Archives de catégorie : Bibliographie

Parution : le livre numérique au présent

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution aux Éditions Universitaires de Dijon, d’un ouvrage sous la direction de Fabrice Pirolli : « Le livre numérique au présent : Pratiques de lecture, de prescription et de médiation« .

Vous pourrez y retrouver un certain nombre de contributeurs habitués de notre séminaire Ebook.

 couv pirolli  Le livre numérique au présentPratiques de lecture, de prescription et de médiation
Sous la dir. de : Fabrice PirolliISSN : 1628-5409
ISBN : 978-2-36441-126-5
Collection : Sociétés
Parution : 2015
Format : 15 x 23 cm
Pages : 136 p.

 

 

Peu à peu, le livre numérique trouve sa place dans le paysage culturel français. Au-delà des prédictions et des supputations esquissant un futur hypothétique, le livre numérique peut dorénavant être considéré « au présent » : il est aujourd’hui enraciné dans les pratiques courantes d’un nombre croissant d’usagers. Mais au-delà des chiffres et des indicateurs économiques, qu’en est-il réellement ? Quelles pratiques – de lecture, de médiation, de prescription –  se développent ou sont réinterrogées par le numérique ? Comment particuliers et professionnels du livre, de la documentation ou de l’éducation abordent-ils cette évolution ? Autant de questions traitées dans cet ouvrage au moyen d’approches théoriques mais également pragmatiques issues de travaux originaux de chercheurs français.

 

Sommaire

 
Introduction (Fabrice Pirolli)

Chapitre 1 – Usages et consommation d’Ebook en France (Françoise Paquienséguy, Sciences Po Lyon)

 
Chapitre 2 – Les livres numériques au centre d’une économie de l’attention ? (Christian Robin, Université de Paris XIII)

 
Chapitre 3 – Ce que le livre numérique fait aux bibliothèques (Claude Poissennot, Université de Lorraine)

 
Chapitre 4 – Quelles médiations pour les bibliothèques et les bibliothécaires ? (Benoît Epron, Enssib)

 
Chapitre 5 – Usages de tablettes et liseuses en contexte d’apprentissage (Mathilde Miguet, Université de Nantes)

 
Chapitre 6 – La prescription de livres numériques sur les plateformes littéraires (Louis Wiart, Université de Paris XIII)

 
Chapitre 7 – Pratiques illégales de partage et de téléchargement de livres numériques (Fabrice Pirolli, Université de Bourgogne)

 
Postface : «  Marée montante » ou tsunami  ? L’avenir du livre à l’heure du numérique (Philippe Poirrier, Université de Bourgogne)

 

Commander en ligne : http://eud.u-bourgogne.fr/433-le-livre-numerique-au-present-9782364411265.html

Télécharger le bon de commande en pdf

LIVRE : Roberto Casati, «Contre le colonialisme numérique. Manifeste pour continuer à lire»

LIVRE :

Roberto Casati, «Contre le colonialisme numérique. Manifeste pour continuer à lire», traduit de l’italien par Pauline Colonna d’Istria. Albin Michel, 208 pp., 17 €.

Curriculum vitae de l’auteur : http://roberto.casati.free.fr/casati/CV2000.htm


Présentation du livre par l’éditeur

Attention contre dispersion. Le « séduire pour séduire » contre le plaisir de la construction.
Lecture approfondie pour organiser une mémoire et l’élaboration d’une pensée contre simple
consommation culturelle de l’instant, du fugitif…

L’idée-force de cet ouvrage qui se situe à la croisée de différents champs d’étude (psychopédagogie, sociologie, philosophie, neurosciences …) est que le livre papier a un format cognitif parfait et que rien à ce jour ne peut le concurrencer. Sauf des visées de prodigieux bénéfices économiques et qui n’ont en ligne de mire que ce que l’on peut gagner – financièrement – et non tout ce que les générations futures vont perdre.

Cet essai n’est pas pour autant nostalgique et/ou « ronchon ». Roberto Casati invite à une prise de
conscience des emballements trop hâtifs pour des objets technologiques dont on magnifie les
possibilités sans réfléchir à leur participation à la « colonisation » des esprits. Pourquoi ne pas
revoir les méthodes d’apprentissage dans l’idée de les élargir au lieu de les réduire à du pousse-
boutons permanent ?

L’accès à l’information est-il déjà connaissance, l’intelligence est-elle seulement une
compétence ? Toutes ces questions soulevées n’invitent pas à jeter les tablettes et autres
smartphones mais à privilégier la lecture intensive qui seule vous conduit à découvrir qui vous
êtes. Aucune tablette ne pourrait remplacer Socrate.

Source : http://www.albin-michel.fr/promo/espace_journaliste/201310/CASATI.pdf


Interview de Roberto Casati par Marc Voinchet sur France Culture :

« Transmission du savoir : réapprenez à patienter pendant le chargement »

16 minutes – 10.10.2013 – 07:40

Enregistrement, ici : https://www.youtube.com/watch?v=iZiVdle7eaU

Roberto C
ASATI
Philosophe
Directeur de recherche au CNRS et rattaché à l’ Ecole polytechnique
Enseigne à Dartmouth College dans le New Hamphire
Auteur de : Contre le colonialisme numérique, manifeste pour continuer à lire (Albin Michel)

Source : https://www.franceculture.fr


Libération.fr

La lecture, activité physique

Robert MAGGIORI 9 octobre 2013 à 18:36

CRITIQUE LIVRE

Roberto Casati fait l’éloge du livre papier alors que le numérique prétend imposer sa loi.

La façon la plus courante de défendre le livre, menacé, est sentimentale, nostalgique, empreinte de l’esprit des «humanités» de jadis. Le manipuler en tous sens, humecter le doigt pour tourner la page, entendre le doux bruit du feuillettement, humer l’odeur de l’encre et du papier, ralentir la lecture pour ne pas apprendre tout de suite qui est le meurtrier, le laisser sur un banc et se réjouir d’avance qu’un passant le lise à son tour, sentir le cœur battre fort et l’intelligence s’illuminer en réalisant qu’un objet si humble, si disponible, est capable de faire venir à vous, sans bruit, tout ce que les hommes ont pensé, ressenti, imaginé, rêvé, décrit – du plus grandiose des paysages au plus petit méandre de l’âme…

A cet hymne romantique, Roberto Casati ajouterait sans doute sa voix, sauf si le plaidoyer pour le livre et la lecture sur papier s’accompagnait d’une diatribe sans nuances contre ce qui les met en péril, à savoir le développement des technologies numériques. Directeur de recherches au CNRS, professeur de philosophie et de sciences cognitives, Casati n’est en effet ni un conservateur pleurant sur les bibliothèques poussiéreuses et la machine à vapeur, ni un luddite tenté de détruire les machines du progrès, ni un «analphabète numérique» qui s’est retrouvé Gros-Jean comme devant quand ont disparu les mange-disques et le Minitel. Il serait plutôt un geek en matière informatique – mais avocat de la cause du livre et de la lecture, qui, au lieu de chanter le bon vieux temps, montre que le papier, s’il risque de «devenir commercialement obsolète», conserve intactes, pour aujourd’hui et demain, toutes ses potentialités euristiques et cognitives.

Migration. C’est l’idée qu’il défend dans Contre le colonialisme numérique – ouvrage qui en Italie, dans la presse et sur le Net, a provoqué des débats enflammés. Le titre dit tout, si on entend qu’il s’agit d’une attaque raisonnée non contre le numérique («ce serait comme dire que l’on est contre l’électricité»), mais contre le colonialisme, à savoir une idéologie qui, appliquée aux digital technologies, et prenant le fait pour une valeur, justifie que l’on doive tout faire migrer vers le digital puisque techniquement on le peut. Il n’est pas en effet escompté que la numérisation soit avantageuse pour n’importe quelle pratique ou activité. Du fait qu’elle est à présent constamment «en poche», intégrée au téléphone portable, la photographie, elle, en a eu un grand bénéfice, et «est devenue, grâce au numérique, ce qu’elle aurait toujours dû être, à savoir un moyen de prendre des notes visuelles», tout en gardant ses possibilités de créativité artistique. Mais en va-t-il de même pour la migration du livre vers l’e-book, pour l’utilisation en politique du vote électronique, pour l’introduction de toutes les technologies nouvelles à l’école, où se jouent «la survie et l’enseignement de la lecture approfondie» ? Ce sont ces trois domaines qu’étudie plus particulièrement Casati – même si les excursus vers Facebook, Google, Wikipédia, les SMS, les tutoriels de YouTube ou les jeux vidéo sont nombreux.

Menée en un style accessible, presque «parlé», l’analyse est très détaillée. Une idée en est comme le leitmotiv : le livre électronique et les tablettes (mais il suffirait de parler de l’iPad, qui, capable de réaliser «un tas d’autres choses», fera à Kindle, à Nook et autres liseuses «ce que le téléphone portable à fait à l’appareil photo : il les avalera») «volent la lecture» et soumettent l’esprit à des sollicitations extérieures constantes, au multitasking, alors que le design (pris au sens général de conception d’un projet) propre au livre papier, qui n’est pas hypertextuel, non seulement communique des informations de façon linéaire et «matérielle», mais protège l’attention, appelle à la lecture approfondie et détermine aussi «la façon dont les livres sont conçus et élaborés par leurs auteurs pour aider le lecteur à les suivre dans un parcours passionnant et difficile». Mais, de fait, Casati explore, du livre papier, toutes les caractéristiques : sociales (offrir un livre, c’est offrir un livre, offrir un e-book, c’est offrir un «gadget électronique» : l’«échange symbolique» n’a pas la même valence), physiques, cognitives, ergonomiques – pour arriver à établir sa précellence. Et il fait de même pour le vote en ligne, la «traçabilité», l’e-democracy et l’école (à propos de laquelle il rappelle qu’il «n’existe pas de raccourcis technologiques pour une éducation de qualité», et que, selon certaines enquêtes, la progression des résultats scolaires dépend toujours des catégories socio-économiques et «décroît à mesure que le temps passé au contact des technologies augmente»).

Télégraphe. Les objections naissent spontanément : à quoi bon bâtir ces fortifications pour protéger le livre (ou l’éducation, ou les procédures démocratiques), alors que les migrations vers le numérique se feront de toute façon, et que les critiques sont inaudibles par les «natifs numériques», par ceux qui n’ont rien connu de ce qu’il y avait avant la révolution digitale ? Or, Casati démonte avec beaucoup d’acuité ce qui est pour lui le mythe des digital natives(«toute personne née, disons, après les années 90»), lesquels, tout au plus, auraient une compétence nouvelle ou un savoir-faire, mais sûrement pas une forme d’«intelligence numérique» particulière, car avoir facilement accès à l’information et naviguer avec aisance n’est pas encore comprendre, et comprendre n’est pas encore connaître. Il ironise, de plus, sur le fait que même si les «natifs numériques» avaient cette compétence, elle serait de moins en moins utile, puisque, justement, les concepteurs et les producteurs des objets les plus techniquement sophistiqués les rendent, sur le mode user-friendly, manipulables par tous, y compris les plus incompétents et les nostalgiques du télégraphe.

Les «colons numériques» doivent sourire, sûrs de pouvoir se livrer au plus débridé des expansionnismes. Mais Roberto Casati – qui avance aussi un certain nombre de propositions très raisonnables – leur conseille de réfléchir à cette «loi» : ce que nous ne faisons plus à cause des nouvelles technologies (acheter des pellicules photos, envoyer en fax, utiliser l’annuaire téléphonique papier, regarder des cassettes VHS…), c’est ce que nous faisions grâce aux technologies alors nouvelles. Aussi l’e-book a-t-il plus de chances de rejoindre les disquettes des anciens ordinateurs ou les documents écrits avec WordStar ou WordPerfect, que le livre papier n’en a de disparaître…

Roberto Casati, «Contre le colonialisme numérique. Manifeste pour continuer à lire», traduit de l’italien par Pauline Colonna d’Istria. Albin Michel, 208 pp., 17 €.

Robert MAGGIORI

Source : http://www.liberation.fr/livres/2013/10/09/la-lecture-activite-physique_938249


Extraits ( « bonnes feuilles » publiées par l’Opinion.fr)

Le colonialisme numérique ?
« Si tu peux, tu dois »

Le colonialisme numérique est une idéologie qui se résume à un principe simple, une conditionnelle : « Si tu peux, tu dois. » S’il est possible de faire qu’une chose ou une activité migre vers le numérique, alors elle doit migrer. Les colons numériques mettent tout en œuvre pour introduire les nouvelles technologies dans tous les domaines de notre vie, de la lecture au jeu, de l’enseignement à l’assistance et à la prise de décision, de la communication à la planification, de la construction d’objets à l’analyse médicale. La thèse colonialiste est tenue pour acquise par les colons qui en apprécient la simplicité : elles est absolument générale étant donné qu’elle s’applique indifféremment à n’importe quel objet ou à n’importe quelle activité. Facile à retenir, difficile à contester.

Le livre, cet incontournable objet social

« Au cours des siècles, se sont cristallisées autour du livre des normes et des règles sociales bien établies qui le définissent et le protègent. Il ne s’agit pas d’un discours nostalgique, mais d’un fait lié à la fonction du livre : faire circuler les idées à moindre coût et dans un format qui présente toute une série d’avantages, pas seulement la maniabilité, mais aussi la possibilité de le transmettre, de le consulter à nouveau, de l’offrir. Le livre est un objet de communication et d’échange. La vie du contenu électronique était donc entièrement à inventer, et l’on ne savait pas encore comment remplacer les pratiques sociales entourant le livre […].

Il fallait, à mon sens, déplacer le débat vers le rôle que jouait le livre électronique dans la chaîne des relations sociales, sur la façon dont on pouvait, par exemple, protéger l’auteur (et son éditeur) des violations du copyright. Je pensais d’ailleurs que l’on pouvait aller encore plus loin et réfléchir à une redéfinition des liens sociaux créés par la circulation et la vente électroniques des contenus culturels […].

La culture est un phénomène très complexe qui n’est pas seulement lié à la fonction communicationnelle, mais également à des pratiques sociales. Chercher à assujettir le contenu électronique à la métaphore du livre aurait donc signifié se priver des multiples opportunités qu’il offre. Offrir un livre électronique, au contraire, revient à offrir un gadget électronique ou à offrir un fichier ; dans tous les cas, l’échange symbolique est incomparable à celui que propose un livre papier. Autrement dit, le livre papier fait partie d’un « écosystème », et son rôle dans l’écosystème n’est pas remplaçable par le livre électronique.

L’iPad va tuer l’eBook

« Si le livre électronique parvient à s’imposer et à détrôner le livre papier, cela ne voudra absolument pas dire qu’il est « finalement » devenu meilleur que le livre papier. Cela signifiera surtout que les gens veulent des choses comme l’iPad – lequel a peu à voir avec le livre –, et qu’ils trouveront par la suite tout naturel de l’utiliser, y compris pour télécharger un livre […].

La transformation conceptuelle que l’iPad a portée sur la scène de la technologie de masse est aussi simple que radicale. Jusqu’à ce que l’iPad fasse son entrée, les ordinateurs étaient principalement, sinon exclusivement, des outils de production intellectuelle. Or, pour la première fois, on a vu surgir un ordinateur qui est essentiellement un outil de consommation intellectuelle […].

Il est facile de comprendre pourquoi je ne parle que de l’iPad, et non de Kindle ou de Nook qui eux, au contraire, sont apparus comme des outils essentiellement consacrés au format livre. Je n’en parle pas parce qu’ils ont déjà cédé, ou qu’ils sont en train de céder, à la tentation de diffuser aussi de la musique, des jeux, des applications, Internet, des emails, etc. Pourquoi deviennent-ils à ce point identiques à l’iPad ? Mais pourquoi s’en priveraient-ils ? Amazon ou la Fnac n’ont pas intérêt à vendre des livres ; ils ont intérêt à vendre tout court […].

Instrument de divertissement tous azimuts donc. Ce qui est intéressant dans le tournant, le parti pris par l’iPad et ses épigones, c’est la façon dont il préfigure le palimpseste de notre vie mentale. C’est une bataille passionnante qui va se jouer dans les années à venir, et dont l’enjeu n’est rien moins que notre principale ressource intellectuelle : l’attention.

L’iPad, maître incontesté de la culture du zapping

L’iPad et ses succédanés sont des écosystèmes résolument différents. Le livre, on l’a vu, n’est pas leur raison d’être. Le livre est une « app », une application parmi une infinité d’autres à portée de main dont beaucoup sont absolument fabuleuses et très séduisantes. Il vous vient soudain l’envie de savoir où se trouve Sirius dans le ciel ? Téléchargez Star Walk pour quelques euros et c’est bon : l’accéléromètre, la caméra-vidéo et le GPS permettent d’augmenter la réalité en superposant à l’image diurne du ciel celle des étoiles dans leur position actuelle. J’ai, moi aussi, de nombreux besoins de ce genre : immédiats, légitimes, épistémologiquement nobles. Peut-être trop d’ailleurs pour pouvoir continuer à lire du début à la fin une histoire de l’astronomie pré-galiléenne. L’iPad est né pour satisfaire ces besoins rapides, et surtout pour en créer continuellement d’autres ; il n’est pas seulement un ordinateur de consommation en soi, il est le dernier maillon d’une gigantesque chaîne de distribution, dont il est la vitrine. Dans cette perspective, si le livre est une application parmi tant d’autres, il ne jouira d’aucune espèce de privilège du point de vue du design parce qu’il ne jouit d’aucune espèce de privilège du point de vue commercial comparé aux autres applications.

Préserver le livre d’une compétition sans merci

En résumé, le livre papier présente toute une série d’avantages cognitifs précisément là où l’on veut y voir des limi

tes technologiques que le livre électronique permettrait de dépasser : la linéarité qui permet de faciliter la compréhension ; le fait d’offrir des arguments dans l’espace d’une page stable, et non pas fluctuante, qui permet d’avoir sous les yeux plusieurs pensées en même temps et rend possible le réexamen ; le relatif isolement par rapport aux artefacts cognitifs qui entreraient en concurrence avec la lecture ; le poids même du livre comme source d’informations. Transféré sur un support numérique, le livre devient quelque chose d’autre, parce que la lecture est différente, et aussi parce qu’il entre en compétition avec des concurrents prédateurs et aguerris.

Tous pistés ?

Un des avantages du livre papier est qu’il est (jusque-là) imperméable à l’intrusion de la personnalisation. Ce n’est le cas d’aucun livre en format numérique, de fait ou par principe. En effet, le Kindle d’Amazon sait, page par page, ce que vous êtes en train de lire, grâce à Whispersync qui, apparemment, vous permet de reprendre votre lecture là où vous l’aviez arrêtée avant d’éteindre la tablette, mais qui, à chaque fois que vous vous reconnectez à Internet, envoie les données de lecture à la maison mère. Naturellement, Amazon sait déjà quels sont les livres que vous achetez, mais Whispersync accomplit un saut qualitatif. Un bloggeur s’est amusé à faire une liste des informations qu’il lui plairait d’extraire des données d’Amazon (Quels sont les livres dont le dernier chapitre est lu avant les autres ? Quels sont les livres qu’on achète, mais qu’on ne lit pas ? Quels sont les livres les plus commencés, mais jamais terminés ? Et quels sont ceux que l’on ne lit jamais la nuit ?). La réalité dépasse la fiction : ces données sont effectivement utilisées par Amazon, aujourd’hui pour donner des recommandations à ses clients, demain pour fabriquer des écrivains capables d’écrire exactement ce que le public « veut ».

Penser le design pour se préserver des concepteurs du monde numérique

J’ai beaucoup insisté sur le rôle crucial du design, du projet, de la conception des situations dans lesquelles nous pouvons trouver au numérique la place qui lui convient, et qui favoris

e davantage notre développement. Si nous considérons que le colonialisme numérique doit être décrit dans les ferrures d’une théorie du complot, nous nous privons tout simplement de la possibilité de l’affronter. Je propose, au contraire, que l’on devienne tous des designers : de notre temps, de la situation d’apprentissage, de nos rapports électroniques avec les autres et avec les institutions, de la qualité et de la nature des traces que nous laissons. Etre designer signifie même être un peu hacker, dans le bon sens du terme : ceux qui réorientent des technologies à des fins autres que celles pour lesquelles elles avaient été programmées. C’est à nous de concevoir le design auquel n’ont pas su, ou pas voulu, penser les concepteurs du monde numérique […].

L’école doit, dans une certaine mesure, résister aux technologies distrayantes, précisément parce qu’elle a déjà, en soi, un immense avantage, qui est d’être un espace protégé dans lequel le zapping est, par définition, exclu ; avantage qui lui permettrait de ne pas courir après le changement technologique, et en même temps d’enfanter, paradoxalement grâce à ses immenses inerties, le véritable changement, qui est le développement moral et intellectuel des individus.

Source : http://www.lopinion.fr/3-octobre-2013/l-ipad-ennemi-developpement-moral-intellectuel-4693