Les nouveaux outils à disposition des auteurs

Pour cette deuxième année le séminaire Ebook s’organise autour de trois  sous-thématiques, plus ciblées, dont la deuxième est :

Les nouveaux outils à disposition des auteurs et les conséquences de leur emploi sur la filière d’une part et sur la production de l’autre

Les dispositifs de publication numériques sont une occasion, ou une contrainte pour les auteurs de nouveaux outils d’écriture et de mise en forme numérique (qui vont jusqu’à la 3D) pour lesquels ils doivent mettre en œuvre des formes narratives spécifiques. Il s’agit finalement pour eux d’inventer les contenus caractéristiques de cette nouvelle forme d’écriture et de lecture. C’est donc à l’habilité et au génie de l’auteur d’exploiter  les deux modalités à l’œuvre dans l’augmentation des œuvres (multimédia et interactif) au bénéfice du récit, de la narration, et c’est bien là que se situe l’enjeu fondamental de la création. En effet, la chaîne de l’édition, devenue numérique, et la version papier n’existe qu’à la fin de celle-ci. Par contre les dispositifs de publication qui d’une part, permettent de créer directement en numérique et de lire en numérique d’autre part, changent la donne. Dans ce contexte culturel fait de numérique, d’écrans et de convergence (pas seulement technologique mais également de contenus et de médias), certains auteurs de BD par exemple, plus portés vers l’innovation, se servent des dispositifs et outils présents pour « Réinventer la BD ». L’auteur, Scott McCloud questionne, dans cet ouvrage paru en 2002, le futur de la BD croisée avec Internet et la création numérique ; il propose des BD expérimentales sur son site d’ailleurs (http://scottmccloud.com/).

Les récits et les formes de récits se transforment alors pour produire des livres numériques, pensés, créés en relation avec les possibilités actuelles de génération et de lecture. Ce sont ces évolutions faites de tentatives, d’échec, de facilitateurs et de freins que nous souhaitons saisir mais uniquement chez les auteurs professionnels, qui vivent de leur art,  laissant de côté les pratiques amateurs. Analyser les mutations de ces pratiques professionnelles artistiques inclut d’analyser les usages des lecteurs et leur appropriation de ces nouvelles modalités de lecture.

La Bande dessinée et les mangas

 

Pour cette deuxième année le séminaire Ebook s’organise autour de trois  sous-thématiques, plus ciblées, dont la première est :

La Bande dessinée et les mangas qui nous paraissent porter des innovations en matière de lecture comme de production

En effet, la bande-dessinée se distingue dans cette offre par son importance tout d’abord. D’après la dernière étude sur la filière (Motif, 2010) les titres de BD constituent  10% de l’offre légale et 53% de l’offre illégale de titres en français disponibles soit au téléchargement, soit à la lecture en streaming.  Le Deps remarque en mars 2012 que 14% des lecteurs de BD les lisent sur support numérique. Autrement dit, proposer à lire une BD sur écran n’est pas un acte occasionnel de la part des distributeurs, l’antériorité des pratiques ayant été acquise sur des plateformes illégales. En effet, les BD sont disponibles massivement via l’offre illégale (86,2% des titres papiers en 2010) et le sont depuis plus de dix ans.

Ce n’est pas l’illégalité de l’offre qui nous intéresse, mais son antériorité et sa solidité qui donnent une épaisseur conséquente à la fois aux pratiques des bédéphiles, déjà lecteurs à l’écran et sur supports mobiles, et aux innovations des auteurs professionnels et amateurs qui proposent des façons de faire et de lire différentes de celle de l’édition papier.

Séminaire Ebook AN 2 : LISEUSES et LECTEURS

`

Séminaire E-Book AN 2

LISEUSES et LECTEURS

Joëlle LEMAREC, Professeur des Universités, Paris7

Sylvie BOSSER, MCF, Paris8

Françoise PAQUIENSEGUY, Professeur des Universités, SciencesPo-Lyon

La thématique 2012-2013 du séminaire E-book labellisé par la MSHPN depuis 2010 portera cette année sur les liseuses et les lecteurs. L’idée centrale de ce séminaire est double : il s’agit de cerner et saisir les points de rencontre entre les lecteurs, les contenus numériques, les supports de lecture et l’offre qui suppose catalogues, formats, business-modèle et contournements illégaux. Pour ce faire, le séminaire invitera à des échanges avec des spécialistes universitaires et professionnels afin de conduire un travail d’exploration du terrain, via des restitutions d’analyses d’usages, d’analyses économiques de la filière et des questionnements plus larges.

Pour cette deuxième année le séminaire s’organise autour de trois  sous-thématiques, plus ciblées :

  1. La Bande dessinée et les mangas qui nous paraissent porter des innovations en matière de lecture comme de production
  2. Les nouveaux outils à disposition des auteurs et les conséquences de leur emploi sur la filière d’une part et sur la production de l’autre
  3. Un regard contrastif avec la Corée du Sud

Intervenants : L’annonce du programme se fera régulièrement deux semaines avant la séance.

Programme : L’annonce détaillée du programme se fera régulièrement deux semaines avant chaque séance.

Programme au 3 octobre :

22 octobre : F. Paquienséguy « Que sait-on vraiment sur les usages du livre numérique ?  Bilan des études produites depuis 2010 » – Sylvie Bosser «  Panorama de l’offre gratuite d’e-books »

17 décembre : A. Saemmers « Ecriture et interface médias – Lecture numérique »

14 janvier : B. Rives Directeur de Tebaldo «  Tablettes et lecteurs restitution d’expérience » et Th. Baccino, Laboratoire le Lutin (en attente du titre)

11 février : L. Collet et M. Pelissier « Livre numérique en bibliothèque, compte rendu d’enquête »

13 mars : Fl. Rio et St. Chaudiron « Quels usages et quels dispositifs pour un Récit Transmédia augmenté ? »

Renseignements : la participation au séminaire est ouverte à tous, mais sur inscription. Pour d’évidentes raisons de gestion des places, il est nécessaire d’annoncer sa présence en écrivant à Françoise Paquienséguy. Francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr.

Lundi de 16h à 19h :  22 octobre – 26 novembre – 17 décembre – 14 janvier – 11 février – 18 mars – 13 mai – 17 juin.

Les séances 2012 auront lieu à la MSH Paris-Nord, 4 rue de la Croix Faron à Saint-Denis. Accéder à la MSH PN

Journée d’études consacrée au livre numérique et intitulée « Entre une offre à géométrie variable et des usages émergents : où va le livre numérique ? » (suite)

L’accès aux livres numériques par les étudiants en documentation : quels usages et pratiques d’écran ?

Auteur : Karel Soumagnac Karel.soumagnac-colin@iufm.u-bordeaux4.fr

Cette communication repose sur un travail expérimental qui a porté sur les usages et pratiques d’écrans d’étudiants d’un Master 2 se destinant aux métiers de la documentation et des bibliothèques. Ce que nous souhaitons montrer, c’est plus particulièrement la façon dont ces étudiants, par l’intermédiaire des écrans, accèdent aux nouvelles offres éditoriales concernant les livres numériques de leur bibliothèque universitaire. En effet, le livre numérique a fait son entrée récemment au sein des bibliothèques universitaires via les plates-formes d’agrégation. Cette nouvelle offre éditoriale tente de conquérir un nouveau public par l’enrichissement progressif des collections, la qualité des services. Elle prend également place dans un environnement numérique proposant des modalités d’accès, de consultation, de traitement et de production de l’information inédites, allant, et c’est notre hypothèse de travail, jusqu’à révéler de nouveaux usages et pratiques d’écran chez les étudiants.

 

Nous montrerons à travers le cadrage théorique que la façon dont les étudiants accèdent aux livres numériques est conditionnée par le contexte dans lequel ils en usent. Nous sommes partie du discours des acteurs, de leurs actes et leurs gestes pour pouvoir établir leurs usages et pratiques d’écran du livre numérique. Il a été aussi nécessaire de nous interroger sur les dimensions culturelles, sociales, institutionnelles et techniques des dispositifs d’accès aux livres numériques mis à leur disposition, pour saisir les différents niveaux contextuels dans lesquels s’inscrive la pratique d’écrans des étudiants.

 

Après avoir développé le corpus et la méthodologie mise en œuvre, nous reviendrons sur les résultats de cette expérience.

Nous montrerons que les usages et pratiques d’écran en rapport avec les livres numériques sont tout d’abord liés à des pratiques d’information basées sur la culture du livre. Premier constat, il y a peu de consultation de livres numériques, la préférence allant au papier, les livres restant le quotidien des étudiants. Même si la présence du livre sur Internet reste primordiale pour les étudiants, ces derniers sont dans une logique de contournement, voire d’évitement de la lecture numérique, puisque la lecture sur papier permet une meilleure appropriation du texte et de son contenu intellectuel. L’impression des documents, issus des fichiers téléchargés au format PDF, reste une pratique réelle et parallèle à la lecture numérique. Elle sert au travail d’accumulation et de stabilisation des savoirs et entre dans une stratégie plus globale de leur acquisition. Deuxième constat, la plupart des étudiants ne connaissent pas bien les bouquets d’abonnement du SCD de leur université, même si le travail de médiation des plates-formes est réel, comme en témoigne les différentes aides contextuelles proposées aux usagers, à travers principalement des menus déroulants. Il y a également peu de connaissance des fonctionnalités et des formats des plates-formes d’agrégation des livres numériques, dont les étudiants ont une vue relativement partielle, alors que les discours d’accompagnement sont présents.

 

Malgré tout, de nouveaux usages et pratiques d’écran semblent apparaître. Nous verrons que l’accès et la consultation des livres numériques sont corrélés à des pratiques d’écran plurielles. Les étudiants sont sensibles aux services offerts. Le fait de pouvoir suivre l’actualité éditoriale par les flux, de recevoir les alertes, de consulter son historique de recherche est ancré dans les habitudes de veille documentaire des étudiants. Les entretiens montrent ensuite que ces derniers sont sensibles à la valeur ajoutée résidant dans la possibilité de se constituer des collections et par la rapidité et la facilité avec laquelle ils peuvent accéder au contenu via des écrans pluriels. Il y a, de plus, une imbrication de pratiques de lectures documentaires et de prises de notes. Le feuilletage en ligne par exemple sert à repérer des passages cités par les enseignants en cours et est associé à un travail de prise de notes, de rédaction de résumé, de création de fiches sur les notions info-documentaires. Les étudiants pratiquent une activité de zapping et de fragmentation des tâches par le biais des différents écrans qui participent principalement à la construction de connaissances tout en s’inscrivant progressivement dans les pratiques culturelles des étudiants. En effet, la consultation des livres numériques est très souvent associée à des pratiques de « redocumentarisation », liées à leurs notes de cours et celles prises sur les documents numériques qu’ils viennent de lire pour mettre en relation ce qu’ils savent et ce qu’ils ont compris d’un cours, et les nouvelles connaissances qu’ils « récupèrent » via les portails et agrégateurs de flux. Enfin, nous verrons que les pratiques documentaires sont aussi de plus en plus souvent associées à des pratiques culturelles à travers la lecture d’ouvrages de fiction sur des écrans pluriels tout en s’inscrivant dans des contextes autres qu’universitaire.

Diaporama de l’intervention