Séminaire E-Book AN 2

Séminaire E-Book AN 2 : LISEUSES et LECTEURS

  • Joëlle LEMAREC, Professeur des Universités, Paris7
  • Sylvie BOSSER, MCF, Paris8
  • Françoise PAQUIENSEGUY, Professeur des Universités, SciencesPo-Lyon

Francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr

Lundi de 16h à 19h :  22 octobre – 26 novembre – 17 décembre – 14 janvier – 11 février – 18 mars – 13 mai – 17 juin.

Les séances 2012 auront lieu à la MSH Paris-Nord, 4 rue de la Croix Faron à Saint-Denis

La thématique 2012-2013 du séminaire Ebook labellisé par la MSHPN depuis 2010 portera cette année sur Les liseuses (tablettes et liseuses) et les lecteurs. L’idée centrale de ce séminaire est double : il s’agit de cerner et saisir les points de rencontre entre les lecteurs, les contenus numériques, les supports de lecture et l’offre qui suppose catalogues, formats, business-modèle et contournements illégaux. Pour ce faire, le séminaire invitera à des échanges avec des spécialistes universitaires et professionnels afin de conduire un travail d’exploration du terrain, via des restitutions d’analyses d’usages, d’analyses économiques de la filière et des questionnements plus larges.

En effet, il s’agit d’interroger les mutations, les transformations, les usages et les pratiques de lecture pour les corréler à l’offre, et surtout à ses représentations et définitions des usagers et de leurs pratiques de lecture sur tablettes ou liseuses. Les usages sont un des points forts dans la transformation de l’offre, dans les modalités de distribution et de valorisation de biens culturels numérisés, dans les modèles de la diffusion des innovations et dans l’évolution des pratiques quotidiennes. Aussi les questions liées aux formats, à la légalité des contenus, aux modèles économiques, à l’offre elle-même, aux supports numériques de lecture, sont-elles abordées à partir du lecteur lui-même. Le séminaire s’inscrit donc dans les courants théoriques liés à l’innovation, à la réception, à l’appropriation et aux usages appliqués à la fois aux contenus digitaux et culturels et aux supports numériques de lecture.  La formation d’usages des digital contents  pèse sur les pratiques culturelles liées aux livres mais aussi aux écrans et ces processus s’entrelacent.

Pour cette deuxième année le séminaire s’organise autour de trois  sous-thématiques, plus ciblées :

  1. La Bande dessinée et les mangas qui nous paraissent porter des innovations en matière de lecture comme de production
  2. Les nouveaux outils à disposition des auteurs et les conséquences de leur emploi sur la filière d’une part et sur la production de l’autre
  3. Un regard contrastif avec la Corée du Sud

Programme : L’annonce détaillée du programme se fera régulièrement deux semaines avant chaque séance.

Programme au 8 novembre :

22 octobre : F. Paquienséguy « Que sait-on vraiment sur les usages du livre numérique ?  Bilan des études produites depuis 2010 »

26 novembre : Sylvie Bosser «   Panorama de l’offre gratuite d’e-books »

17 décembre : A. Saemmers « Ecriture et interface médias – Lecture numérique »

14 janvier : B. Rives Directeur de Tebaldo «  Tablettes et lecteurs restitution d’expérience » et Th. Baccino, Laboratoire le Lutin (en attente du titre)

11 février : L. Collet et M. Pelissier « Livre numérique en bibliothèque, compte rendu d’enquête » – Th. Baccino  » Papier vs écran numérique : approches cognitives sur la lecture »

18 mars : C. Nguyen (Couperin)

13 mai : Fl. Rio et St. Chaudiron « Quels usages et quels dispositifs pour un Récit Transmédia augmenté ? »

17 juin : M. Miguet (en attente du titre)

Renseignements : la participation au séminaire est ouverte à tous, mais sur inscription. Pour d’évidentes raisons de gestion des places, il est nécessaire d’annoncer sa présence en écrivant à Françoise Paquienséguy. Francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr.

Télécharger l’affiche du séminaire

Un regard contrastif avec la Corée du Sud

Pour cette deuxième année le séminaire Ebook s’organise autour de trois  sous-thématiques, plus ciblées, dont la troisième est :

Un regard contrastif avec la Corée du Sud

Tourner le regard vers la Corée du Sud et son géant Samsung, permet d’élargir, à titre contrastif, la prise en compte des dispositifs d’écran en présence au-delà de l’ordinateur car tablettes, et smartphones y sont plus répandus qu’en France. En effet, la Corée du Sud constitue un cas très intéressant à étudier pour deux raisons principales.

Premièrement, le Samsung Galaxy qui a été commercialisé dès juin 2010 se vend mieux que l’I-Phone, l’engouement des adultes sud-coréens pour ce terminal est flagrant, et le marché semble convaincu que c’est la tablette qui lui a succédé qui portera le développement et la structuration du marché de l’édition électronique et la formation des usages. M. KI-YOUNG Chang directeur de la KEPA (Korea Electronic Püblishing Association), organisme d’État chargé de la promotion et de la certification des livres électroniques estime que « les ventes de Smartphone Galaxy permettent de lire la potentialité du marché de l’e-book », ce que la plus grande librairie du pays, Kyobo, en annonçant vendre environ 14 000 e-book de plus par mois, depuis juillet 2010, à destination des Samsung Galaxy. Selon les distributeurs et les éditeurs, sur la base des « manhwa » et des romans feuilletons vendus au chapitre, une nouvelle culture de la lecture se met en place, l’innovation technologie serait donc porteuse d’innovation sociale et de mutations culturelles.

Deuxièmement, ces « usages émergents » s’appuient sur un concept particulier, celui du livre à usage unique, fort peu usité en France hormis pour le livre de poche à ses débuts; seuls Dacos et Mounier abordent cette perspective à propos du livre numérique. En effet, les meilleures ventes d’e-books en Corée du Sud correspondent à la littérature de divertissement (littérature mainstream) qui se vend très mal en version papier pour la principale raison qu’habituellement, ce genre de livres se loue dans des magasins spécialisés. Autrement dit, il n’y a pas de tradition d’achat de ce type de littérature (romans d’aventure, d’amour et fantastiques), et le prix de la version électronique correspond à peu près à celui de la location, soit moins de la moitié du prix de la version papier, ce qui n’est pas le cas en France où les e-books sont encore vendus entre 10 et 15% moins cher que la version papier. Le terminal de Samsung avec l’application de Kyobo allié aux tarifs pratiqués, inscrit partiellement les usages de l’e-book dans la double continuité de la consommation de téléphonie portable et d’application de téléphonie 3G – c’est le côté très technophile des sud-coréens -, ainsi qu’avec la consommation de livres jetables et de modes de consommation spécifiques. Ces derniers sont liés à la fois à la littérature de divertissement (qui ne se lit qu’une fois) et à la vie quotidienne des urbains fortement mobiles (temps de transport très longs, contraintes professionnelles lourdes, vie familiale réduite).


 

 

Les nouveaux outils à disposition des auteurs

Pour cette deuxième année le séminaire Ebook s’organise autour de trois  sous-thématiques, plus ciblées, dont la deuxième est :

Les nouveaux outils à disposition des auteurs et les conséquences de leur emploi sur la filière d’une part et sur la production de l’autre

Les dispositifs de publication numériques sont une occasion, ou une contrainte pour les auteurs de nouveaux outils d’écriture et de mise en forme numérique (qui vont jusqu’à la 3D) pour lesquels ils doivent mettre en œuvre des formes narratives spécifiques. Il s’agit finalement pour eux d’inventer les contenus caractéristiques de cette nouvelle forme d’écriture et de lecture. C’est donc à l’habilité et au génie de l’auteur d’exploiter  les deux modalités à l’œuvre dans l’augmentation des œuvres (multimédia et interactif) au bénéfice du récit, de la narration, et c’est bien là que se situe l’enjeu fondamental de la création. En effet, la chaîne de l’édition, devenue numérique, et la version papier n’existe qu’à la fin de celle-ci. Par contre les dispositifs de publication qui d’une part, permettent de créer directement en numérique et de lire en numérique d’autre part, changent la donne. Dans ce contexte culturel fait de numérique, d’écrans et de convergence (pas seulement technologique mais également de contenus et de médias), certains auteurs de BD par exemple, plus portés vers l’innovation, se servent des dispositifs et outils présents pour « Réinventer la BD ». L’auteur, Scott McCloud questionne, dans cet ouvrage paru en 2002, le futur de la BD croisée avec Internet et la création numérique ; il propose des BD expérimentales sur son site d’ailleurs (http://scottmccloud.com/).

Les récits et les formes de récits se transforment alors pour produire des livres numériques, pensés, créés en relation avec les possibilités actuelles de génération et de lecture. Ce sont ces évolutions faites de tentatives, d’échec, de facilitateurs et de freins que nous souhaitons saisir mais uniquement chez les auteurs professionnels, qui vivent de leur art,  laissant de côté les pratiques amateurs. Analyser les mutations de ces pratiques professionnelles artistiques inclut d’analyser les usages des lecteurs et leur appropriation de ces nouvelles modalités de lecture.

La Bande dessinée et les mangas

 

Pour cette deuxième année le séminaire Ebook s’organise autour de trois  sous-thématiques, plus ciblées, dont la première est :

La Bande dessinée et les mangas qui nous paraissent porter des innovations en matière de lecture comme de production

En effet, la bande-dessinée se distingue dans cette offre par son importance tout d’abord. D’après la dernière étude sur la filière (Motif, 2010) les titres de BD constituent  10% de l’offre légale et 53% de l’offre illégale de titres en français disponibles soit au téléchargement, soit à la lecture en streaming.  Le Deps remarque en mars 2012 que 14% des lecteurs de BD les lisent sur support numérique. Autrement dit, proposer à lire une BD sur écran n’est pas un acte occasionnel de la part des distributeurs, l’antériorité des pratiques ayant été acquise sur des plateformes illégales. En effet, les BD sont disponibles massivement via l’offre illégale (86,2% des titres papiers en 2010) et le sont depuis plus de dix ans.

Ce n’est pas l’illégalité de l’offre qui nous intéresse, mais son antériorité et sa solidité qui donnent une épaisseur conséquente à la fois aux pratiques des bédéphiles, déjà lecteurs à l’écran et sur supports mobiles, et aux innovations des auteurs professionnels et amateurs qui proposent des façons de faire et de lire différentes de celle de l’édition papier.