Groupe READ, qui sommes nous ?

Les membres du groupe READ

« Recommandations d’E-Books et Algorithmes Débrayables »


Emmanuel Brandl

Ingénieur de recherche

Sociologue

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib)

Centre Max Weber, équipe de recherche « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations » – ENS Lyon.

Depuis 2014, après une reconversion thématique, Emmanuel Brandl mène principalement ses travaux de recherche sur la question du lectorat numérique en bibliothèque et sur les usages sociaux des ressources numériques à l’université. Il a récemment travaillé avec le réseau des bibliothèques municipales de Grenoble autour d’une caractérisation des usages et des usagers de livres numériques dans le cadre du projet PNB (Prêt numérique en bibliothèque). Il a par ailleurs travaillé dans le cadre de l’Observatoire numérique de l’enseignement supérieur (ONES), ce qui a permis d’identifier le poids des filières d’étude dans l’usage des ressources pédagogiques numériques par les étudiants mais aussi les enseignants, réinterrogeant par là même les logiques indifférenciées de structuration des espaces pédagogiques numériques (type Espace Numérique de Travail).

Quelques références

Brandl E., Bibook à son lancement : quels usages, quels usagers ? Une étude quantitative du lectorat numérique en bibliothèque, Rapport d’étude, Enssib-enssibLab.

Brandl E., « Les usages sociaux des ressources pédagogiques par les étudiants de 1er cycle universitaire. Une socialisation par filières d’études et années de formation », in Revue française de pédagogie, 2017.


Marie Doga

Sociologue de la lecture,

UMR Pacte, département SHS de Grenoble, UGA


Benoît Epron

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib)

ELICO – Équipe Lyonnaise en Information et Communication

 

Depuis 2005 et son travail de doctorat il travaille sur les modèles socio-économiques du document numérique. D’abord dans l’édition académique et aujourd’hui dans les bibliothèques, ses travaux s’appuient sur une analyse des jeux d’acteurs à l’œuvre dans le champ des industries culturelles. Il dirige depuis 2012 un Master sur la publication numérique dans lequel il propose un cours en ligne sur l’économie du Web et du document. Il a mis en place depuis 2011 la Biennale du numérique et a animé en 2015 un séminaire soutenu par un financement ARC sur le livre numérique en bibliothèques de lecture publique. Il participe à un projet financé dans le cadre de l’appel Urban Europe portant sur un outil d’intégration des activités des bibliothèques.

Quelques références

[2016] Dillaerts Hans, Epron Benoît. (dir.) « L’offre de livres numériques à destination des bibliothèques de lecture publique : un regard international ». Presses de l’Enssib, Collection La Numérique. 978-2-37546-007-8.

[2015] Pouchot Stéphanie, Epron Benoît. « Classer numérique ». Architecture de l’information Méthodes, outils, enjeux. De Boeck Supérieur, pp. 161-182, 2015, 9782804191405. <hal-01185638>


Jean-Marc Francony

 

jmfMaître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication –

Membre permanent du Groupe Régulation – laboratoire de recherche en sciences sociales – PACTE UMR 5194.

 

Ses recherches portent sur l’analyse des dispositifs et des pratiques info-communicationnels associés au développement du web et des réseaux sociaux. Il s’intéresse tout particulièrement aux logiques d’acteurs, à l’analyse comportementale et aux phénomènes collectifs s’exprimant à l’occasion d’événements médiatiques, dans le contexte d’un agenda politique ou sportif. Ses travaux l’ont conduit à développer une instrumentation expérimentale et une approche empirique fondée sur la constitution et l’exploitation de collections massives et multimédia de documents, données et traces numériques.

Mots clefs : Web des données, Traces numériques d’usages, Fouille du web, Big data, Digital Method, Digital Studies.

Projets Scientifiques en cours :

  • ANR (14042015CE26 2015) Responsabilité Sociale des Journalistes – Média-Sport (RSJ MeDiS).
  • Analyse de l’expression, des comportements et des attitudes électorales sur le web et les réseaux sociaux.
  • Projet Hospicité : Analyse rétrospective d’événements médiatiques à partir de données du web et des réseaux sociaux.
  • Projet TidEBook exploration continue et cartographie dynamique du dispositif d’information et d’acquisition légale ou illégale de livre numérique.

Quelques références

  • Bastin, JM Francony (2017) : L’INSCRIPTION, LE MASQUE ET LA DONNEE – datafication du web et conflits d’interprétation autour des données dans un laboratoire invisible des sciences sociales in Revue d’Anthropologie des connaissances (RAC) – dossier thématique « Construire des données pour faire de la recherche en SHS ? Ce que les data font faire aux SHS (et vice-versa) : processus frictionnels de mises en bases de données».
  • Papa, JM Francony (2016) : « 2012 French presidential campaign: first steps on the political Twittersphere » in Social Media and Politics – ouvrage collectif sous la direction d’Axel Bruns. Edition Routledge. (pp 378-390)
  • Papa, JM Francony (2014) : Twitter en campagne in 2012 la campagne présidentielle. Sous la direction de J. Gerstlé et R. Magni Berton. Editions Peppers-L’Harmattan. (pp 87-102)
  • Papa, JM Francony, (2014) Activisme de réseau sur Twitter: l’exemple de la campagne présidentielle 2012 en France Xe Conférence EUTIC 2014 (Lisbonne) 22-24 octobre 2014 (pp 727-735).

Aude Inaudi

Aude InaudiMaître de Conférence  en Sciences de l’Information et de la Communication,

GRESEC, Université Grenoble Alpes, aude.inaudi@upmf-grenoble.fr

Ses recherches portent sur les enjeux communicationnels, organisationnels et politiques des médiations techniques et humaines. Elle travaille en particulier à une approche critique du numérique dans les domaines de l’éducation, de la documentation et des bibliothèques. Elle a notamment conduit une enquête de terrain (2012-2014) en partenariat avec les réseau Canopé sur les pratiques de lecture du livre numérique des adolescents. Elle a conduit un projet de recherche (2014-2015) en lien avec l’AMCSTI et le Ministère de la culture et de la communication sur la place des sciences en bibliothèque de lecture publique dans un contexte de développement des médiations numériques. Elle coordonne le parcours Information-Documentation du Master métiers du livre et de l’édition (UGA) et dans ce cadre travaille avec différents professionnels du domaine des bibliothèques et de la documentation sur l’évolution des pratiques, des enseignements et des métiers.

Quelques références

Cartellier, D., Inaudi, A., « L’interculturalité au sein des acteurs culturels ; articulations entre culture scientifique et lecture publique », [Rapport de recherche], 2015

Inaudi, A., « La documentation numérique à l’Ecole : les valeurs en question », in El Hachani, Mabrouka, Information, TIC et mutualisation, Michel Houdiard éditeur, 2015

Inaudi, A., Barbagelata, P., « Les plateformes de prêt de livres numériques : un enjeu pour la médiation en faveur de la lecture publique ? »: Communication au séminaire Ebook : « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations », Paris : 08 décembre 2014

Barbagelata, P., Inaudi, A., Pélissier, M., « Le numérique vecteur d’un renouveau des pratiques de lecture : leurre ou opportunité ? », Etudes de communication, n°43, 2014, p. 17-37

Page de présentation sur le site du GRESEC

http://gresec.univ-grenoble-alpes.fr/version-francaise/membres/enseignants-chercheurs/aude-inaudi–13225.kjsp?RH=U3GREFR_MEM&RF=U3GREFR_ENS


Mariannig Le Béchec

Maître de conférences

Sciences de l’Information et de la Communication 

Membre du laboratoire CEREGE (EA 1722), chercheur associé ELICO (EA 4147)

Ses recherches portent sur les usages ordinaires, le traitement et l’analyse de l’information et des données sur les thématiques de l’open data citoyen, des territoires numériques de marques et de la lecture/écriture numérique. Elle est responsable scientifique du projet RELOC (Réseaux sociaux et Localisation du financement participatif culturel) financé par le DEPS/Ministère de la Culture et de la Communication. Depuis un post-doctorat réalisé au medialab Sciences Po en 2010 qui portait sur la mise en place d’une plateforme communautaire d’accès au livre numérique et la réalisation d’un graphe intitulé « Web du livre en France en 2010 » (financement FUI), ses travaux de recherche prolongent un premier travail de thèse sur la fouille de données issues du web et sur la visualisation des résultats de recherche. Elle communique sur ces travaux à travers le blog : ternumeric.hypotheses.org

Quelques références

  • LE BECHEC M. 2016. Le Territoire comme un graphe. Pratiques, formes, éthique, Les Cahiers du numérique, vol. 12, n°4, http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=LCN_124_0131
  • LE BECHEC M., ALLOING C. 2016. Les humanités numériques pour repenser les catégories d’analyse. Le cas du « territoire numérique de marques », Revue Française des Sciences de l’Information et de la communication, https://rfsic.revues.org/1804.
  • LE BECHEC M., HARE I. 2015. Open data as political web archives. Web Archives as Scholarly Sources: Issues, Practices and Perspectives, Jun 2015, Aarhus University, Denmark. <halshs-01180691>
  • LE BECHEC M., CREPEL M., BOULLIER D. 2014. « Modes de circulation du livre sur les réseaux numériques », Etudes de communication, n°43. https://edc.revues.org/6031
  • LE BECHEC M., CREPEL M., BOULLIER D. à paraître 2017. L’écologie du livre-échange.

Mathilde Miguet

mmiguetMaître de Conférences

Sciences de l’information et de la communication

Université de Nantes/chercheur associé CREN (EA 2661)

Depuis de nombreuses années, elle a orienté ses recherches autour des TIC en général et des TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation) en particulier. Très attachée à l’étude du terrain, elle questionne à la fois les pratiques et la construction des usages sociaux, ainsi que la structuration de l’offre. Depuis sa création, elle participe à l’organisation du séminaire « Ebook, pratiques de lecture et usage d’écran » et alimente et anime notamment ce carnet Hypothèse.

Quelques références

(2015) Françoise Paqienséguy, Mathilde Miguet, LE LECTORAT NUMERIQUE AUJOURD’HUI : pratiques & usages, Résultats d’enquête 2011-2013, Editions des Archives Contemporaines, Paris, 101 pages.

(2015) Miguet Mathilde, « usages de tablettes et liseuses en contexte d’apprentissage : prescription technologique ou pédagogique ? », in Le livre numérique aujourd’hui : pratiques de lecture, de prescription et de médiation, Sous la direction de Fabrice Pirolli, Editions Universitaires de Dijon, Coll. Sociétés, Dijon, pp 75-90

(2014), Mathilde, Miguet, « Livres numériques : stratégies des lecteurs dans leurs pratiques », in Etudes et Communication, langages, information, médiations dossier thématique n°43 : le livre numérique en questions, coordonné par Françoise Paquienséguy et Sylvie Bosser, Presses de l’université Charles-de-Gaulle – Lille3, pp 57-73.


Françoise Paquienséguy

Professeur

Sciences de l’information et de la communication

SciencesPo Lyon / Elico

 

Depuis 2010 elle travaille sur le lectorat numérique et sur les processus de plateformisation. Ainsi, elle a conduit une enquête de terrain (2011-2013) sur le livre numérique et ses lecteurs qui lui a permis de proposer une typologie des lecteurs numériques et d’en comprendre à la fois les motivations et les choix. Une étude de cas plus spécifique sur les mangas et anime lui a donné l’occasion de s’intéresser aux plateformes d’intermédiation, tout particulièrement dans le cadre du programme « L’Avis des autres ». Dans le cadre de l’ANR OpenSensing City elle a pu amplifier à la fois ces questionnements et son travail de terrain. Enfin, grâce à un financement de l’ARC6 elle a pu restructurer le séminaire E-book qu’elle avait fondé en 2011 autour du projet READ qui croise ses problématiques actuelles : les plateformes d’intermédiation et leurs métriques, la recommandation par les lecteurs, les pratiques des lecteurs numériques et celles des usagers des bibliothèques.

Quelques références

  • Paquienséguy, F « SensCritique: Si la prescription culturelle m’était comptée ! ». In : L’Avis des Autres, Croissant V. (eds). Paris : EAC (à paraître en mai 2017)
  • Paquienséguy, F. « Usages et consommation d’Ebook en France : comment aborder le sujet » in Le livre numérique au présent : pratiques de prescriptions et espaces de médiation, sous la direction de Fabrice Pirolli, Editions Universitaires de Dijon, 2015.
  • Paquienséguy F., Miguet M. Le Lectorat numérique, Usages et pratiques d’écrans: résultats d’enquête 2012-2013, Editions des Archives Contemporaines, 2015
  • Ibekwé-Sanjuan F., Paquienséguy F., « Open, Big, Collaboration : trois utopies de l’innovation au 21e siècle, Chartron Gh., Broudoux E., Big data- Open data. Quelles valeurs ? Quels Enjeux ?, DeBoeck, 2015, pp. 15-30
  • Paquienséguy, F. « Usages et consommation d’Ebook en France : comment aborder le sujet ». In Le livre numérique au présent : pratiques de prescriptions et espaces de médiation, Pirolli F. (eds) Dijon : Editions Universitaires de Dijon, 2015.

Fabienne Soldini

Chargée de recherches CNRS

Sociologue de la lecture

Sociologue de la littérature

LAMES (CNRS/AMU, UMR 7305), Aix en Provence.

 

Fabienne Soldini a mené plusieurs recherches sur la lecture comme pratique sociale et comme acte cognitif, aussi bien sur la lecture des genres littéraires particuliers tels le roman policier, le roman fantastique horrifique, le roman balzacien et leur réception par les lecteurs, que sur des publics spécifiques comme les détenus ou les mineurs, travaillant ainsi sur des lectorats socialement diversifiés allant du fort lecteur érudit au très faible lecteur. Elle a aussi travaillé sur les conflits en bibliothèque publique liés à des comportements non conformes, lectoraux et non lectoraux. Puis après avoir longuement travaillé en sociologie de la littérature sur les textes littéraires comme discours social, depuis 2016, elle travaille sur les sociabilités livresques et les modes de prescriptions lectoraux au sein de plusieurs clubs de lecture en ligne. Elle co-dirige actuellement le séminaire de l’axe 3 du Lames : « Éducations et cultures à l’ère numérique ».

Quelques références

F. Soldini, « Du genre comme principe légitimant : romans policiers et critiques littéraires », A l’épreuve, « Genres et enjeux de légitimation », n°3/2016, Montpellier, novembre 2016.

F. Soldini, « Les imaginaires de la mort dans le roman policier macabre, entre cadavérisation et putréfaction », Mortels ! Imaginaires de la mort au début du XXIe siècle, Socio-Anthropologie n° 31, Publications de la Sorbonne, juillet 2015.

F. Soldini, S. Girel, La mort et le corps dans l’art aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, collection Logiques Sociales, 2013.

F. Soldini, «De l’interprétation comme choix d’hypothèses génériques», Les parcours de l’interprétation des oeuvres, Sociologie de l’Art, OPus 13, 2008.

F. Soldini et alii, Des jeunes et des bibliothèques, Trois études sur les fréquentations juvéniles, B.P.I., Paris, 2003.

F. Soldini, J.-L. Fabiani, Lire en prison, BPI, 1995.


Olivier Zerbib

Sociologue de l’innovation,

UMR Pacte, IAE de Grenoble, UGA