première séance du séminaire Ecritures numériques et Editorialisation – Pratiques de recherche et de production de la connaissance 2014/2015

Bonjour,

Nous sommes heureux de vous inviter à première séance du séminaire Ecritures numériques et Editorialisation – Pratiques de recherche et de production de la connaissance 2014/2015 ce jeudi 20 novembre à 18h00 salle Triangle du Centre Pompidou.

Cycle 2014-2015 : Pratiques de recherche et de production de la connaissance

L’éditorialisation est un processus complexe résultant des interactions entre des contenus (ou des ressources), un environnement technique (le réseau, les serveurs, les plateformes, les CMS, les algorithmes des moteurs de recherche), des structures et formats (l’hypertexte, le multimédia, les métadonnées), et des pratiques (l’annotation, les commentaires, les recommandations via réseaux sociaux). Ce processus d’organisation et d’agencement des contenus numériques est par essence ouvert et dynamique.
Une éditorialisation, en tant que dispositif de mise en forme et de structuration d’un contenu, n’est pas limitée à un contexte fermé et bien délimité (une revue, par exemple) ni à un groupe d’acteurs prédéfinis (les éditeurs), mais implique au contraire une ouverture dans l’espace (multiplicité de plateformes) et dans le temps (plusieurs acteurs sur des temporalités multiples). Cette ouverture est une des principales différences entre l’édition et l’éditorialisation.
Si l’édition telle que nous l’avons connue entre le XVIIIe siècle et nos jours a été le principal dispositif de production et d’agencement de la connaissance, sa fonction est aujourd’hui progressivement bouleversée et renouvelée par l’éditorialisation qui transforme en profondeur les modes de circulation et d’appropriation des idées.
Dans ce cadre : que devient la recherche qui a justement fondé son régime de vérité sur l’édition et la publication ? Comment la recherche, l’activité de production de la connaissance par excellence, est-elle modifiée par les pratiques numériques ? C’est la question à laquelle le séminaire de cette année tentera de donner une réponse, proposant une réflexion sur différents aspects de la recherche – notamment dans le domaine des SHS – impactés par les nouvelles formes d’éditorialisation. Nous proposerons une analyse de ces nouveaux modèles de recherche, à partir des formes de publications qui ont émergé depuis la naissance du web – comme les blogues – en passant par les pratiques de veille et de récolte de l’information par les chercheurs, les questions d’archivage et le problème de la légitimation des contenus.

Le séminaire est réalisé en collaboration par la revue Sens Public, l’Iri, et l’Université de Montréal, soutenu par la MSH Paris-Nord. Il a été créé en 2009 en partenariat avec le laboratoire Invisu (INHA-CNRS).

Programme complet :  http://seminaire.sens-public.org/

Flyer : http://www.iri.centrepompidou.fr/wp-content/uploads/2014/11/Programme-Ecritures-numeriques-2014-2015.pdf

Séance du 20 novembre 2014 :

Entre blogue et revue savante : hybridation des pratiques de recherche

avec Benoît Melançon, Celya Gruson-Daniel, Joëlle Le Marec
Salle Triangle – Centre Pompidou
Entrée gratuite sur inscription : http://www.iri.centrepompidou.fr/evenement/nouvelles-formes-editorialisation
Débutera une demi-heure plus tard que d’habitude : 18h à Paris, 12h à Montréal.

 

En démultipliant les formes de lecture et d’écriture dans la société non-savante, le numérique a favorisé l’émergence de pratiques nouvelles où se mêlent communication, collection, archivage, littérature, etc. Dans ce contexte de fluidification des formes d’écriture, les pratiques des chercheurs se sont elles aussi diversifiées, empruntant souvent à des formes de production de contenus jusqu’alors inexistantes dans les méthodologies de la recherche.
Cette hybridation des pratiques que l’on observe depuis peu semble ouvrir la recherche et la communauté de chercheurs à de nouvelles formes de production de savoir, bouleversant le processus classique de légitimation et de certification des connaissances.

Benoît Melançon est professeur titulaire au Département des littératures de langue française <http://littfra.umontreal.ca/accueil/ <http://littfra.umontreal.ca/accueil/> >  de l’Université de Montréal <http://umontreal.ca/ <http://umontreal.ca/> >  et directeur scientifique des Presses de cette université. Depuis 2008, il est membre de la Société royale du Canada. Il est très actif dans le domaine de la littératique, soit les relations entre littérature et informatique. Il a publié des textes sur ce sujet, notamment le livre Sevigne@Internet. Remarques sur le courrier électronique et la lettre <http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/sevigne.html> (1996 ; 2011 pour la réédition numérique augmentée), qui lui a valu nombre de comptes rendus et d’entrevues à l’étranger. Depuis 1992, il distribue une bibliographie électronique du XVIIIe siècle : en juillet 2012, cette bibliographie en était à sa 217e livraison et elle comptait plus de 26 000 titres. Depuis le mois de juin 2009, il tient un blogue, L’Oreille tendue <http://oreilletendue.com/ <http://oreilletendue.com/> > .

Celya Gruson-Daniel est diplômée de l’ENS et de l’UPMC en neuroscience cognitive et comportementale. Cofondatrice de l’association HackYourPhD <http://hackyourphd.org/ <http://hackyourphd.org/> >  (et ingénieur de recherche en charge des MOOC au Centre Virchow-Villermé), elle observe et essaie de comprendre l’émergence et les caractéristiques de communautés innovantes.

Joëlle Le Marec est PR en sciences de l’information et de la communication au CERILAC <http://ufrlac.lac.univ-paris-diderot.fr/CERILAC_WEB/ <http://ufrlac.lac.univ-paris-diderot.fr/CERILAC_WEB/> >  (Centre de Recherches sur les Lettres Arts Cinéma),  axe « Esthétique, Médias, Oralité Images ».
Ses recherches portent sur les pratiques et publics des musées et des médias, sur les pratiques de communication dans la recherche et dans l’enquête, sur les médiations culturelles des savoirs.

source : [NumerUniv-Quotidien] et <contact@iri.centrepompidou.fr>

Séminaire Ebook AN4 séance du lundi 8 décembre 2014

La  séance du séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans : « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »  sous la Direction de Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon et de Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2, a eu lieu le lundi 8 décembre 2014, dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h.

Télécharger le compte-rendu de la séance

Nous avons eu le plaisir d’écouter deux interventions :

La première : « Les plateformes de prêts à destination des bibliothèques publiques »

Par Aude INAUDI, GRESEC, Université Grenoble Alpes, et Pierre BARBAGELATA, Laboratoire I3M, Université de Toulon.

Télécharger la présentation de l’intervention

Résumé de l’intervention :

Le travail de terrain qui sera présenté s’appuie sur l’observation de deux dispositifs de bibliothèque numérique (un à destination de publics scolaires, l’autre porté par une bibliothèque municipale à destination de ses usagers). Il révèle les tensions qui s’exercent sur la politique d’acquisition conduite par les bibliothécaires et l’analyse souligne également l’évolution de la médiation du livre numérique assurée, dès lors, à la fois par les bibliothécaires et par les plateformes spécialisées dans le prêt numérique. Autrement dit nous interrogeons ici la place et le rôle de chacun de ces acteurs dans la chaine du livre et nous soulignons, dans le domaine de la lecture publique où les enjeux économiques et sociaux sont importants, un possible glissement des prérogatives.

Les plateformes de prêts à destination des bibliothèques publiques

Aujourd’hui, des efforts importants (réflexion, temps, formations, financements) sont consentis par les bibliothèques publiques pour se positionner en médiateur du livre numérique aux bénéfices de leurs usagers (Claerr, 2013). Pour ce faire, elles constituent leurs collections (Bermès, 2010) à partir de plateformes dédiées et proposées par des éditeurs, des groupements d’éditeurs ou encore des intégrateurs spécialisés. Or l’offre à laquelle elles ont accès apparaît encore restrictive par rapport à celle quasi sans limite du livre papier : tous les titres numériques ne sont pas nécessairement disponibles pour le prêt numérique, en particulier les nouveautés, les séries ou encore les auteurs à grand succès ; les droits de prêts sont contraints par les plateformes elles-mêmes (nombre de prêt autorisés pour un titre, durée restreinte, …) ; le coût pour un titre est souvent supérieur à celui d’un livre papier…

Dès lors, dans cet écosystème, comment ces bibliothèques peuvent-elles construire un fonds pertinent, attrayant et susceptible de trouver son public ? Dans quelle mesure est-il encore possible de proposer des collections « représentatives, chacune à son niveau ou dans sa spécialité́, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions éditoriales1 » ? Confrontés à des évolutions substantielles de leur cadre professionnel, comment les bibliothécaires peuvent-ils agir et accomplir leurs tâches au mieux de leurs compétences et de leurs missions ? De leur côté, quelles médiations mettent en place les plateformes de prêt numérique ? Entre librairies, éditeurs et bibliothèques, elles peuvent être plateforme de vente et/ou plateforme de prêt, cette dualité n’est-elle pas porteuse de confusions ?

Notre étude relève, à travers l’observation de deux dispositifs de bibliothèque numérique (un à destination de publics scolaires, l’autre porté par une bibliothèque municipale à destination de ses usagers), les tensions qui s’exercent sur la politique d’acquisition conduite par les bibliothécaires. Elle souligne également l’évolution de la médiation du livre numérique assurée, dès lors, à la fois par les bibliothécaires et par les plateformes spécialisées dans le prêt numérique. Autrement dit elle interroge la place et le rôle de chacun de ces acteurs dans la chaine du livre. Elle pointe, dans le domaine de la lecture publique où les enjeux économiques et sociaux sont importants, un possible glissement des prérogatives.

Pour cela nous mobilisons les cadres théoriques de l’impensé et ceux de la diffusion d’une innovation. Partant du principe que l’impensé est un discours (Robert, 2012), nous analysons à la fois celui des porteurs de plateformes de diffusion et celui des bibliothécaires afin de les mettre en perspective. Avec les concepts de la diffusion d’une innovation dans un corps social et plus particulièrement la notion de cadre d’usage et de cadre de fonctionnement (Flichy 2003), nous observons les évolutions réelles ou fantasmées des acteurs humains et non humains impliqués.

Sur le plan méthodologique, nous avons choisi une approche qualitative. Nous interrogeons les bibliothécaires en charge de la politique d’acquisition, nous suivons les réunions visant à choisir les titres souhaités pour la bibliothèque numérique dont ils ont la charge. Ainsi après avoir qualifié les paramètres prépondérants de la constitution d’un fonds numérique et de la politique d’acquisition d’une bibliothèque, nous les confrontons aux caractéristiques des offres de diffusion de prêt numérique et aux discours d’accompagnement des porteurs de plateformes.

Sans juger des pratiques de tel ou tel acteur, dans un contexte où les incitations (notamment institutionnelles) en faveur du numérique en bibliothèque sont fortes, nous relevons des tensions propres à éclairer les freins et les opportunités susceptibles d’influer sur le développement d’une offre numérique de lecture publique.

Références bibliographiques :

Bermès, E., Martin, F (2010). Le concept de collection numérique. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 3, 2010 [consulté le 30 août 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-03-0013-002>.

Claerr, T., Westeel, I. (2013). Manuel de constitution de bibliothèques numériques, 
Paris : Editions du cercle de la librairie.

Flichy, P. (2003), L’innovation Technique : Récents développements en Sciences sociales vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, La Découverte.

Robert, P. (2012). L’impensé informatique : Critique du mode d’existence idéologique des technologies de l’information et de la communication – Volume 1, Les années 1970-1980 (Vol. 1). Les archives contemporaines.

 P1010658

Biographies des intervenants :

Aude Inaudi, GRESEC, Université Grenoble Alpes, aude.inaudi@upmf-grenoble.fr, est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Ses recherches portent sur les enjeux communicationnels, organisationnels et politiques des médiations techniques et humaines. Elle travaille à une approche critique du numérique dans les domaines de l’éducation, de la documentation et des bibliothèques. Elle suit plus particulièrement le déploiement de la bibliothèque numérique des bibliothèques municipales de Grenoble dans le cadre du projet Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB).

Pierre Barbagelata, Laboratoire I3M, Université de Toulon, pierre.barbagelata@univ-tln.fr, est Doctorant en Sciences de l’information et de la communication. Sa recherche s’intéresse à la place des usagers dans les processus d’innovation et leurs entrelacs communicationnels. Directeur du CANOPE/CDDP du Var, il est porteur du projet, initié avec Mme Inaudi, de bibliothèque numérique pour les établissements scolaires, http://bn.edukiosque.fr, diffusée dans l’académie de Nice et acquise par 45 établissements.

La seconde : « Etre un « auteur numérique » ? » 

Par Virginie SPIES, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS).

Résumé de l’intervention :

Lorsqu’il publie son livre en auto-édition et format numérique, l’auteur n’est plus seulement un écrivain, il développe aussi une stratégie de communication au moyen des outils numériques. En premier lieu, il lui faut tout d’abord choisir une plateforme (Amazon par exemple), mettre en ligne le livre au format adéquat, puis choisir un prix et décider participer ou non à des opérations de promotion. Ensuite, l’auteur est conduit à devenir le promoteur de son propre travail. En utilisant un blog, mais aussi Facebook ou Twitter par exemple, les auteurs instaurent une nouvelle relation avec leur public ce qui mène par ailleurs à une reconfiguration du livre lui-même en tant que bien culturel. L’auteur auto-publié sur des plateformes de diffusion du livre numérique est un énonciateur pluriel qui est au cœur des mutations du livre.

Biographie :

Virginie Spies, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS) est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Sémiologue et analyste des medias, elle est l’auteur des ouvrages La télévision dans le miroir, Théorie, histoire et analyse des émissions réflexives (L’Harmattan) et Télévision, presse people : les marchands de Bonheur (INA – De Boeck). Elle est aussi l’auteur de Mars Ocean, roman publié sur Amazon. Ses recherches actuelles portent sur la télévision et les réseaux sociaux.

https://www.facebook.com/MarsOceanStory?fref=ts

Françoise Paquienséguy,  a animé cette séance.

Inscription gratuite mais obligatoire pour chaque séance auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver le 16 février prochain !

P1010657

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

logos AN4

Appel à contribution pour la nouvelle revue « Etudes digitales »

Appel pour le numéro 1 de la revue Études Digitales  « Le texte à venir »

La revue sera publiée chez Classiques Garnier

Le numéro 1 de la revue Études Digitales sollicite l’ensemble des humanités pour tenter d’appréhender les enjeux d’une mutation du texte par l’effet de sa digitalisation. Qu’est-ce que le texte digital ? Après le texte manuscrit, imprimé ou « tapuscrit » à la machine, le texte écrit au clavier d’ordinateur ou sur une tablette doit-il être envisagé comme la poursuite d’une même tradition textuelle ou au contraire ne vient-il pas produire un nouvel « encodage » ? Après le texte relié et édité sous la forme du codex, le texte à l’écran produit-il les mêmes effets ? Le texte digital est-il texte au sens des régimes antérieurs de texte, ou est-il résolument d’une autre nature ? N’assistons-nous pas à une transformation de sa grammatisation en même temps que se modifient les techniques de sa reproduction et de sa diffusion comme cela s’est produit au XVe siècle avec l’avènement de l’imprimerie ?

Plusieurs dimensions du texte digital seront envisagées dans ce numéro 1 : sa matérialité à travers les appareils et les interfaces qui le rendent visible, son mode de conservation et d’organisation de la mémoire, son inscription paradigmatique dans les représentations du savoir, les pratiques qu’il permet dans un contexte interopérable. Seront également traités les échanges qu’il autorise, les formes d’interprétation qu’il suscite ou facilite, plus largement, les questions qu’il pose à une culture fondée sur la conservation des textes, en termes d’historicité et d’invention poétique.

Le texte digital, de par son caractère dématérialisé et hypertextuel, ne peut être considéré comme le simple transfert du texte imprimé sur un nouveau support. Il produit des effets inédits dans le monde de l’écrit : multiplicité des traces jusqu’à l’hypermnésie, duplication indéfinie, mais aussi annulation et effacement, perte ou dilution de la source au profit d’une auctoritas partagée.

Genette définit la transtextualité comme « tout ce qui met (le texte) en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes ». Ceci permet d’envisager une transtextualité digitale qui met en oeuvre, par sa constitution même, un mode général de transversalité et d’hybridation. Ainsi, le numéro 1 de la revue Études Digitales s’ouvre-t-il à une conception élargie du texte, ainsi qu’à tout ce qui se situe au-dessus, au-dessous et autour du texte.

Plusieurs dimensions de la textualité digitale pourront être investies :

Le texte digital entre production, commentaire et invention

L’évolution du support suscite de nouvelles formes d’écriture et de lecture, mais surtout un texte digital ne peut être envisagé selon les mêmes critères qu’un texte imprimé. Il s’agit d’un objet hybride et composite dont les contours ne s’arrêtent pas aux limites de la page ou du volume qui constituaient la forme des textes depuis le codex antique. Un texte digital peut se trouver relié à une multitude d’autres textes (hypertexte) et conserver, comme un wiki, toutes les strates de sa production. Comment produire le texte digital ? Comment envisager une fabrication qui ne soit pas simplement le transfert des pratiques antérieures d’écriture ? Faut-il envisager une herméneutique spécifique du texte digital parallèlement à l’émergence d’une poétique qui rapprocherait le commentaire de l’invention ? Devons-nous en attendre de nouveaux genres, une nouvelle littérature ?

Le texte digital et les savoirs

À l’intérieur de la tradition occidentale, chez Platon, la fixation textuelle apparaît comme un enjeu du savoir, de sa transmission et son organisation. Aujourd’hui, le texte digital réorganise la disposition et le classement des savoirs inscrits, produisant de nouvelles modalités d’accès, de représentation. Faut-il voir dans l’écriture digitale une textualité débarrassée des limites anciennes du texte imprimé et relié et un nouvel espace du texte « à venir » ? Des modes d’élaboration contributifs construisent-ils une articulation pertinente des échanges entre les spécialistes et les amateurs ? Quel format de savoir instruit le texte digital ?

Le texte digital entre mémoire générale et oubli

Dans le contexte digital, les régimes d’une mémoire, à la fois hypermnésique et instable, se trouvent soumis à l’obsolescence des supports et des formats. Quel est alors le statut mémoriel du texte ? Quels seront les modes de conservation et d’indexation du texte digital ? Comment retrouver l’état génétique d’un texte pour le replacer dans l’archéologie des disciplines, quand archive et trace deviennent problématiques ?

Direction de la revue : Franck Cormerais & Jacques Athanase Gilbert

Comité éditorial : Antonioli Manola (Ecole Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes) – Catellin Sylvie (Université Versailles Saint-Quentin) – Komur Greta (Université de Mulhouse) – Le Deuff Olivier (Bordeaux-Montaigne) – Loty Laurent (Paris IV, CNRS) – Marechaux Pierre (Université de Nantes) – Noyer Jean-Max (Université de Nice) – Vincent Puig ( IRI, Centre Pompidou) – Rey Olivier (CNRS) – Rousseaux Francis (Université de Reims/IRCAM) – Vitali-Rosati Marcello (Université de Montréal) –

Extraits du Comité scientifique: Bachimont Bruno (Université de Compiègne) – Bouchardon Serge (Université de Compiègne) – Carayol Valérie (Bordeaux-Montaigne) – Duféal Marina (Université de Bordeaux-Montaigne) – Giffard Alain (Administrateur civil/Fondateur de Gallica) – Ertzscheid Olivier (Université de Nantes) – Galinon-Menelec Béatrice (Université du Havre) – Gefen Alexandre (Paris IV – Fabula) – Jauréguiberry Francis (Université de Pau, CNRS) – Khatchatourov Armen (Télécom ParisTech) – Kerouanton Jean-Louis (Université de Nantes) – Lefevre Anne (École Supérieure d’Architecture de Saint Etienne) – Lescop Laurent (ENSAM Nantes) – Moore Gerald (Durham University) – Musso Pierre (Rennes2/ParisTech) – Prié Yannick (Université de Nantes) – Proulx Serge (UQAM Montréal) – Romele Alberto (Université de Porto) – Stiegler Bernard (Conseil National Supérieur du Numérique/Université de Londres/Goldsmith) – Vignon Daphné (Université de Nantes)

Projet d’article pour le 30 novembre 2014 d’environ 3000 signes (sans les espaces). La réponse d’acceptation sera donnée avant la fin décembre. Les articles seront à rendre pour le 1er février, ils seront soumis à la lecture en double aveugle des membres du comité scientifique. Longueur des articles : 30000 à 35000 signes (sans les espaces et bibliographie comprise).

Envoyer les propositions et articles à : etudesdigitales@gmail.com

Franck Cormerais et Jacques Athanase Gilbert