APPEL A COM° (Colloque, Madrid oct. 2015, limite : 15 avril 2015) : Reading wide, writing wide in the Digital Age: perspectives on transliteratures

Reading wide, writing wide in the Digital Age : perspectives on transliteratures

Université Complutense (Madrid)

22 -23 Octobre 2015

Organisé par le Groupe de Recherche, LEETHY Group

https://www.ucm.es/leethi/reading-wide

Le lancement de  Google Books et de Google Earth en 2004 peut être considéré comme un jalon symbolique dans la configuration des mémoires et la localisation dans l’espace, une sorte de point de repère.  Y a-t-il un temps avant et un temps après 2004 ? Devons-nous nous préparer pour un changement dans la lecture et l’écriture littéraires?  Nous assistons assurément aujourd’hui à une accélération sans précédent de la circulation des produits et matériaux, des personnes, textes et mémoires, alors que les imaginaires nationaux et globaux coexistent, luttent et produisent des littératures.  On répète des lieux communs à propos des littératures contemporaines, des nouveaux lecteurs, de la globalisation, d’Internet, etc., mais en fait nous ne trouvons pas assez d’expériences et d’études contrastées qui soutiennent bon nombre de ces assertions.

Il est temps que nous nous demandions si les interrelations à l’échelle globale dans des environnements numériques ont modifié, d’une part, les modèles de production et de distribution de l’écrit, de la circulation et de la consommation de la lecture et, dans ce cas, de quelle façon.  Toutefois, d’autre part, il est temps que nous nous demandions si ces modalités de circulation créent de nouveaux récits et un nouvel effet de globalisation. Nous envisageons ainsi la circulation numérique globale comme un processus factuel mais aussi une façon imaginaire de raconter des histoires.

En fait, à l’instar du cinéma qui a radicalement transformé l’imaginaire littéraire des lecteurs et écrivains au début du 20ème siècle, Internet modifie définitivement les rituels de lecture, les formules de production, les récits du 21ème siècle.

Nous pensons qu’il est nécessaire de vérifier quelles marques dans l’écriture et la lecture littéraires pourraient être considérées comme des symptômes de ces  changements dans les modèles de lecture, les stratégies et les imaginaires d’écriture. Nous pouvons explorer la possibilité que la métaphore conceptuelle qui est utilisée pour comprendre le fait littéraire par sa généaloqie évolue vers le transit et voyage des littératures et lectures. Si la question « d’où cela vient-il ? » a été utilisée pour former les identités personnelles et culturelles, et donc pour construire les discours littéraires nationaux, de nos jours elle peut être remplacée par, ou croiser les,  « où cela va-t-il ? » et « comment cela  traverse-t-il ? ».  Cette conception circulante de ce que nous pouvons appeler “translittératures”, une perspective bien fondée et reposant sur une large base dans le champ littéraire de nos jours, devrait être mise à l’épreuve dans le domaine numérique.

Et c’est le point-clé : est-ce que la circulation numérique modifie les imaginaires littéraires ? Nous essayerons de nous poser les questions suivantes:

– Etant donné l’extension et la multiplication des médias numériques, la vision du monde qui bouge et s’élargit, modifie-t-elle réellement la production littéraire locale, les imaginaires localisés ?

– A propos de la configuration d’une mémoire culturelle à travers de nouvelles archives numériques, nous pouvons soulever la question : comment influence-t-elle les structures connectives de la culture et de la littérature en particulier ?

– La circulation des matériaux sur le Web donne-t-elle naissance à de nouvelles communautés de lecteurs-écrivains, avec d’autres modes de lecture? Annonce-t-elle la façon dont les lecteurs de la nouvelle génération vont lire ?

Notre intention est de rassembler des spécialistes et des expériences provenant du monde de la cyberculture et de la critique littéraire, avec des approches distantes et distinctes,  avec l’objectif que, sur la base d’une analyse de cas de production et de lecture littéraire sur support électronique ou papier, ils puissent offrir des réponses par rapport à ce qu’il se passe actuellement autant dans le monde éditorial numérique et traditionnel que dans le monde académique de l’enseignement et de la recherche. Cela signifie passer les frontières trans et hyper.

Délais :

Soumission des résumés : 15 avril, 2015.

Notification des communications sélectionnées : mai-juin, 2015.

readingwide@ucm.es

Site web : https://www.ucm.es/leethi/reading-wide

source : [NumerUniv-Quotidien]