Archives de catégorie : Séminaires Ebook de l’an I à l’an IV

Séminaire Ebook AN4 séance du lundi 8 décembre 2014

La  séance du séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans : « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »  sous la Direction de Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon et de Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2, a eu lieu le lundi 8 décembre 2014, dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h.

Télécharger le compte-rendu de la séance

Nous avons eu le plaisir d’écouter deux interventions :

La première : « Les plateformes de prêts à destination des bibliothèques publiques »

Par Aude INAUDI, GRESEC, Université Grenoble Alpes, et Pierre BARBAGELATA, Laboratoire I3M, Université de Toulon.

Télécharger la présentation de l’intervention

Résumé de l’intervention :

Le travail de terrain qui sera présenté s’appuie sur l’observation de deux dispositifs de bibliothèque numérique (un à destination de publics scolaires, l’autre porté par une bibliothèque municipale à destination de ses usagers). Il révèle les tensions qui s’exercent sur la politique d’acquisition conduite par les bibliothécaires et l’analyse souligne également l’évolution de la médiation du livre numérique assurée, dès lors, à la fois par les bibliothécaires et par les plateformes spécialisées dans le prêt numérique. Autrement dit nous interrogeons ici la place et le rôle de chacun de ces acteurs dans la chaine du livre et nous soulignons, dans le domaine de la lecture publique où les enjeux économiques et sociaux sont importants, un possible glissement des prérogatives.

Les plateformes de prêts à destination des bibliothèques publiques

Aujourd’hui, des efforts importants (réflexion, temps, formations, financements) sont consentis par les bibliothèques publiques pour se positionner en médiateur du livre numérique aux bénéfices de leurs usagers (Claerr, 2013). Pour ce faire, elles constituent leurs collections (Bermès, 2010) à partir de plateformes dédiées et proposées par des éditeurs, des groupements d’éditeurs ou encore des intégrateurs spécialisés. Or l’offre à laquelle elles ont accès apparaît encore restrictive par rapport à celle quasi sans limite du livre papier : tous les titres numériques ne sont pas nécessairement disponibles pour le prêt numérique, en particulier les nouveautés, les séries ou encore les auteurs à grand succès ; les droits de prêts sont contraints par les plateformes elles-mêmes (nombre de prêt autorisés pour un titre, durée restreinte, …) ; le coût pour un titre est souvent supérieur à celui d’un livre papier…

Dès lors, dans cet écosystème, comment ces bibliothèques peuvent-elles construire un fonds pertinent, attrayant et susceptible de trouver son public ? Dans quelle mesure est-il encore possible de proposer des collections « représentatives, chacune à son niveau ou dans sa spécialité́, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions éditoriales1 » ? Confrontés à des évolutions substantielles de leur cadre professionnel, comment les bibliothécaires peuvent-ils agir et accomplir leurs tâches au mieux de leurs compétences et de leurs missions ? De leur côté, quelles médiations mettent en place les plateformes de prêt numérique ? Entre librairies, éditeurs et bibliothèques, elles peuvent être plateforme de vente et/ou plateforme de prêt, cette dualité n’est-elle pas porteuse de confusions ?

Notre étude relève, à travers l’observation de deux dispositifs de bibliothèque numérique (un à destination de publics scolaires, l’autre porté par une bibliothèque municipale à destination de ses usagers), les tensions qui s’exercent sur la politique d’acquisition conduite par les bibliothécaires. Elle souligne également l’évolution de la médiation du livre numérique assurée, dès lors, à la fois par les bibliothécaires et par les plateformes spécialisées dans le prêt numérique. Autrement dit elle interroge la place et le rôle de chacun de ces acteurs dans la chaine du livre. Elle pointe, dans le domaine de la lecture publique où les enjeux économiques et sociaux sont importants, un possible glissement des prérogatives.

Pour cela nous mobilisons les cadres théoriques de l’impensé et ceux de la diffusion d’une innovation. Partant du principe que l’impensé est un discours (Robert, 2012), nous analysons à la fois celui des porteurs de plateformes de diffusion et celui des bibliothécaires afin de les mettre en perspective. Avec les concepts de la diffusion d’une innovation dans un corps social et plus particulièrement la notion de cadre d’usage et de cadre de fonctionnement (Flichy 2003), nous observons les évolutions réelles ou fantasmées des acteurs humains et non humains impliqués.

Sur le plan méthodologique, nous avons choisi une approche qualitative. Nous interrogeons les bibliothécaires en charge de la politique d’acquisition, nous suivons les réunions visant à choisir les titres souhaités pour la bibliothèque numérique dont ils ont la charge. Ainsi après avoir qualifié les paramètres prépondérants de la constitution d’un fonds numérique et de la politique d’acquisition d’une bibliothèque, nous les confrontons aux caractéristiques des offres de diffusion de prêt numérique et aux discours d’accompagnement des porteurs de plateformes.

Sans juger des pratiques de tel ou tel acteur, dans un contexte où les incitations (notamment institutionnelles) en faveur du numérique en bibliothèque sont fortes, nous relevons des tensions propres à éclairer les freins et les opportunités susceptibles d’influer sur le développement d’une offre numérique de lecture publique.

Références bibliographiques :

Bermès, E., Martin, F (2010). Le concept de collection numérique. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 3, 2010 [consulté le 30 août 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-03-0013-002>.

Claerr, T., Westeel, I. (2013). Manuel de constitution de bibliothèques numériques, 
Paris : Editions du cercle de la librairie.

Flichy, P. (2003), L’innovation Technique : Récents développements en Sciences sociales vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, La Découverte.

Robert, P. (2012). L’impensé informatique : Critique du mode d’existence idéologique des technologies de l’information et de la communication – Volume 1, Les années 1970-1980 (Vol. 1). Les archives contemporaines.

 P1010658

Biographies des intervenants :

Aude Inaudi, GRESEC, Université Grenoble Alpes, aude.inaudi@upmf-grenoble.fr, est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Ses recherches portent sur les enjeux communicationnels, organisationnels et politiques des médiations techniques et humaines. Elle travaille à une approche critique du numérique dans les domaines de l’éducation, de la documentation et des bibliothèques. Elle suit plus particulièrement le déploiement de la bibliothèque numérique des bibliothèques municipales de Grenoble dans le cadre du projet Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB).

Pierre Barbagelata, Laboratoire I3M, Université de Toulon, pierre.barbagelata@univ-tln.fr, est Doctorant en Sciences de l’information et de la communication. Sa recherche s’intéresse à la place des usagers dans les processus d’innovation et leurs entrelacs communicationnels. Directeur du CANOPE/CDDP du Var, il est porteur du projet, initié avec Mme Inaudi, de bibliothèque numérique pour les établissements scolaires, http://bn.edukiosque.fr, diffusée dans l’académie de Nice et acquise par 45 établissements.

La seconde : « Etre un « auteur numérique » ? » 

Par Virginie SPIES, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS).

Résumé de l’intervention :

Lorsqu’il publie son livre en auto-édition et format numérique, l’auteur n’est plus seulement un écrivain, il développe aussi une stratégie de communication au moyen des outils numériques. En premier lieu, il lui faut tout d’abord choisir une plateforme (Amazon par exemple), mettre en ligne le livre au format adéquat, puis choisir un prix et décider participer ou non à des opérations de promotion. Ensuite, l’auteur est conduit à devenir le promoteur de son propre travail. En utilisant un blog, mais aussi Facebook ou Twitter par exemple, les auteurs instaurent une nouvelle relation avec leur public ce qui mène par ailleurs à une reconfiguration du livre lui-même en tant que bien culturel. L’auteur auto-publié sur des plateformes de diffusion du livre numérique est un énonciateur pluriel qui est au cœur des mutations du livre.

Biographie :

Virginie Spies, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS) est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Sémiologue et analyste des medias, elle est l’auteur des ouvrages La télévision dans le miroir, Théorie, histoire et analyse des émissions réflexives (L’Harmattan) et Télévision, presse people : les marchands de Bonheur (INA – De Boeck). Elle est aussi l’auteur de Mars Ocean, roman publié sur Amazon. Ses recherches actuelles portent sur la télévision et les réseaux sociaux.

https://www.facebook.com/MarsOceanStory?fref=ts

Françoise Paquienséguy,  a animé cette séance.

Inscription gratuite mais obligatoire pour chaque séance auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver le 16 février prochain !

P1010657

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

logos AN4

Séance du 13 octobre 2014

Le séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans  a redémarré il y a quelques jours. Pour sa quatrième année il a pour thème annuel :

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

et questionne à la fois les modalités d’accès au livre et la prescription culturelle qu’elles entraînent et recherchent.

Nous aurons quatre autres séances de travail le 8 décembre 2014, 16 février 2015, 2 mars 2015 et 18 mai 2015 qui se tiendront toutes dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h

La séance d’ouverture a été assurée le 13 octobre 2014 de 16h à 18h par Françoise Paquienséguy qui a présenté

« Les plateformes de téléchargement des mangas : du braconnage à l’innovation ».

IMG_2399

Manga, Fans et Pratiques de lecture à l’écran

F. Paquienséguy – 13 octobre 2014

Principale coordinatrice du séminaire EBook depuis sa fondation en 2010, c’est Françoise Paquienséguy qui a, comme d’habitude, assuré la première séance de l’AN4 en proposant de nous faire partager des résultats incidents de la grande enquête que le lectorat numérique qu’elle a conduite avec Sylvie Bosser et Mathilde Miguet, résultats et questionnements relayés par les lecteurs de manga.

  1. Dans un premier temps elle a montré en s’appuyant sur des données chiffrées et statistiques que ce secteur de l’édition était, certes en perte de vitesse depuis quelques années, mais restait cependant très conséquent. Un exemple peut rapidement en témoigner : 800 000 volumes de Naruto vendus en 2013 et 450 000 pour Black & Mortimer, même s’il faut proportion garder puisque la même année voyait s’écouler 2 480 000 exemplaires d’Astérix, best-seller de la BD (2013 © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD www.acbd.fr). Cinq éditeurs spécialisés se partagent aujourd’hui le marché des manga sous licence : Glénat avec 27,5%, Pika (filiale d’Hachette Livre) avec 16,8%, Kana (filiale de Media-participations) avec 16,7% (Naruto), et loin derrière Kurokawa (Filiale d’Univers Poche) et Ki-oon (indépendant) qui se battent au coude à coude avec tous les deux 7.5 % de parts de marché. (2013 – © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD  www.acbd.fr). Autrement dit, la lecture des manga n’est pas un phénomène marginal vérifié chez quelques ados ou jeunes adultes mais représente un véritable secteur économique, qui comme les autres genres littéraires connaît bien des difficultés, parmi lesquelles le piratage par les fans, autrement dit ici le scantrad.
  2. En effet, dans un deuxième temps elle a mis l’accent sur les lecteurs de manga, fans de certaines séries ou personnages, au rang desquels One Pièce, Naruto, Fairy Tail sont les premiers dans la catégorie des manga commerciaux vendus sous licence en France. Ces fans se sont organisés depuis de nombreuses années pour pallier le retard de diffusion papier des éditeurs sous licence qui non seulement traduisent et en cela adaptent la série à son pays de diffusion, mais surtout négocient les droits au volume et sont toujours décalés par rapport à la publication nipponne qui se fait sur le principe du feuilleton hebdomadaire. Pour One Piece par exemple, série crée le 4 août 1997 par Eiichirô ODA, les chapitres sont prépubliés chaque semaine dans le magazine Weekly Shonen Jump, puis sont regroupés dans des volumes reliés tous les trois mois, aux éditions  Shueisha. Glénat a toujours 4 volumes de retard pour cette série si fameuse. Décalage et frustration auxquels les fans parent en s’organisant en team de bénévoles afin de fournir à la communauté la traduction, leur traduction, des planches originales, piratées à partir du scan du magazine. La team scanne, et traduit produisant des scantrad qui seront téléchargeables dans un délai de 24h après la publication asiatique sur des plateformes spécialisées. Françoise Paquienséguy a expliqué d’une part le fonctionnement des teams et les idéaux qu’elles portent en montrant en quoi il s’agissait véritablement de communautés de fans à la Jenkins ; de l’autre les différents modèles économiques qu’elles mettent en place en association avec les plateformes qui les diffusent.
  3. Enfin, elle s’est justement intéressée aux plateformes qui permettent la lecture en ligne ou le téléchargement des épisodes offerts en scantrad. Elle remarque d’une part l’ancienneté de ces pratiques de lecture de manga à l’écran, pratiques qui se sont développées il y a presque dix ans maintenant ce qui signifie que bien des lecteurs de manga ont développé une culture de lecture à l’écran qu’elle considère comme savante et augmentée. Savante car les fans maîtrisent l’univers de référence de la série, compétences et connaissances sans lesquelles l’histoire et la narration perdent de leur attrait tant les composants du récit sont concaténés ; augmentée car les fans s’expriment sur les forums proposés par les plateformes ou les teams et discutent à la fois le récit et la traduction proposés sans s’interdire de comparer les traductions des différentes teams en compétition, comparaison qui conduit à une sorte de sélection naturelle par l’usage.

Françoise Paquienséguy conclut son exposé sur trois éléments : elle espère avoir montré que le manga, ses fans, ses teams et ses plateformes était digne d’intérêt scientifique et constitue un vrai sujet (sur lequel elle serait ravie d’accompagner un doctorant par exemple) ; elle insiste sur l’ancienneté de ces pratiques de lecture à l’écran qui entrent en complémentarité avec la lecture papier car les fans non seulement relisent mais collectionnent les volumes de leur série préférée ; elle souligne qu’une fois encore, ici pour un genre littéraire certes particulier mais pas négligeable, le rôle des plateformes de diffusion apparaît à la fois central et structurant des stratégies d’acteurs et ici d’une économie parallèle.

Télécharger le diaporama de l’intervention

 

Elle a eu lieu à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème

IMG_2397

Inscription gratuite mais obligatoire auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver !

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

AN4 : 2014-2015

Affiche AN4elico

Séminaire de recherche

« Ebook – Pratiques et Usages d’écrans »

Direction

Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon

Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2

—–

Laboratoire de rattachement 

ELICO – EA 4147

Partenaires 

Pôle de compétitivité Imaginove

en collaboration avec

l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

AN4 : 2014-2015 

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

Le séminaire Ebook – Pratiques et Usages d’écran, rattaché à l’Equipe Lyonnaise des Sciences de l’Information et de la Communication (Elico EA 4147), réunit depuis septembre 2012 des professionnels (éditeurs, bibliothécaires, documentalistes, en charge de la culture dans des collectivités territoriales, négociateurs Couperin…) ; des universitaires de plusieurs disciplines (économie, communication, histoire, humanités numériques…) et des étudiants avancés de master ou doctorat. Il questionne depuis maintenant 4 ans le livre numérique, sa filière, ses pratiques et les mutations de la lecture.

 

Cette année, il aura pour thème : le rôle et la place des plateformes de diffusion, envisagées comme un renouvellement des médiations. La visée principale du séminaire est de réunir un collectif de chercheurs de différentes disciplines et de professionnels pour questionner à la fois les modalités d’accès aux e-books et le rôle de médiatrices culturelles que les plateformes, commerciales ou non, entraînent et recherchent[1].

Ainsi, nous considérons le rôle culturel joué par les plateformes comme central, à la fois d’un point de vue socio-économique puisqu’elles conditionnent l’accès au livre numérique, sa promotion et sa vente, mais également d’un point de vue symbolique : en effet, ces « lieux de médiations »[2] que sont les plateformes signifient le contexte d’accompagnement du livre numérique. Elles en suggèrent également des pratiques : de téléchargement illégal, de fidélisation des lecteurs, de constitution de bibliothèques, de partage, de modalités de lecture et de supports, de formats, etc.[3]

De ce fait, ces acteurs inscrivent le livre numérique dans des univers de valeurs et de référence différents[4] selon qu’il est acheté sur Amazon.com, sur le site de la Fnac, sur celui d’un éditeur, ou bien encore directement lu en ligne sur un site illégal. En effet, certaines plateformes sont assorties de prescriptions culturelles (automatiques ou du fait de lecteurs)  et de partage d’expérience (forum par exemple) ; d’autres, thématiques généralement, fédèrent activités et diversité des supports selon des principes de variation médiatique et de storytelling propres à la communication événementielle, comme c’est par exemple le cas pour l’éditeur de beaux-livres et de e-albums qu’est la Réunion des musées nationaux.

 

C’est bien cette variété qu’il s’agit d’interroger collectivement dans le séminaire « E-book – Pratiques et Usages d’écrans » en 2014-2015, en croisant les regards de chercheurs et de professionnels.

Les interventions de l’AN 4 s’inscriront plus particulièrement dans l’un des deux axes suivants :

 

Axe 1

Les plateformes de diffusion du livre numérique recouvrent un large spectre d’acteurs et d’entreprises fortement hétérogènes dans leurs modèles et leurs filiations, en regard d’une tendance à l’homogénéité éditoriale sur les sites web. Ce premier axe vise à appréhender cette hétérogénéité socio-économique en questionnant plus particulièrement les types d’entreprises en jeu, les nouveaux acteurs, le marché dans son ensemble, la posture de client consommateur alors endossée par l’usager, selon un prisme socio-politique. Les travaux portant sur des temps longs pourront particulièrement enrichir le débat.

 

Axe 2

Média, boutique en ligne, librairie, réseau social, etc. : qualifier ces plateformes est particulièrement difficile et l’on repère une indiscernabilité remarquable des « contenus », des statuts des produits culturels et des stratégies (marchandes ou non), indiscernabilité particulièrement accentuée par la matérialité numérique. Ce second axe souhaite interroger les propriétés médiatiques de ces espaces de diffusion, de vente et de médiation du livre et de la lecture et leurs axiologies normatives : les travaux pourront par exemple analyser l’organisation documentaire des sites web, l’accès aux méta-données, le rôle promotionnel de la couverture des livres, l’attribution de la valeur par les classements, etc.

 

Les approches appuyées sur une démarche de recherche sont privilégiées (chercheurs et doctorants), sans exclure pour autant les propositions émanant d’acteurs professionnels du secteur. Les contributions portant sur des expériences observées dans d’autres pays que la France sont bienvenues.

 

Renseignements pratiques :

Le séminaire AN4 donnera lieu à cinq séances les 13 octobre et 8 décembre 2014 ; puis les  16 février, 2 mars et 18 mai 2015, elles se tiendront dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, le lundi de 16h à 19h. Nous y accueillons à chaque fois deux intervenants. Dans la mesure des places disponibles, les séances sont accessibles gratuitement mais uniquement sur inscription obligatoire auprès de francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr

 

Elles seront suivies, comme c’est le cas depuis trois ans par une journée d’étude conclusive qui se tiendra à SciencesPo-Lyon le 1er juillet 2015.

logos AN4

 

Téléchargez la présentation du séminaire Ebook-An4 en .pdf


[1] Candel, Étienne, « Pratiques des sites, usages des réseaux. Le social bookmarking entre héritages culturels et appropriations médiatiques », Document numérique, Volume. 11 n°1-2, 2008, p. 145-170.

[2] Després-Lonnet, Marie, « Médiation des lieux de médiations », Communication & langages, n°173, 2012, p. 43-48.

[3] Paquienséguy, Françoise « Questionner les pratiques communicationnelles : Offre, pratiques, contenus »  Delavaud G. (dir), Nouveaux médias, Nouveaux contenus, Editions Apogée, Rennes,  novembre 2009, pp. 153-164

[4] Bonaccorsi, Julia « La lecture en société », Culture & Musées, n°17, 2011, p. 13-19.

Séminaire AN4, notez les dates !

logos AN4

AN4 : 2014-2015 

Séminaire de recherche

« Ebook – Pratiques et Usages d’écrans »

 « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

Direction

Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon

Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2

Le séminaire AN4 donnera lieu à cinq séances le lundi de 16h à 19h :

Lundi 13 octobre 2014

Lundi 8 décembre 2014

Lundi 16 février 2015

Lundi 2 mars 2015

Lundi 18 mai 2015

Ces séances se tiendront dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème, Métro 7 « Les Gobelins ».
Dans la mesure des places disponibles, les séances sont accessibles gratuitement mais uniquement sur inscription obligatoire auprès de francoise.paquienseguy@sciencespo-lyon.fr, pour chaque séance.
Elles seront suivies, comme c’est le cas depuis trois ans par une journée d’étude conclusive qui se tiendra à SciencesPo-Lyon le 1er juillet 2015.