Un regard contrastif avec la Corée du Sud

Pour cette deuxième année le séminaire Ebook s’organise autour de trois  sous-thématiques, plus ciblées, dont la troisième est :

Un regard contrastif avec la Corée du Sud

Tourner le regard vers la Corée du Sud et son géant Samsung, permet d’élargir, à titre contrastif, la prise en compte des dispositifs d’écran en présence au-delà de l’ordinateur car tablettes, et smartphones y sont plus répandus qu’en France. En effet, la Corée du Sud constitue un cas très intéressant à étudier pour deux raisons principales.

Premièrement, le Samsung Galaxy qui a été commercialisé dès juin 2010 se vend mieux que l’I-Phone, l’engouement des adultes sud-coréens pour ce terminal est flagrant, et le marché semble convaincu que c’est la tablette qui lui a succédé qui portera le développement et la structuration du marché de l’édition électronique et la formation des usages. M. KI-YOUNG Chang directeur de la KEPA (Korea Electronic Püblishing Association), organisme d’État chargé de la promotion et de la certification des livres électroniques estime que « les ventes de Smartphone Galaxy permettent de lire la potentialité du marché de l’e-book », ce que la plus grande librairie du pays, Kyobo, en annonçant vendre environ 14 000 e-book de plus par mois, depuis juillet 2010, à destination des Samsung Galaxy. Selon les distributeurs et les éditeurs, sur la base des « manhwa » et des romans feuilletons vendus au chapitre, une nouvelle culture de la lecture se met en place, l’innovation technologie serait donc porteuse d’innovation sociale et de mutations culturelles.

Deuxièmement, ces « usages émergents » s’appuient sur un concept particulier, celui du livre à usage unique, fort peu usité en France hormis pour le livre de poche à ses débuts; seuls Dacos et Mounier abordent cette perspective à propos du livre numérique. En effet, les meilleures ventes d’e-books en Corée du Sud correspondent à la littérature de divertissement (littérature mainstream) qui se vend très mal en version papier pour la principale raison qu’habituellement, ce genre de livres se loue dans des magasins spécialisés. Autrement dit, il n’y a pas de tradition d’achat de ce type de littérature (romans d’aventure, d’amour et fantastiques), et le prix de la version électronique correspond à peu près à celui de la location, soit moins de la moitié du prix de la version papier, ce qui n’est pas le cas en France où les e-books sont encore vendus entre 10 et 15% moins cher que la version papier. Le terminal de Samsung avec l’application de Kyobo allié aux tarifs pratiqués, inscrit partiellement les usages de l’e-book dans la double continuité de la consommation de téléphonie portable et d’application de téléphonie 3G – c’est le côté très technophile des sud-coréens -, ainsi qu’avec la consommation de livres jetables et de modes de consommation spécifiques. Ces derniers sont liés à la fois à la littérature de divertissement (qui ne se lit qu’une fois) et à la vie quotidienne des urbains fortement mobiles (temps de transport très longs, contraintes professionnelles lourdes, vie familiale réduite).