bibliothèques de la ville de Paris et la Bibliothèque publique d’information. Les résultats de cette analyse quantitative ont été publiés le 26 septembre 2014.

Une étude des bonnes pratiques et des points d’amélioration (analyse qualitative).

L’objectif est de dégager des bonnes pratiques en soulignant d’une part les points positifs des sites actuels et d’autre part en faisant remonter des points d’amélioration simples à mettre en œuvre. L’étude qualitative porte sur une sélection de 6 à 8 sites qui peut évoluer d’une année à l’autre. Il s’agit de vérifier 5 points de conformité, dans le cadre de contrôles automatisés et manuels, suivant un protocole de contrôle préalablement validé.

Les résultats de l’étude qualitative seront publiés en décembre 2014, après leur validation par un comité de suivi.

Un suivi de l’étude par les associations professionnelles réunies au sein d’un comité ad hoc par le Ministère de la culture et de la communication

Formé par le Ministère de la culture et de la communication, ce comité de suivi réunit aux côtés des représentants du Ministère, des représentants de l’ABF (groupe AccessiBib pour une meilleure accessibilité des bibliothèques aux publics en situation de handicap), de l’Association Valentin Haüy, des bibliothèques de la Ville de Paris, du réseau des bibliothèques de Val et Forêt, de la Bibliothèque départementale du Val d’Oise et de la Bibliothèque nationale de France. Ce comité de suivi s’est réuni le 19 septembre pour valider les résultats de l’étude quantitative et se pencher sur les pistes d’action les plus prometteuses.

Une publication régulière des résultats de l’étude d’accessibilité numérique des portails de bibliothèque

Les résultats de cette étude sont disponibles à l’adresse suivante : www.bibliothequesaccessibles.fr

Vous trouverez sur ce minisite :

·         Une présentation générale de l’étude et de ses 2 volets (analyse quantitative, analyse qualitative), http://www.bibliothequesaccessibles.fr/ ;

·         Une présentation de l’analyse quantitative (l’échantillon, la nature des analyses, la grille d’analyse et les résultats), http://www.bibliothequesaccessibles.fr/quantitative.html ;

·         Une présentation  du protocole de la prochaine analyse qualitative, http://www.bibliothequesaccessibles.fr/qualitative.html

·         Des articles rendant compte de l’étude ou en rapport avec l’accessibilité des portails de bibliothèque, http://www.bibliothequesaccessibles.fr/articles.html

·         Une rubrique « en savoir plus sur l’accessibilité » : http://www.bibliothequesaccessibles.fr/accessibilite.html

.           Généralités

.           Standard, référentiel et obligation légale relatifs à l’accessibilité

.           Bibliothèques et accessibilité numérique

.           Quelques contre-vérités largement répandues sur l’accessibilité

.           Acteurs de l’accessibilité et ressources externes

Le site s’enrichira ensuite des résultats de l’analyse qualitative. Je vous informerai de la mise en ligne des principaux résultats dès leur publication.

Marc Maisonneuve

(ISNI : 0000 0000 6305 7785)

Tosca consultants

(ISNI : 0000 0001 0057 0482)

13 rue du Faubourg Poissonnière

75009 PARIS

tél. 01 42 36 01 57   fax 01 42 21 44 43

www.toscaconsultants.fr

 

PixFLet Tosca consultants viennent de publier les résultats de l’étude de l’accessibilité numérique des portails de 133 bibliothèques : http://www.toscaconsultants.fr/actualites.htm#20140909.

 

Documentaliste-Sciences de l’information vient de publier un article de Franck Letrouvé et de  Marc Maisonneuve intitulé “Un Web accessible : accessibilité numérique pour certains, qualité et confort pour tous !”.

 

BnF Collection eBooks (SavoirsCom1, 15 sept. 2014)

BnF Collection eBooks :
le domaine public mis à mal par un nouveau partenariat public-privé

15 septembre 2014

BnF-Partenariats, filiale de droit privé de la Bibliothèque nationale de France, a annoncé la semaine dernière le lancement d’une collection d’eBooks disponibles à la vente sur les différentes plateformes commerciales (Amazon, iBooks Store, Fnac/Kobo, chapitre.com, etc.), au format ePub adapté à la lecture sur tablettes, liseuses et smartphones. Ces fichiers au nombre d’une cinquantaine pour le moment, mais destinés à atteindre 4000 titres à terme, correspondent tous à des œuvres du domaine public, numérisées par la BnF dans le cadre de ses marchés de numérisation.

Les œuvres du domaine public doivent pouvoir faire l’objet d’une exploitation commerciale et SavoirsCom1 est plusieurs fois intervenu pour que cette possibilité d’exploitation commerciale soit la plus large possible, car elle contribue pleinement à la possibilité de redécouvrir et de valoriser des œuvres anciennes.

Mais l’exploitation de ces fichiers par une filiale de droit privé de la Bibliothèque nationale de France soulève des questions aussi bien sur le fond que sur la forme et elle traduit une inflexion de la politique de l’établissement, que notre collectif avait déjà dénoncée en 2012, lors du lancement des partenariats public-privé de numérisation dans le cadre des investissements d’avenir.

Jusqu’à présent en effet, la production de fichiers ePub à partir d’ouvrages du domaine public était comprise dans les marchés de numérisation de la BnF et diffusés ensuite gratuitement via la bibliothèque numérique Gallica. En mai dernier, le blog de Gallica indiquait que 3000 ouvrages en ePub étaient ainsi disponibles. Les annonces effectuées cette semaine par BnF-Partenariats traduisent visiblement une inflexion de cette politique de numérisation. Première interrogation : la production d’ePub gratuits à partir de la numérisation de masse conduite à la BnF va-t-elle se poursuivre et comment se fera la distinction entre les fichiers diffusés gratuitement sur Gallica et ceux vendus via la filiale ?

Le montage de ce partenariat soulève de nombreuses autres questions. Les fichiers composant cette offre paraissent issus de ceux produits par la BnF à partir de ses chaînes de numérisation de masse. Or cette numérisation s’effectue grâce à des budgets publics, notamment ceux versés par le Centre National du Livre, utilisant une partie de la redevance pour copie privée dédiée au secteur du livre. Ce sont donc indirectement les citoyens qui financent la numérisation effectuée à la BnF et à qui on va demander d’en racheter le produit.

Ajoutons qu’outre les consommateurs individuels, les bibliothèques publiques et autres institutions culturelles sont également visées par l’offre via le service « Médiathèque numérique » proposé en partenariat avec Arte et UniversCiné. Ce modèle économique est là aussi plus que contestable, dans la mesure où il revient encore une fois pour la BnF à dégager des revenus au détriment d’autres établissements publics français, comme notre collectif l’avait déjà dénoncé à propos des partenariats Public-Privé de 2012. Jusqu’à présent, les ePub gratuits de Gallica constituaient une source précieuse de contenus que les bibliothécaires français pouvaient utiliser pour des opérations de promotion de la lecture numérique et de médiation, notamment à travers des dispositifs comme les Bibliobox.

Les conditions de diffusion de ces fichiers sont tout aussi contestables. Certaines des plateformes qui se chargent de la revente proposent des formats non interopérables, comme celle d’Amazon par exemple. Plusieurs platefomes comme celle de la FNAC ou chapitre.com proposent visiblement les fichiers avec des DRM interdisant la copie. Quand elles concernent des œuvres protégées par des droits patrimoniaux, l’apposition de DRM sur des eBooks ou l’imposition de formats non-interopérables sont déjà en soi contestables car ces dispositifs de contrôle violent les droits fondamentaux des lecteurs et contribuent au renforcement d’écosystèmes propriétaires fermés. A fortiori ces menottes numériques sont encore moins justifiables quand le corpus est constitué exclusivement d’œuvres du domaine public. Car la conversion d’un fichier au format ePub ne constitue pas en soi une opération productrice d’originalité. Il s’agit d’une manipulation simplement technique, ne légitimant pas la revendication de nouveaux droits sur le contenu. La vente de ces fichiers avec DRM constitue donc une forme de Copyfraud  auquel se livre BnF-Partenariats. La BnF et sa filiale auraient donc dû exiger des revendeurs la non-apposition de DRM sur le produit de la numérisation des œuvres du domaine public. Quant aux formats, il eût été également souhaitable que les revendeurs mettent à disposition du consommateur, en sus des ebooks convertis au format « maison », les mêmes ebooks sous un format ouvert.

Les sources du domaine public devraient être librement réutilisables pour que les éditeurs puissent y puiser pour les valoriser avec une vraie plus-value éditoriale (ajout de préface, d’éléments de contexte, illustrations, constitution de collections thématisées,etc). Or ce n’est pas le cas avec les ouvrages figurant sur Gallica dont la ré-exploitation commerciale est soumise à la passation d’une licence. BnF-Partenariats jouit  ici d’une position de monopole en pouvant ainsi puiser dans le fonds du domaine public de la BnF, ce qui pose des questions de respect de la libre concurrence. La distinction entre la BnF et BnF-Partenariats apparaît ici comme artificielle et ce montage rétroagit négativement sur les missions essentielles de l’établissement.

Doit-on plus largement accepter que le format ePub devienne ainsi une sorte de « premium commercial » vendu par la BnF à travers sa filiale, alors qu’il s’agit du standard principal en matière de lecture sur support mobile, et qui plus est, d’un format indispensable pour l’accessibilité des contenus aux personnes souffrant d’un handicap visuel ?

Last but not least, comme SavoirsCom1 l’avait déjà déploré pour les partenariats Public-Privé de 2012, les accords entre BnF-Partenariats et des acteurs comme Arte ou UniversCiné n’ont pas été publiés. On ne sait pas par exemple si des exclusivités ont été accordées, quelle est leur nature et leur durée. Les fichiers composant cette collection d’eBooks sont-ils destinés à rester indéfiniment derrière un mur payant ou une période a-t-elle été prévue au terme de laquelle ils repasseront en accès gratuit ?

La CADA ayant déjà été amenée à se prononcer sur la communicabilité des accords commerciaux conclus par BnF-Partenariats, le collectif SavoirsCom1 en fera la demande auprès de la BnF, et saisira la CADA en cas de refus.

Source : http://www.savoirscom1.info/2014/09/bnf-collection-ebooks-le-domaine-public-mis-a-mal-par-un-nouveau-partenariat-public-prive/

Séance du 13 octobre 2014

Le séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans  a redémarré il y a quelques jours. Pour sa quatrième année il a pour thème annuel :

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

et questionne à la fois les modalités d’accès au livre et la prescription culturelle qu’elles entraînent et recherchent.

Nous aurons quatre autres séances de travail le 8 décembre 2014, 16 février 2015, 2 mars 2015 et 18 mai 2015 qui se tiendront toutes dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h

La séance d’ouverture a été assurée le 13 octobre 2014 de 16h à 18h par Françoise Paquienséguy qui a présenté

« Les plateformes de téléchargement des mangas : du braconnage à l’innovation ».

IMG_2399

 

Elle a eu lieu à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème

IMG_2397

Inscription gratuite mais obligatoire auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver !

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

AN4 : 2014-2015

Affiche AN4elico

Séminaire de recherche

« Ebook - Pratiques et Usages d’écrans »

Direction

Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon

Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2

—–

Laboratoire de rattachement 

ELICO – EA 4147

Partenaires 

Pôle de compétitivité Imaginove

en collaboration avec

l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

AN4 : 2014-2015 

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

Le séminaire Ebook – Pratiques et Usages d’écran, rattaché à l’Equipe Lyonnaise des Sciences de l’Information et de la Communication (Elico EA 4147), réunit depuis septembre 2012 des professionnels (éditeurs, bibliothécaires, documentalistes, en charge de la culture dans des collectivités territoriales, négociateurs Couperin…) ; des universitaires de plusieurs disciplines (économie, communication, histoire, humanités numériques…) et des étudiants avancés de master ou doctorat. Il questionne depuis maintenant 4 ans le livre numérique, sa filière, ses pratiques et les mutations de la lecture.

 

Cette année, il aura pour thème : le rôle et la place des plateformes de diffusion, envisagées comme un renouvellement des médiations. La visée principale du séminaire est de réunir un collectif de chercheurs de différentes disciplines et de professionnels pour questionner à la fois les modalités d’accès aux e-books et le rôle de médiatrices culturelles que les plateformes, commerciales ou non, entraînent et recherchent[1].

Ainsi, nous considérons le rôle culturel joué par les plateformes comme central, à la fois d’un point de vue socio-économique puisqu’elles conditionnent l’accès au livre numérique, sa promotion et sa vente, mais également d’un point de vue symbolique : en effet, ces « lieux de médiations »[2] que sont les plateformes signifient le contexte d’accompagnement du livre numérique. Elles en suggèrent également des pratiques : de téléchargement illégal, de fidélisation des lecteurs, de constitution de bibliothèques, de partage, de modalités de lecture et de supports, de formats, etc.[3]

De ce fait, ces acteurs inscrivent le livre numérique dans des univers de valeurs et de référence différents[4] selon qu’il est acheté sur Amazon.com, sur le site de la Fnac, sur celui d’un éditeur, ou bien encore directement lu en ligne sur un site illégal. En effet, certaines plateformes sont assorties de prescriptions culturelles (automatiques ou du fait de lecteurs)  et de partage d’expérience (forum par exemple) ; d’autres, thématiques généralement, fédèrent activités et diversité des supports selon des principes de variation médiatique et de storytelling propres à la communication événementielle, comme c’est par exemple le cas pour l’éditeur de beaux-livres et de e-albums qu’est la Réunion des musées nationaux.

 

C’est bien cette variété qu’il s’agit d’interroger collectivement dans le séminaire « E-book – Pratiques et Usages d’écrans » en 2014-2015, en croisant les regards de chercheurs et de professionnels.

Les interventions de l’AN 4 s’inscriront plus particulièrement dans l’un des deux axes suivants :

 

Axe 1

Les plateformes de diffusion du livre numérique recouvrent un large spectre d’acteurs et d’entreprises fortement hétérogènes dans leurs modèles et leurs filiations, en regard d’une tendance à l’homogénéité éditoriale sur les sites web. Ce premier axe vise à appréhender cette hétérogénéité socio-économique en questionnant plus particulièrement les types d’entreprises en jeu, les nouveaux acteurs, le marché dans son ensemble, la posture de client consommateur alors endossée par l’usager, selon un prisme socio-politique. Les travaux portant sur des temps longs pourront particulièrement enrichir le débat.

 

Axe 2

Média, boutique en ligne, librairie, réseau social, etc. : qualifier ces plateformes est particulièrement difficile et l’on repère une indiscernabilité remarquable des « contenus », des statuts des produits culturels et des stratégies (marchandes ou non), indiscernabilité particulièrement accentuée par la matérialité numérique. Ce second axe souhaite interroger les propriétés médiatiques de ces espaces de diffusion, de vente et de médiation du livre et de la lecture et leurs axiologies normatives : les travaux pourront par exemple analyser l’organisation documentaire des sites web, l’accès aux méta-données, le rôle promotionnel de la couverture des livres, l’attribution de la valeur par les classements, etc.

 

Les approches appuyées sur une démarche de recherche sont privilégiées (chercheurs et doctorants), sans exclure pour autant les propositions émanant d’acteurs professionnels du secteur. Les contributions portant sur des expériences observées dans d’autres pays que la France sont bienvenues.

 

Renseignements pratiques :

Le séminaire AN4 donnera lieu à cinq séances les 13 octobre et 8 décembre 2014 ; puis les  16 février, 2 mars et 18 mai 2015, elles se tiendront dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, le lundi de 16h à 19h. Nous y accueillons à chaque fois deux intervenants. Dans la mesure des places disponibles, les séances sont accessibles gratuitement mais uniquement sur inscription obligatoire auprès de francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr

 

Elles seront suivies, comme c’est le cas depuis trois ans par une journée d’étude conclusive qui se tiendra à SciencesPo-Lyon le 1er juillet 2015.

logos AN4

 

Téléchargez la présentation du séminaire Ebook-An4 en .pdf


[1] Candel, Étienne, « Pratiques des sites, usages des réseaux. Le social bookmarking entre héritages culturels et appropriations médiatiques », Document numérique, Volume. 11 n°1-2, 2008, p. 145-170.

[2] Després-Lonnet, Marie, « Médiation des lieux de médiations », Communication & langages, n°173, 2012, p. 43-48.

[3] Paquienséguy, Françoise « Questionner les pratiques communicationnelles : Offre, pratiques, contenus »  Delavaud G. (dir), Nouveaux médias, Nouveaux contenus, Editions Apogée, Rennes,  novembre 2009, pp. 153-164

[4] Bonaccorsi, Julia « La lecture en société », Culture & Musées, n°17, 2011, p. 13-19.

TEA – The Ebook Alternative “On Time” la newsletter

d76836f3-8742-484d-950d-0c9ccb2d261a
Chaque mois dans « On Time » retrouvez notre regard sur le marché de l’ebook, les news de nos partenaires et toute l’actualité de TEA. Bonne lecture !
Au Sommaire
LE MARCHÉ
SONY quitte le marché des liseuses électroniques : « la concurrence se montre de plus en plus rude avec des acteurs inventifs, productifs et compétitifs tels Kobo ou PocketBook. »
Les ebooks ont battu un record début 2014 au Royaume-Uni : Ils représentaient 16% de l’ensemble des ventes de livres en 2013 avec une augmentation de 10,5 %
Une réforme du copyright est nécessaire : « Si nous voulons faire perdurer le travail des bibliothèques et des centres d’archives, il n’y a aucun autre moyen d’y parvenir. » affirme Sinikka Sipilä, présidente de l’IFLA.
[Amazon] Conversation avec Jacques Attali. « Si Amazon l’emporte, si les auteurs cèdent, si les éditeurs capitulent, [...] les éditeurs y perdront tout, comme les libraires. »
NOS PARTENAIRES
Tablette CDisplay de Cdiscount en partenariat avec TEA
Cdiscount bouscule le marché de la tablette en proposant un produit 7″ HD à 49,99 € avec l’application TEA embarquée. La tablette obtient de bons retours des magazines web spécialisés. Les premiers stocks s’écoulent en quelques jours seulement. Les tablettes CDisplay intègrent l’application Cdiscount by TEA pour la gestion et la lecture des livres numériques. Ce nouveau produit renforce la collaboration de TEA avec le leader de l’e-commerce en France.
NEWS ÉDITEURS
Interview de Maylis Vauterin des éditions Viviane HamyMaylis Vauterin : « Depuis 2012, nous avons numérisé 80 % de notre catalogue »

NOS PRODUITS
Migration des serveurs TEA
Afin d’améliorer les services proposés à ses clients et les performances de ses interfaces de vente, TEA a réalisé le mois dernier une migration majeure de ses serveurs.
Cette migration, conduite avec succès, donne également à TEA un environnement idéal pour les développements à venir.
Nouveauté sur les sites en marque blanche : l’avis du libraire !
Il est désormais possible de déposer des avis libraires sur les fiches produit des magasins web TEA. Pour toujours mieux conseiller les internautes et les pousser vers l’ebook qu’ils liront demain, notre e-libraire leur fera partager ses coups de cœur et les titres à ne pas manquer.
LA VIE CHEZ TEA
TEA s’agrandit avec quatre nouveaux arrivants cet été
  • Rémi Bauzac, Directeur de l’ingénierie
  • Nicolas Pastorino, Directeur Produit, Marketing et Service client
  • Johan Poirier, Développeur (Innovation)
  • Florie Séchaud, Intégration et Exploitation

TEA déménage

Les locaux de TEA ne sont plus assez grands pour accueillir une équipe qui compte à présent près de 20 salariés. TEA quitte le huitième arrondissement lyonnais pour le neuvième et le quartier de Vaise où se concentrent notamment de nombreuses sociétés high tech de Lyon.
Bientôt dans On Time, les photos des nouveaux locaux.

Séminaire AN4, notez les dates !

logos AN4

AN4 : 2014-2015 

Séminaire de recherche

« Ebook - Pratiques et Usages d’écrans »

 « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

Direction

Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon

Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2

Le séminaire AN4 donnera lieu à cinq séances le lundi de 16h à 19h :

Lundi 13 octobre 2014

Lundi 8 décembre 2014

Lundi 16 février 2015

Lundi 2 mars 2015

Lundi 18 mai 2015

Ces séances se tiendront dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, Métro 7 « Les Gobelins ».
Dans la mesure des places disponibles, les séances sont accessibles gratuitement mais uniquement sur inscription obligatoire auprès de francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr, pour chaque séance.
Elles seront suivies, comme c’est le cas depuis trois ans par une journée d’étude conclusive qui se tiendra à SciencesPo-Lyon le 1er juillet 2015.

Séminaire Ebook AN4 : 2014-2015 Appel à contributions

Elico-horizontal-web

Séminaire de recherche

« Ebook - Pratiques et Usages d’écrans »

 

Direction

Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon

Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2

—–

Laboratoire de rattachement 

Equipe Lyonnaise en Sciences de l’Information et Communication EA 4147

Partenaires 

Laboratoire I3M

Pôle de compétitivité Imaginove

en collaboration avec

l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

 

 

AN4 : 2014-2015 

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

 

 

Appel à contributions

Date limite : 1 septembre 2014

 

 

Le séminaire Ebook – Pratiques et Usages d’écran, rattaché à l’Equipe Lyonnaise des Sciences de l’Information et de la Communication (Elico EA 4147), réunit depuis septembre 2012 des professionnels (éditeurs, bibliothécaires, documentalistes, en charge de la culture dans des collectivités territoriales, négociateurs Couperin…) ; des universitaires de plusieurs disciplines (économie, communication, histoire, humanités numériques…) et des étudiants avancés de master ou doctorat. Il questionne depuis maintenant 4 ans le livre numérique, sa filière, ses pratiques et les mutations de la lecture.

 

Cette année, il aura pour thème : le rôle et la place des plateformes de diffusion, envisagées comme un renouvellement des médiations. La visée principale du séminaire est de réunir un collectif de chercheurs de différentes disciplines et de professionnels pour questionner à la fois les modalités d’accès aux e-books et le rôle de médiatrices culturelles que les plateformes, commerciales ou non, entraînent et recherchent[1].

Ainsi, nous considérons le rôle culturel joué par les plateformes comme central, à la fois d’un point de vue socio-économique puisqu’elles conditionnent l’accès au livre numérique, sa promotion et sa vente, mais également d’un point de vue symbolique : en effet, ces « lieux de médiations »[2] que sont les plateformes signifient le contexte d’accompagnement du livre numérique. Elles en suggèrent également des pratiques : de téléchargement illégal, de fidélisation des lecteurs, de constitution de bibliothèques, de partage, de modalités de lecture et de supports, de formats, etc.[3]

De ce fait, ces acteurs inscrivent le livre numérique dans des univers de valeurs et de référence différents[4] selon qu’il est acheté sur Amazon.com, sur le site de la Fnac, sur celui d’un éditeur, ou bien encore directement lu en ligne sur un site illégal. En effet, certaines plateformes sont assorties de prescriptions culturelles (automatiques ou du fait de lecteurs)  et de partage d’expérience (forum par exemple) ; d’autres, thématiques généralement, fédèrent activités et diversité des supports selon des principes de variation médiatique et de storytelling propres à la communication événementielle, comme c’est par exemple le cas pour l’éditeur de beaux-livres et de e-albums qu’est la Réunion des musées nationaux.

 

C’est bien cette variété qu’il s’agit d’interroger collectivement dans le séminaire « E-book – Pratiques et Usages d’écrans » en 2014-2015, en croisant les regards de chercheurs et de professionnels.

 

Pour ce faire, les contributions s’inscriront plus particulièrement dans l’un des deux axes suivants :

 

Axe 1

Les plateformes de diffusion du livre numérique recouvrent un large spectre d’acteurs et d’entreprises fortement hétérogènes dans leurs modèles et leurs filiations, en regard d’une tendance à l’homogénéité éditoriale sur les sites web. Ce premier axe vise à appréhender cette hétérogénéité socio-économique en questionnant plus particulièrement les types d’entreprises en jeu, les nouveaux acteurs, le marché dans son ensemble, la posture de client consommateur alors endossée par l’usager, selon un prisme socio-politique. Les travaux portant sur des temps longs pourront particulièrement enrichir le débat.

 

Axe 2

Média, boutique en ligne, librairie, réseau social, etc. : qualifier ces plateformes est particulièrement difficile et l’on repère une indiscernabilité remarquable des « contenus », des statuts des produits culturels et des stratégies (marchandes ou non), indiscernabilité particulièrement accentuée par la matérialité numérique. Ce second axe souhaite interroger les propriétés médiatiques de ces espaces de diffusion, de vente et de médiation du livre et de la lecture et leurs axiologies normatives : les travaux pourront par exemple analyser l’organisation documentaire des sites web, l’accès aux méta-données, le rôle promotionnel de la couverture des livres, l’attribution de la valeur par les classements, etc.

 

Les approches appuyées sur une démarche de recherche sont privilégiées (chercheurs et doctorants), sans exclure pour autant les propositions émanant d’acteurs professionnels du secteur. Les contributions portant sur des expériences observées dans d’autres pays que la France sont bienvenues.

 

Renseignements pratiques :

Les propositions se feront sous la forme  d’une présentation d’environ 600 mots (cadre théorique, problématique, méthodologie), accompagnée d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques) et, le cas échéant d’un article (publié ou pas) de référence.

Nous vous remercions de les adresser avant le 1er septembre 2014 à

Francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr et julia.bonaccorsi@univ-lyon2.fr ; par voie électronique uniquement.

 Télécharger l’appel à contribution

Le séminaire AN4 donnera lieu à cinq séances les 13 octobre et 8 décembre ; puis les  16 février, 2 mars et 18 mai 2015, qui se tiendront dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, le lundi de 16h à 19h. Nous y accueillons à chaque fois deux intervenants. Dans la mesure des places disponibles, les séances sont accessibles gratuitement mais uniquement sur inscription obligatoire.
Elles seront suivies, comme c’est le cas depuis trois ans par une journée d’étude conclusive qui se tiendra à SciencesPo-Lyon le 1er juillet 2015.

 

Grâce à Mathilde Miguet, de l’université de Nantes, notre séminaire a son carnet ici : www.ebook.hypotheses.org

logos AN4

 


[1] Candel, Étienne, « Pratiques des sites, usages des réseaux. Le social bookmarking entre héritages culturels et appropriations médiatiques », Document numérique, Volume. 11 n°1-2, 2008, p. 145-170.

[2] Després-Lonnet, Marie, « Médiation des lieux de médiations », Communication & langages, n°173, 2012, p. 43-48.

[3] Paquienséguy, Françoise « Questionner les pratiques communicationnelles : Offre, pratiques, contenus »  Delavaud G. (dir), Nouveaux médias, Nouveaux contenus, Editions Apogée, Rennes,  novembre 2009, pp. 153-164

[4] Bonaccorsi, Julia « La lecture en société », Culture & Musées, n°17, 2011, p. 13-19.

 

Journée d’Etudes Ebook AN3

affiche journée d'études 2014 Ebook AN3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journée d’études 2014 du SÉMINAIRE EBOOK AN3  :

LA LECTURE NUMÉRIQUE :
UN OBJET COMPLEXE
DIFFICILE A SAISIR
 
Journée d’études coordonnée par Françoise Paquienséguy
   Séminaire Ebook AN3 
ARALD – LyonBD – I3M
 
30 juin 2014  10h – 18h
AMPHI LECLAIR
SciencesPo-Lyon – 14, avenue Berthelot – 69 007 LYON

 P1010609

Journée d’études du 30 juin 2014 Sciences Po Lyon

La lecture numérique :

un objet complexe difficile à saisir

Bilan de la journée

Cette journée d’études qui venait clôre la troisième année du séminaire Ebook, « Rouleaux, codex, écrans », a permis d’avancer dans l’exploration d’un terrain riche d’expérimentations, de pratiques professionnelles et d’usages en devenir. Elle a, par là même, été l’occasion de confronter des retours liés à des pratiques professionnelles comme celles d’éditeurs, d’auteurs et de bibliothécaires aux résultats qui se dégagent d’études spécifiquement tournées vers les usages.

Fondateur de l’association L’épicerie Séquentielle qui rassemble des auteurs lyonnais de BD, Jean-Christophe Deveney a présenté le développement et le bilan positif d’un webtrip, un feuilleton BD réalisé et diffusé en ligne, ainsi que sous forme d’application dans le cadre du Festival LyonBD.  A partir d’une trame scénaristique préalablement établie, douze auteurs d’Europe et d’Amérique latine ont chacun leur tour imaginé un épisode sur deux saisons (2012-2013).

Dans le secteur de la littérature, si l’implication des auteurs est relativement présente dans l’approche éditoriale, c’est surtout la production/diffusion des catalogues numériques et la représentation éditoriale des attentes du lectorat qui forment le focus de l’enquête menée par Sylvie Bosser (université de Paris 8). Ayant interrogé des éditeurs traditionnels et des pure players,  les éléments essentiels qui se dégagent de ce travail correspondent, pour de multiples raisons, à la prédominance de l’homothétie et au succès numérique des littératures de genre.

Brigitte Juanals (université de Paris 10) a présenté une analyse de publications numériques de catalogues d’exposition, ces publications étant envisagées sous deux angles, celui de l’objet éditorial et celui de dispositif de lecture. De nouvelles formes d’éditorialisation des contenus ont été mises en exergue, prenant sens dans l’évolution qui caractérise la médiation culturelle.

Cette évolution est également lisible dans la perspective adoptée par les bibliothèques qui proposent à leur public des livres numériques, ainsi que des supports pour lire ces derniers. Guillaume Hatt, responsable informatique des bibliothèques municipales de Grenoble, a ainsi établi un premier bilan de la démarche menée par celles-ci. Après une expérimentation de mise à disposition de liseuses et de tablettes, ces bibliothèques finalisent maintenant la mise en place d’un dispositif de prêt numérique, en prenant en compte ce que ce dernier génère comme implications en matière de chaîne du livre, de services au lectorat.

La question des usages a été, de ce fait, au cœur de l’analyse des résultats de l’enquête « Usages de l’ebook et pratiques d’écran. Des digital contents à une mutation culturelle ? », à propos de la lecture loisir. Présentée par Mathilde Miguet (Université de Nantes), cette analyse fait ressortir plusieurs éléments intéressants tels qu’une forte appétence des usagers pour les livres gratuits (légaux ou illégaux), ainsi qu’un quasi transfert des pratiques de lecture papier sur le support numérique, seuls quelques enquêtés faisant montre d’une certaine innovation sur le registre des usages.

Prenant en premier lieu appui sur ces résultats avant de prendre en compte également d’autres études et enquêtes, Françoise Paquienséguy (Sciences Po Lyon) a voulu montrer combien les usages de la lecture numérique restent encore difficiles à évaluer, étant donné l’intrication qui caractérise l’acte de lecture avec le support utilisé. Mener à bien ce travail exige d’inscrire ces deux axes d’analyse dans une perspective généalogique afin de pouvoir dégager au mieux les processus d’innovation de la part des usagers.

Alain Giffard (Gis Culture et médias numériques) a poursuivi cette réflexion en montrant que la lecture hypertextuelle ne doit pas être confondue avec la lecture de l’hypertexte, la production du cheminement hypertextuel par le lecteur étant reliée à la problématique de l’horizon d’attente, ainsi qu’au processus de lecture envisagé par Foucault comme technique de soi. La double question centrale de l’économie de l’attention avec les commercialisations des lecteurs et la commercialisation de la lecture a aussi ouvert le champ de l’ordre économique des textes numériques.

Pour finir, il revenait à Milad Doueihi (Chaire d’humanisme numérique Sorbonne Universités) de faire le bilan de cette journée et d’ouvrir le débat à partir des différentes perspectives dégagées. S’il préfère parler d’écrit numérique plutôt que de livre numérique, il a ainsi montré le passage du modèle de la suggestion au modèle de la recommandation dans le cadre d’une culture nouvelle de la « générosité », le don de soi étant devenu le vecteur économique de la société actuelle. Reste que la dimension symbolique du livre papier demeure le curseur à partir duquel sont systématiquement envisagés les écrits numériques et les nouveaux rituels de lecture qui les accompagnent.

Télécharger le bilan de la journée d’études Ebook AN3

PROGRAMME :

9h30 – 9h45 – Accueil

10h : Ouverture de la journée

Françoise Paquienséguy

Matinée : Variations sur le livre numérique 

10h15 :   Les publications numériques sur tablettes tactiles dans le secteur des musées : du livre numérique aux dispositifs numériques de lecture

         Brigitte JUANALS (Université Paris 10)

juanals

Bio :

Brigitte Juanals est maître de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense, chercheur à UMR 7114 MoDyCo et chercheur associé au Labsic. Ses recherches portent sur la circulation médiatique (par les TIC et les médias) de contenus informationnels, culturels et de connaissances dans les sociétés contemporaines, en interrelation avec les enjeux sociaux, politiques et industriels qui y sont associés.

Résumé :

Cette communication présente l’analyse de publications numériques étudiées en tant qu’objets éditoriaux et dispositifs de lecture sur des tablettes électroniques tactiles. La finalité est de questionner, par une réflexion et une enquête menées dans le secteur des musées, l’émergence de formes renouvelées d’éditorialisation de contenus en relation avec l’évolution des formes de la médiation culturelle. Cette recherche ouvre à un questionnement sur le développement d’objets éditoriaux qui se détachent du livre numérique lié à un support et à un format de logiciel.

10h55 : Une bibliothèque de livres numériques  

Annie BRIGANT & Guillaume HATT (BM de Grenoble)

Bio :

Annie Brigant est directrice adjointe responsable du numérique dans les Bibliothèques municipales de Grenoble, Guillaume Hatt est  responsable du service informatique des bibliothèques municipales de Grenoble

Résumé :

Les bibliothèques municipales de Grenoble proposent depuis plusieurs années de nombreuses ressources numériques : presse en ligne, autoformation, livres numériques, vidéo à la demande, etc. Après une expérimentation de mise à disposition de liseuses et tablettes, les bibliothèques de Grenoble sont en train de finaliser un dispositif de prêt numérique, projet soutenu par différents partenaires institutionnels et accompagné par d’autres bibliothèques. Quels services le prêt numérique apportera-t-il aux lecteurs ? Quelles implications pour la chaîne du livre ?

11h35 : Webtrip – Feuilleton Bd en ligne, collaboratif et participatif

Jean-Christophe DEVENEY (LyonBD – Webtrip)

Bio :

Né à Hyères, Jc Deveney poursuit des études d’histoire à Aix en Provence, de lettres à Montréal, et de terrasse à Montpellier, avant de finir par les rattraper et de s’installer à Lyon en 2001. Il commence à y travailler à temps plein au scénario tout en partant à la recherche des nombreux autres auteurs cachés dans la ville. Il fonde ainsi L’épicerie Séquentielle association des auteurs de Bd lyonnais et fait la connaissance, entre autre, de Loïc Godart et de Jérôme Jouvray, avec qui il entame des collaborations. A l’heure actuelle, il poursuit en parallèle ses activités d’auteur pour la bd et de professeur de scénario pour l’école d’Art et d’Entertainment de Bellecour.

Site/Contact : http://jc.deveney.free.fr/

Résumé :

Développé en 2012 par le festival Lyon Bd et l’Ecam, le Webtrip est un feuilleton Bd réalisé et diffusé en ligne par des auteurs de différents pays. A partir d’une trame scénaristique écrite en amont, 12 auteurs vont se succéder pour imaginer chacun un épisode en le situant dans leur pays.

A cette première trame, un concours vient s’ajouter, offrant la possibilité à chacun, amateur, étudiant ou pro de proposer son épisode. Il peut s’inscrire à la suite de la trame de départ, en amont ou combler les interstices entre les épisodes.

Deux saisons du Webtrip ont ainsi vu le jour sur le net, en 2012 et 2013, réunissant des auteurs de l’Europe entière et d’Amérique latine. Le Webtrip a également connu une
diffusion en Appli et une édition papier.

www.webtrip-comics.com

Après-midi : présentation des résultats de l’enquête « Usages d’Ebook et pratiques d’écran »

14h L’éditeur et l’anticipation de l’usage numérique du texte : le secteur de la littérature générale

Sylvie BOSSER(Paris8)

Bio : Sylvie Bosser est maître de conférences à l’université de Paris 8. Elle
est chercheuse au CEMTI (Centre d’études sur les médias, les technologies
et l’internationalisation). Elle a récemment participé à la mise en place
d’une base de données sur les aides aux industries culturelles, ainsi qu’à
une enquête sur les obstacles à la traduction pour le ministère de la
Culture et de la Communication. Elle a également travaillé sur le
positionnement éditorial vis-à-vis du numérique dans le secteur des
sciences humaines et sociales notamment.

Résumé : Nous nous proposons d’explorer la question des angles d’approche
privilégiés par les éditeurs de littérature générale dans la perspective
numérique,  tant en termes de modèles économiques que de choix éditoriaux
(constitution du catalogue, arbitrage avec le format poche, homothétie ou
livre enrichi, etc.). Notre travail constitue ainsi une manière de prendre
la mesure des représentations éditoriales des attentes du lectorat de ce
secteur à l’égard du marché du livre numérique.

14h40  Les modalités de la lecture loisir sur support numérique 

Mathilde MIGUET (Université de Nantes)

Bio :

Mathilde Miguet est enseignante à l’Université de Nantes et chercheur en SIC au CEMTI- Paris 8. Elle a participé à différents projets touchant l’insertion sociale des TIC et la structuration de l’offre, dans le domaine de l’éducation mais aussi sur le livre électronique et les catalogues numériques muséaux.

Résumé :

Après une présentation de la typologie de l’enquête qui reviendra sur les spécificités de notre panel, la première partie de l’intervention s’intéressera plus particulièrement aux aspects liés aux modalités de lecture loisir sur support numérique intégrant les questionnements centrés sur le rôle des pratiques de lecture traditionnelles antérieures.

15h20 Lecture(s) numérique(s) et usages

Françoise PAQUIENSEGUY (SciencesPo-Lyon)

Bio :

Françoise Paquienséguy est professeur en Sciences de l’information et de la communication à SciencesPo-Lyon et membre de l’Equipe Lyonnaise en Sciences de l’Information et de la Communication depuis 2012.  Spécialiste des usages des technologies de l’information et de la communication numériques (TICN) elle coordonne le séminaire Ebook (www.ebook.hypotheses.org) depuis 2011 et a dirigé le programme de recherche « Usages d’Ebook et pratiques d’écran » dont les résultats sont présentés ce jour et seront publiés en novembre 2014 aux Editions des Archives Contemporaines dans l’ouvrage collectif La lecture numérique aujourd’hui.

Résumé :

Les usages de la lecture numérique ne sont pas si évidents que cela à définir, malgré une étude de terrain fourni car ils relèvent à la fois de la lecture et de son support. Ce double ancrage, plus ou moins marqué selon les lecteurs, réclame de prendre en compte pour étudier les usages ces deux aspects de leur généalogie : habitudes de lecture et pratiques d’écran. Amplitude qui soulève la question de l’innovation : où se situe-t-elle ?

—–

16h Intervention

         Alain Giffard (Directeur du GIS Culture-médias & numérique)

16h45  Bilan de la journée par le grand témoin

        Miladus DOUEIHI (Chaire d’Humanisme Numérique Sorbonne Universités)

P1010619

Le séminaire Ebook ouvrira sa quatrième année en octobre 2014 elle portera sur  « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations ». Les séances auront lieu le lundi de 16h à 19h dans les locaux de l’Institut des sciences de la communication du CNRS, 20 rue Barbier du Mets, Paris 13ème, le programme sera disponible sur notre carnet à partir du 15 septembre.

Accéder à l’appel à contribution Séminaire Ebook AN4  :

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

Date limite : 1er septembre 2014

Françoise Paquienséguy
Francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr

Professeur de Sciences de la Communication – Elico EA 4147Responsable de la spécialité Stratégies des Echanges Culturels Internationaux

—————–

SCIENCES PO

14, avenue Berthelot

69365  LYON Cedex 07

logos journée d'étude an3

Télécharger l’affiche de la journée d’études

Télécharger le programme de la journée d’études

séance du 19 mai 2014

arc

Co-organisée par Sylvie Bosser (Cemti) et Françoise Paquienséguy (Elico), la dernière séance de l’année du séminaire Ebook AN3,

à eu lieu le 19 mai 2014 de 16h à 19h dans les locaux de la librairie Vrin où nous sommes accueillis et hébergés par les Éditions des Archives Contemporaines

au 71, rue Saint-Jacques dans le 5ème arrondissement de Paris.

P1010595

Nous avons entendu Tanguy Habrand :

« L’indépendance éditoriale en régime numérique. Indés traditionnels, pure players, indie authors »

Depuis le dernier quart du xxe siècle, l’indépendance qualifie tendanciellement des éditeurs, libraires et diffuseurs enclins à proposer une alternative à la production du livre dans son acception la plus industrielle – jouant le jeu de la chaîne du livre, tout en rappelant quelques-unes de ses règles essentielles. Le clivage qui en résulte entre deux conceptions du métier est-il transposable dans l’univers numérique ? Pour tenter de répondre à cette question, nous reviendrons d’abord sur ce qu’il est convenu d’entendre par « indépendance éditoriale » dans le secteur du livre imprimé, en nous arrêtant sur quelques acteurs choisis parmi les plus représentatifs du genre. Nous analyserons ensuite les avantages et les contraintes – et quelquefois les résistances – du passage à l’édition numérique de ces « indés traditionnels ». Nous découvrirons enfin que les éditeurs semblant incarner au mieux l’édition indépendante en régime papier ne constituent que l’un des pôles de son alter ego numérique : à travers les figures du « pure player » et de l’« indie author », ce sont d’autres acteurs qui multiplient, selon des modalités à examiner, les déclarations d’indépendance.

Tanguy Habrand est assistant à l’Université de Liège. Associé au CELIC (Centre d’Étude du Livre Contemporain), il mène une thèse consacrée à la genèse et à la structure du champ contemporain de l’édition indépendante en France et en Belgique. En collaboration avec Pascal Durand, il rédige une Histoire des pratiques d’édition en Belgique francophone à paraître en 2014. Il travaille également dans une maison d’édition située à Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, en tant que responsable de la collection « Espace Nord », riche de plus de 300 titres du Patrimoine littéraire francophone belge.

Nous avons ensuite eu le plaisir d’accueillir Carole Letrouit :

“L’offre en livres électroniques de la Bibliothèque universitaire de Paris 8 et sa réception par son public”

Depuis plus de trois ans, la Bibliothèque universitaire de Paris 8 a développé une offre en livres électroniques selon différentes modalités économiques et techniques. Elle s’est efforcée d’appliquer une politique de signalement et de communication qui accroisse la visibilité de ces collections. Un premier bilan de la réception de cette offre peut  être dressé et permet d’esquisser des perspectives d’évolution.

Carole Letrouit est directrice du Service commun de la documentation à l’université de Paris 8.

Télécharger le compte-rendu de la séance

Partenaires :

EAC

cerilac

 

Thèse Philippe Bourdenet “L’espace documentaire en restructuration : l’évolution des services des bibliothèques universitaires”

Philippe Bourdenet

L’espace documentaire en restructuration : l’évolution des services des bibliothèques universitaires.

Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication

Lien de téléchargement (8,9 Mo) : http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/93/26/83/PDF/ThA_se_-_BOURDENET_-_Philippe.pdf

Sous la direction de Ghislaine Chartron.
Soutenue le 05-12-2013
à Paris, CNAM, dans le cadre de École doctorale Abbé Grégoire (Paris), en partenariat avec Dispositifs d’information et de communication à l’ère numérique (Paris) (laboratoire) .
Le président du jury était Jean-Michel Salaün.
Le jury était composé de Hervé Le Crosnier, Imad Saleh, Françoise Leresche.
Les rapporteurs étaient Hervé Le Crosnier, Imad Saleh.

  • Résumé

    Le catalogue occupe une place privilégiée dans l’offre de service des bibliothèques universitaires, pivot de l’intermédiation. Depuis 10 ans, il traverse une crise grave, voyant les usagers le délaisser à la faveur des moteurs de recherche généralistes. Le web, plus qu’un sérieux concurrent, devance aujourd’hui les systèmes d’information documentaires, et devient le point d’entrée principal pour la recherche d’information. Les bibliothèques tentent de structurer un espace documentaire qui soit habité par les usagers, au sein duquel se développe l’offre de service, mais celle-ci se présente encore comme une série de silos inertes, sans grande possibilité de navigation, malgré de considérables efforts d’ingénierie et des pistes d’évolution vers les outils de découverte. La profession, consciente de cette crise profonde, après avoir accusé les remous occasionnés par la dimension disruptive du numérique, cherche des moyens pour adapter et diversifier son offre, fluidifier la diffusion de l’information, et se réinvente un rôle d’intermédiation en cherchant à tirer profit des nouvelles pratiques des usagers, de leurs nouvelles attentes, et de nouvelles perspectives. Les bibliothèques placent leur espoir dans de nouveaux modèles de données, tentent d’y ajouter un niveau d’abstraction favorisant les liaisons avec l’univers de la connaissance. L’évolution vers le web sémantique semble une opportunité à saisir pour valoriser les collections et les rendre exploitables dans un autre contexte, au prix d’importants efforts que cette analyse tente de mesurer. Une approche constructiviste fondée sur l’observation participante et le recueil de données offre une vision issue de l’intérieur de la communauté des bibliothèques sur l’évolution des catalogues et des outils d’intermédiation, et ouvre des perspectives sur leurs enjeu

Sources : http://www.theses.fr/2013CNAM0879
+ http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00932683

Séance du 17 mars 2014

arc

Co-organisée par Sylvie Bosser (Cemti) et Françoise Paquienséguy (Elico), la séance du séminaire Ebook AN3, à eu lieu le 17 mars 2014 de 16h à 19h dans les locaux de la librairie Vrin, où nous avons été accueillis et hébergés par les Éditions des Archives Contemporaines, situées au 71, rue Saint-Jacques dans le 5ème.

Nous avons entendu deux intervenants :

Etienne Candel

Maître de conférences au Celsa et chercheur au Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication. Depuis sa thèse soutenue en 2007 en Sciences de l’information et de la communication, il travaille sur les réécritures des médiations sociales et culturelles sur Internet et sur les représentations de l’accès aux savoirs.

“Penser le devenir des médiations littéraires – les formes et discours du littéraire comme constructions sur Internet”

Penser le devenir et le destin du livre dans l’état actuel du social et des techniques impose de comprendre comment les communications sur cet objet le conditionnent, le déterminent, le transfigurent. La communication présentée ici visera à montrer comment se compose, aujourd’hui, le discours sur le livre dans ses cadres numériques de communication. On étudiera en particulier comment se crée une figure du lecteur, comment elle se détermine en médiation du littéraire, comment elle convoque, comme un contexte symbolique et un ferment discursif, des images de la lecture, des imaginaires de la participation, des formes du partage et de la discussion autour du livre… ce dernier objet restant, d’une façon générale, un signe plutôt qu’un objet, un référent imaginaire plutôt qu’une matérialité effective.

Nous ensuite le plaisir d’écouter Benoît Epron.

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et directeur de la recherche au Département des études et de la recherche à l’Enssib, Benoît Epron travaille sur l’édition numérique, les enjeux stratégiques de l’édition scientifique et universitaire.

« Projet Calliopê – Usages des dispositifs numériques de lecture en bibliothèque »

Ce projet de recherche vise à appréhender la réception d’une offre par les usagers (étudiants, personnels des bibliothèques, enseignants-chercheurs), tant au niveau des terminaux mobiles prêtés que de leur adéquation à l’offre de contenus éditoriaux. En partenariat avec la bibliothèque de l’Enssib, spécialisée en sciences de l’information et en bibliothéconomie, et suite à la création d’une étagère numérique, l’équipe de recherche ELICO a mené une expérimentation de prêts de dispositifs pour tenter de répondre aux questions suivantes :

-       quelle perception les usagers ont-ils de ce type d’offre ?

-       comment s’approprient-ils les contenus ?

-       existe-t-il des dispositifs privilégiés par type de contenu ?

Il s’agit à terme de définir ce que pourrait être une offre numérique pertinente pour une bibliothèque spécialisée et de proposer des préconisations opératoires concernant sa mise en place.

Télécharger le résumé de la séance

Françoise Paquienséguy & l’équipe du séminaire

Les Editions des Archives contemporaines

 

Plan d’accès au lieu du séminaire :

 

https://maps.google.fr/maps?oe=utf-8&client=firefox-a&q=71+rue+st+jacques+paris&ie=UTF-8&hq=&hnear=0x47e671e76a093ae7:0xe27ee44076712ded,71+Rue+Saint-Jacques,+75005+Paris&gl=fr&ei=VRNhUpHNEojUtQbayoDwDg&ved=0CDAQ8gEwAA

Partenaires :

EAC

cerilac

Séance du 3 février 2014

arc

Co-organisée par Sylvie Bosser (Cemti) et Françoise Paquienséguy (Elico), la séance du séminaire Ebook AN3, a eu lieu le 3 février 2014 de 16h à 19h dans les locaux de la librairie Vrin où nous sommes accueillis et hébergés par les Éditions des Archives Contemporaines, au 71, rue Saint-Jacques dans le 5ème.

Nous avons entendu Pierre-Jean Benghozi et Elisa Salvador :

20140203_162114

«La recherche et développement dans le secteur de l’édition numérique »

Les industries créatives ont suscité un intérêt de plus en plus croissant ces dernières années. La littérature scientifique dans ce domaine est en croissance et plusieurs gouvernements locaux ont  commandé des rapports et des documents de travail pour enquêter sur  les futures orientations stratégiques de leurs politiques. Néanmoins, très peu d’études sont focalisées sur un nouveau sujet comme l’innovation technologique. Dans les industries créatives, l’innovation est en général considérée à partir d’un point de vue unique : un moyen de développer de nouveaux contenus créatifs. Cependant, une question très importante est étonnement négligée à la fois dans la littérature scientifique et dans les rapports officiels : il s’agit des innovations technologiques et, donc, des  caractéristiques et de la gestion de la R&D dans les industries créatives. Dans ce contexte, la présente intervention vise à comprendre où se situe la R&D dans les secteurs culturels, quels acteurs économiques la prennent en charge, où ils sont localisés dans la chaîne de  valeur, comment ils s’articulent avec les producteurs de contenu. Cette réflexion se focalise sur le secteur de l’édition. Une analyse systématique des développements de la R&D et de la technologie du livre numérique a été réalisée et complétée par des entretiens en face-à-face dans une sélection d’études de cas. La méthode fournit une cartographie originale de la chaîne de valeur. Ce cadre permet de comprendre le nouvel écosystème numérique du secteur de l’édition, ainsi que les stratégies d’investissement réalisées par les maisons d’édition concernant les partenariats en R&D et les nouvelles innovations technologiques.

Ancien élève de l’école Polytechnique, titulaire  d’un doctorat et d’une HDR en économie de l’Université Paris Dauphine,  Pierre-Jean Benghozi est directeur de recherche au CNRS et professeur  à l’École polytechnique. Jusqu’à sa nomination, il y dirigeait le pôle  de recherche en économie et gestion et y était responsable de la  chaire innovation et régulation des services numériques qu’il avait  contribué à fonder. Il a également enseigné dans plusieurs grandes universités parisiennes et étrangères.  Pierre-Jean Benghozi a développé, en précurseur, une équipe de  recherche sur l’entreprise et l’économie numérique ainsi que sur les  industries de contenus. Ses travaux de recherche ont porté plus  spécifiquement sur le développement et l’usage des TIC dans les  grandes organisations ainsi que l’analyse des chaînes de valeur et des  modèles d’affaires associés aux marchés du commerce électronique,  notamment dans les industries créatives. Pierre-Jean Benghozi est  l’auteur de nombreuses publications et ouvrages sur ces questions, en  France et à l’étranger.

Elisa Salvador est, depuis 2012, chercheuse associée de la Chaire Innovation et Régulation des Services Numériques de l’Ecole  Polytechnique (Paris, Centre de Recherche en Gestion, PREG-CRG, UMR  7176 Ecole Polytechnique – CNRS). Elle est titulaire d’un Doctorat en  “Analyse Comparée du Droit, Économie et Institutions” (IEL, PhD  Programme International), Université de Turin, Italie : “Les entreprises spin-off de recherche en Italie” (2010). Elle a travaillé pour le Centre National de la Recherche italien (CNR, 2001-2007) sur plusieurs projets relatifs aux politiques d’innovation, les PME, les pôles technologiques. En 2005 elle a reçu le Prix du Centre National de la Recherche italien (CNR) sur le thème « Promotion de la recherche 2005-Projet pour les Jeunes Chercheurs ». Son projet portait sur  “Le financement des entreprises spin-off de recherche : une analyse  du cas italien”. Elle a travaillé récemment pour l’Ecole Polytechnique de Turin (Italie) sur le projet européen “Open Innovation in Alpine SMEs  (OPEN-ALPS)”; elle a aussi travaillé avec la Chaire Entrepreneuriat  (ESCP Europe Business School) et le Centre d’Etudes et de Recherche Amérique Latine Europe de la ESCP Europe Business School. Ses travaux  actuels portent sur la R&D et l’innovation dans les industries  culturelles et créatives. Elle a publié plusieurs articles scientifiques sur les entreprises spin-off de recherche, les parcs  scientifiques, les incubateurs et les PME.

• Nous avons également le plaisir d’accueillir pour cette séance Marie Sepchat, directrice des Presses Electroniques de France, ainsi que Simon Duflos, chef de projet web de cette maison d’édition :

« La stratégie des Presses Electroniques de France »

A la fois éditeur et libraire, les Presses Electroniques de France ont lancé leur application iPad / iPhone et leur site internet fin 2013. Elles proposent cinq collections thématiques – cinéma, théâtre, poésie, université, livres d’art – cinq propositions éditoriales distinctes pour une expérience de lecture d’un nouveau genre : des offres de contenus artistiques et éducatifs, l’accès à des œuvres introuvables sur support numérique, une éditorialisation riche, des outils de navigation, de recommandation et de lecture performants. Un catalogue qui s’adresse au grand public et aux amateurs de chacune des disciplines, aux universitaires et aux élèves du secondaire. Le tout dans une esthétique des plus élégantes, propice au confort de lecture. À travers la spécificité des collections, la qualité de l’édition et une politique de prix attractifs, l’ambition des Presses Electroniques de France est d’accompagner les lecteurs dans la transition vers le numérique.

Soutenues par le Centre national du cinéma et de l’image animée, Oséo et le Centre national du livre, les Presses Electroniques de France s’engagent pour une valorisation du patrimoine culturel, de la création contemporaine mais aussi de la recherche.

20140203_170954

Interventions qui ont été suivies d’un échange avec les participants et d’un pot convivial.
Télécharger le compte-rendu de la séance

Partenaires :

EAC

cerilac

Call for articles : Special themed issue of Library Leadership & Management

This is a call for articles for a special themed issue of LLAMA’s Library Leadership & Management journal on the topic:

Leading libraries today:  challenges and opportunities

Deadline for proposals to the editor is February 3, 2014; accepted proposals/draft chapters will be due to the editor by August 1, 2014.  LL&M is a peer-reviewed journal; all draft chapters will go through this process.  Please send a title, 100 word abstract, and contact information to the editor, Dr. Brad Eden, brad.eden@valpo.edu, by the February 3 deadline.  Accepted peer-reviewed articles will be published in the v. 29, no. 1 (November 2014) issue of LL&M.  For any questions, please contact the editor.

Library Leadership & Management (LL&M) is the open access journal of the Library Leadership and Management Association. LL&M focuses on assisting library administrators and managers at all levels as they deal with day-to-day challenges. In-depth articles address a wide variety of management issues and highlight examples of successful management methods used in libraries. Features include interviews with prominent practitioners in libraries and related fields, and columns with practical advice on managing libraries.  For more information, go to http://journals.tdl.org/llm/index.php/llm/about.

Bradford Lee Eden, Ph.D.
Dean of Library Services
Christopher Center for Library and Information Resources
Valparaiso University
Valparaiso, Indiana  46383
brad.eden@valpo.edu
219-464-5099

Séance du 13 janvier 2014

arc
Co-organisée par Sylvie Bosser (cemti) et Françoise Paquienséguy (Elico), la troisième séance du séminaire Ebook AN3, à eu lieu le 13 janvier 2014 de 16h à 19h dans les locaux de la librairie Vrin où nous sommes accueilli et hébergé par les Éditions des Archives Contemporaines, situés au 71, rue Saint-Jacques dans le 5ème.
Nous avons entendu une intervention de Laurent Collet, enseignant-chercheur à l’Université de Toulon-Var et membre du laboratoire I3M, intitulée :
   Les institutions du livre face à la “Culture numérique” des “Digital natives”

Nous devons refuser les allant-de-soi, qui voudraient que ces jeunes, nés avec des ordinateurs et des dispositifs numériques, et donc utilisateurs intensifs du numérique, soient de facto des utilisateurs éclairés, habiles et conscients des ressources numériques. Pour autant, la “culture numérique”  des “Digital Natives” est avancée pour repenser des politiques publiques d’accès à la culture et à la connaissance. Par exemple, les bibliothèques sont confrontées depuis de nombreuses années aux enjeux de l’informatisation de leurs activités d’archivage, de catalogage et de gestion des prêts et maintenant doivent réfléchir à une offre en livres numériques.

L’exposé commencera par la présentation d’une enquête menée en région Paca  (Var) sur la culture numérique des jeunes de 16 à 24 ans. Cette étude nous aide à considérer de façon plus fine et plus nuancée la population des 16-24 ans, et de dépasser le portait souvent trop caricatural que l’on pourrait faire des « Digital Natives ». En réalité, cette étude montre des profils culturels numériques divers, qui se définissent en particularité selon des niveaux variables de connaissance de l’environnement numérique, et de intensités d’usages plus ou moins diversifiées. Je poursuivrai par les résultats d’une recherche menée d’une catégorie d’acteurs particuliers, que sont les bibliothèques départementales de prêt (BDP). Ces dernières, sous l’autorité des Conseils Généraux depuis 1986, ont pour fonction clé l’animation du réseau des bibliothèques des communes (de moins de 10000 habitants) sur le territoire départemental. En plus du prêt de livres et d’autres documents, elles ont une mission de conseil et formation auprès de leur réseau de bibliothèques. Plus récemment, le développement continu des dispositifs numériques d’information et de communication les incite à être présents et se positionner sur le web. Ce nouvel espace d’intermédiation n’est pas neutre et interroge leur rôle de médiation dans le processus de démocratisation et d’acculturation à la lecture en général et, en particulier, à la culture numérique. 

L’association des résultats de ces deux recherches nous permettra de conclure sur la force de structuration des discours à propose de la “culture numérique”, qui n’est pas une encore une réalité mais un futur en construction. Je prendrai pour dernier exemple, une recherche en cours sur l’observation de l’introduction des tablettes numériques dans des collèges du département du Var menée en collaboration avec le CDDP du Var.


Laurent Collet est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Toulon. Au sein du laboratoire I3M, ses recherches portent sur l’innovation, les usages et l’économie des dispositifs numériques d’information et de communication. Il dirige l’UFR ingémédia, dont les formations concernent exclusivement la communication numérique : concepteur multimédia, concepteur d’environnements immersifs, ingénieur des médias, webmestre éditorial, chef de projet transmédia .

 Télécharger le résumé de la séance

 Télécharger la présentation de Laurent Collet

P1010580

E-book : usages et pratiques d'écran


Carnets de recherche