Journée d’Etudes Ebook AN3

affiche journée d'études 2014 Ebook AN3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journée d’études 2014 du SÉMINAIRE EBOOK AN3  :

LA LECTURE NUMÉRIQUE :
UN OBJET COMPLEXE
DIFFICILE A SAISIR
 
Journée d’études coordonnée par Françoise Paquienséguy
   Séminaire Ebook AN3 
ARALD – LyonBD – I3M
 
30 juin 2014  10h – 18h
AMPHI LECLAIR
SciencesPo-Lyon – 14, avenue Berthelot – 69 007 LYON

 P1010609

Journée d’études du 30 juin 2014 Sciences Po Lyon

La lecture numérique :

un objet complexe difficile à saisir

Bilan de la journée

Cette journée d’études qui venait clôre la troisième année du séminaire Ebook, « Rouleaux, codex, écrans », a permis d’avancer dans l’exploration d’un terrain riche d’expérimentations, de pratiques professionnelles et d’usages en devenir. Elle a, par là même, été l’occasion de confronter des retours liés à des pratiques professionnelles comme celles d’éditeurs, d’auteurs et de bibliothécaires aux résultats qui se dégagent d’études spécifiquement tournées vers les usages.

Fondateur de l’association L’épicerie Séquentielle qui rassemble des auteurs lyonnais de BD, Jean-Christophe Deveney a présenté le développement et le bilan positif d’un webtrip, un feuilleton BD réalisé et diffusé en ligne, ainsi que sous forme d’application dans le cadre du Festival LyonBD.  A partir d’une trame scénaristique préalablement établie, douze auteurs d’Europe et d’Amérique latine ont chacun leur tour imaginé un épisode sur deux saisons (2012-2013).

Dans le secteur de la littérature, si l’implication des auteurs est relativement présente dans l’approche éditoriale, c’est surtout la production/diffusion des catalogues numériques et la représentation éditoriale des attentes du lectorat qui forment le focus de l’enquête menée par Sylvie Bosser (université de Paris 8). Ayant interrogé des éditeurs traditionnels et des pure players,  les éléments essentiels qui se dégagent de ce travail correspondent, pour de multiples raisons, à la prédominance de l’homothétie et au succès numérique des littératures de genre.

Brigitte Juanals (université de Paris 10) a présenté une analyse de publications numériques de catalogues d’exposition, ces publications étant envisagées sous deux angles, celui de l’objet éditorial et celui de dispositif de lecture. De nouvelles formes d’éditorialisation des contenus ont été mises en exergue, prenant sens dans l’évolution qui caractérise la médiation culturelle.

Cette évolution est également lisible dans la perspective adoptée par les bibliothèques qui proposent à leur public des livres numériques, ainsi que des supports pour lire ces derniers. Guillaume Hatt, responsable informatique des bibliothèques municipales de Grenoble, a ainsi établi un premier bilan de la démarche menée par celles-ci. Après une expérimentation de mise à disposition de liseuses et de tablettes, ces bibliothèques finalisent maintenant la mise en place d’un dispositif de prêt numérique, en prenant en compte ce que ce dernier génère comme implications en matière de chaîne du livre, de services au lectorat.

La question des usages a été, de ce fait, au cœur de l’analyse des résultats de l’enquête « Usages de l’ebook et pratiques d’écran. Des digital contents à une mutation culturelle ? », à propos de la lecture loisir. Présentée par Mathilde Miguet (Université de Nantes), cette analyse fait ressortir plusieurs éléments intéressants tels qu’une forte appétence des usagers pour les livres gratuits (légaux ou illégaux), ainsi qu’un quasi transfert des pratiques de lecture papier sur le support numérique, seuls quelques enquêtés faisant montre d’une certaine innovation sur le registre des usages.

Prenant en premier lieu appui sur ces résultats avant de prendre en compte également d’autres études et enquêtes, Françoise Paquienséguy (Sciences Po Lyon) a voulu montrer combien les usages de la lecture numérique restent encore difficiles à évaluer, étant donné l’intrication qui caractérise l’acte de lecture avec le support utilisé. Mener à bien ce travail exige d’inscrire ces deux axes d’analyse dans une perspective généalogique afin de pouvoir dégager au mieux les processus d’innovation de la part des usagers.

Alain Giffard (Gis Culture et médias numériques) a poursuivi cette réflexion en montrant que la lecture hypertextuelle ne doit pas être confondue avec la lecture de l’hypertexte, la production du cheminement hypertextuel par le lecteur étant reliée à la problématique de l’horizon d’attente, ainsi qu’au processus de lecture envisagé par Foucault comme technique de soi. La double question centrale de l’économie de l’attention avec les commercialisations des lecteurs et la commercialisation de la lecture a aussi ouvert le champ de l’ordre économique des textes numériques.

Pour finir, il revenait à Milad Doueihi (Chaire d’humanisme numérique Sorbonne Universités) de faire le bilan de cette journée et d’ouvrir le débat à partir des différentes perspectives dégagées. S’il préfère parler d’écrit numérique plutôt que de livre numérique, il a ainsi montré le passage du modèle de la suggestion au modèle de la recommandation dans le cadre d’une culture nouvelle de la « générosité », le don de soi étant devenu le vecteur économique de la société actuelle. Reste que la dimension symbolique du livre papier demeure le curseur à partir duquel sont systématiquement envisagés les écrits numériques et les nouveaux rituels de lecture qui les accompagnent.

Télécharger le bilan de la journée d’études Ebook AN3

PROGRAMME :

9h30 – 9h45 – Accueil

10h : Ouverture de la journée

Françoise Paquienséguy

Matinée : Variations sur le livre numérique 

10h15 :   Les publications numériques sur tablettes tactiles dans le secteur des musées : du livre numérique aux dispositifs numériques de lecture

         Brigitte JUANALS (Université Paris 10)

juanals

Bio :

Brigitte Juanals est maître de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense, chercheur à UMR 7114 MoDyCo et chercheur associé au Labsic. Ses recherches portent sur la circulation médiatique (par les TIC et les médias) de contenus informationnels, culturels et de connaissances dans les sociétés contemporaines, en interrelation avec les enjeux sociaux, politiques et industriels qui y sont associés.

Résumé :

Cette communication présente l’analyse de publications numériques étudiées en tant qu’objets éditoriaux et dispositifs de lecture sur des tablettes électroniques tactiles. La finalité est de questionner, par une réflexion et une enquête menées dans le secteur des musées, l’émergence de formes renouvelées d’éditorialisation de contenus en relation avec l’évolution des formes de la médiation culturelle. Cette recherche ouvre à un questionnement sur le développement d’objets éditoriaux qui se détachent du livre numérique lié à un support et à un format de logiciel.

10h55 : Une bibliothèque de livres numériques  

Annie BRIGANT & Guillaume HATT (BM de Grenoble)

Bio :

Annie Brigant est directrice adjointe responsable du numérique dans les Bibliothèques municipales de Grenoble, Guillaume Hatt est  responsable du service informatique des bibliothèques municipales de Grenoble

Résumé :

Les bibliothèques municipales de Grenoble proposent depuis plusieurs années de nombreuses ressources numériques : presse en ligne, autoformation, livres numériques, vidéo à la demande, etc. Après une expérimentation de mise à disposition de liseuses et tablettes, les bibliothèques de Grenoble sont en train de finaliser un dispositif de prêt numérique, projet soutenu par différents partenaires institutionnels et accompagné par d’autres bibliothèques. Quels services le prêt numérique apportera-t-il aux lecteurs ? Quelles implications pour la chaîne du livre ?

11h35 : Webtrip – Feuilleton Bd en ligne, collaboratif et participatif

Jean-Christophe DEVENEY (LyonBD – Webtrip)

Bio :

Né à Hyères, Jc Deveney poursuit des études d’histoire à Aix en Provence, de lettres à Montréal, et de terrasse à Montpellier, avant de finir par les rattraper et de s’installer à Lyon en 2001. Il commence à y travailler à temps plein au scénario tout en partant à la recherche des nombreux autres auteurs cachés dans la ville. Il fonde ainsi L’épicerie Séquentielle association des auteurs de Bd lyonnais et fait la connaissance, entre autre, de Loïc Godart et de Jérôme Jouvray, avec qui il entame des collaborations. A l’heure actuelle, il poursuit en parallèle ses activités d’auteur pour la bd et de professeur de scénario pour l’école d’Art et d’Entertainment de Bellecour.

Site/Contact : http://jc.deveney.free.fr/

Résumé :

Développé en 2012 par le festival Lyon Bd et l’Ecam, le Webtrip est un feuilleton Bd réalisé et diffusé en ligne par des auteurs de différents pays. A partir d’une trame scénaristique écrite en amont, 12 auteurs vont se succéder pour imaginer chacun un épisode en le situant dans leur pays.

A cette première trame, un concours vient s’ajouter, offrant la possibilité à chacun, amateur, étudiant ou pro de proposer son épisode. Il peut s’inscrire à la suite de la trame de départ, en amont ou combler les interstices entre les épisodes.

Deux saisons du Webtrip ont ainsi vu le jour sur le net, en 2012 et 2013, réunissant des auteurs de l’Europe entière et d’Amérique latine. Le Webtrip a également connu une
diffusion en Appli et une édition papier.

www.webtrip-comics.com

Après-midi : présentation des résultats de l’enquête « Usages d’Ebook et pratiques d’écran »

14h L’éditeur et l’anticipation de l’usage numérique du texte : le secteur de la littérature générale

Sylvie BOSSER(Paris8)

Bio : Sylvie Bosser est maître de conférences à l’université de Paris 8. Elle
est chercheuse au CEMTI (Centre d’études sur les médias, les technologies
et l’internationalisation). Elle a récemment participé à la mise en place
d’une base de données sur les aides aux industries culturelles, ainsi qu’à
une enquête sur les obstacles à la traduction pour le ministère de la
Culture et de la Communication. Elle a également travaillé sur le
positionnement éditorial vis-à-vis du numérique dans le secteur des
sciences humaines et sociales notamment.

Résumé : Nous nous proposons d’explorer la question des angles d’approche
privilégiés par les éditeurs de littérature générale dans la perspective
numérique,  tant en termes de modèles économiques que de choix éditoriaux
(constitution du catalogue, arbitrage avec le format poche, homothétie ou
livre enrichi, etc.). Notre travail constitue ainsi une manière de prendre
la mesure des représentations éditoriales des attentes du lectorat de ce
secteur à l’égard du marché du livre numérique.

14h40  Les modalités de la lecture loisir sur support numérique 

Mathilde MIGUET (Université de Nantes)

Bio :

Mathilde Miguet est enseignante à l’Université de Nantes et chercheur en SIC au CEMTI- Paris 8. Elle a participé à différents projets touchant l’insertion sociale des TIC et la structuration de l’offre, dans le domaine de l’éducation mais aussi sur le livre électronique et les catalogues numériques muséaux.

Résumé :

Après une présentation de la typologie de l’enquête qui reviendra sur les spécificités de notre panel, la première partie de l’intervention s’intéressera plus particulièrement aux aspects liés aux modalités de lecture loisir sur support numérique intégrant les questionnements centrés sur le rôle des pratiques de lecture traditionnelles antérieures.

15h20 Lecture(s) numérique(s) et usages

Françoise PAQUIENSEGUY (SciencesPoLyon)

Bio :

Françoise Paquienséguy est professeur en Sciences de l’information et de la communication à SciencesPo-Lyon et membre de l’Equipe Lyonnaise en Sciences de l’Information et de la Communication depuis 2012.  Spécialiste des usages des technologies de l’information et de la communication numériques (TICN) elle coordonne le séminaire Ebook (www.ebook.hypotheses.org) depuis 2011 et a dirigé le programme de recherche « Usages d’Ebook et pratiques d’écran » dont les résultats sont présentés ce jour et seront publiés en novembre 2014 aux Editions des Archives Contemporaines dans l’ouvrage collectif La lecture numérique aujourd’hui.

Résumé :

Les usages de la lecture numérique ne sont pas si évidents que cela à définir, malgré une étude de terrain fourni car ils relèvent à la fois de la lecture et de son support. Ce double ancrage, plus ou moins marqué selon les lecteurs, réclame de prendre en compte pour étudier les usages ces deux aspects de leur généalogie : habitudes de lecture et pratiques d’écran. Amplitude qui soulève la question de l’innovation : où se situe-t-elle ?

—–

16h Intervention

         Alain Giffard (Directeur du GIS Culture-médias & numérique)

16h45  Bilan de la journée par le grand témoin

        Miladus DOUEIHI (Chaire d’Humanisme Numérique Sorbonne Universités)

P1010619

Le séminaire Ebook ouvrira sa quatrième année en octobre 2014 elle portera sur  « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations ». Les séances auront lieu le lundi de 16h à 19h dans les locaux de l’Institut des sciences de la communication du CNRS, 20 rue Barbier du Mets, Paris 13ème, le programme sera disponible sur notre carnet à partir du 15 septembre.

Accéder à l’appel à contribution Séminaire Ebook AN4  :

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

Date limite : 1er septembre 2014

Françoise Paquienséguy
Francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr

Professeur de Sciences de la Communication – Elico EA 4147Responsable de la spécialité Stratégies des Echanges Culturels Internationaux

—————–

SCIENCES PO

14, avenue Berthelot

69365  LYON Cedex 07

logos journée d'étude an3

Télécharger l’affiche de la journée d’études

Télécharger le programme de la journée d’études



Citer ce billet
Mathilde Miguet (2014, 21 mai). Journée d’Etudes Ebook AN3. E-book. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzmq