première séance du séminaire Ecritures numériques et Editorialisation – Pratiques de recherche et de production de la connaissance 2014/2015

Bonjour,

Nous sommes heureux de vous inviter à première séance du séminaire Ecritures numériques et Editorialisation – Pratiques de recherche et de production de la connaissance 2014/2015 ce jeudi 20 novembre à 18h00 salle Triangle du Centre Pompidou.

Cycle 2014-2015 : Pratiques de recherche et de production de la connaissance

L’éditorialisation est un processus complexe résultant des interactions entre des contenus (ou des ressources), un environnement technique (le réseau, les serveurs, les plateformes, les CMS, les algorithmes des moteurs de recherche), des structures et formats (l’hypertexte, le multimédia, les métadonnées), et des pratiques (l’annotation, les commentaires, les recommandations via réseaux sociaux). Ce processus d’organisation et d’agencement des contenus numériques est par essence ouvert et dynamique.
Une éditorialisation, en tant que dispositif de mise en forme et de structuration d’un contenu, n’est pas limitée à un contexte fermé et bien délimité (une revue, par exemple) ni à un groupe d’acteurs prédéfinis (les éditeurs), mais implique au contraire une ouverture dans l’espace (multiplicité de plateformes) et dans le temps (plusieurs acteurs sur des temporalités multiples). Cette ouverture est une des principales différences entre l’édition et l’éditorialisation.
Si l’édition telle que nous l’avons connue entre le XVIIIe siècle et nos jours a été le principal dispositif de production et d’agencement de la connaissance, sa fonction est aujourd’hui progressivement bouleversée et renouvelée par l’éditorialisation qui transforme en profondeur les modes de circulation et d’appropriation des idées.
Dans ce cadre : que devient la recherche qui a justement fondé son régime de vérité sur l’édition et la publication ? Comment la recherche, l’activité de production de la connaissance par excellence, est-elle modifiée par les pratiques numériques ? C’est la question à laquelle le séminaire de cette année tentera de donner une réponse, proposant une réflexion sur différents aspects de la recherche – notamment dans le domaine des SHS – impactés par les nouvelles formes d’éditorialisation. Nous proposerons une analyse de ces nouveaux modèles de recherche, à partir des formes de publications qui ont émergé depuis la naissance du web – comme les blogues – en passant par les pratiques de veille et de récolte de l’information par les chercheurs, les questions d’archivage et le problème de la légitimation des contenus.

Le séminaire est réalisé en collaboration par la revue Sens Public, l’Iri, et l’Université de Montréal, soutenu par la MSH Paris-Nord. Il a été créé en 2009 en partenariat avec le laboratoire Invisu (INHA-CNRS).

Programme complet :  http://seminaire.sens-public.org/

Flyer : http://www.iri.centrepompidou.fr/wp-content/uploads/2014/11/Programme-Ecritures-numeriques-2014-2015.pdf

Séance du 20 novembre 2014 :

Entre blogue et revue savante : hybridation des pratiques de recherche

avec Benoît Melançon, Celya Gruson-Daniel, Joëlle Le Marec
Salle Triangle – Centre Pompidou
Entrée gratuite sur inscription : http://www.iri.centrepompidou.fr/evenement/nouvelles-formes-editorialisation
Débutera une demi-heure plus tard que d’habitude : 18h à Paris, 12h à Montréal.

 

En démultipliant les formes de lecture et d’écriture dans la société non-savante, le numérique a favorisé l’émergence de pratiques nouvelles où se mêlent communication, collection, archivage, littérature, etc. Dans ce contexte de fluidification des formes d’écriture, les pratiques des chercheurs se sont elles aussi diversifiées, empruntant souvent à des formes de production de contenus jusqu’alors inexistantes dans les méthodologies de la recherche.
Cette hybridation des pratiques que l’on observe depuis peu semble ouvrir la recherche et la communauté de chercheurs à de nouvelles formes de production de savoir, bouleversant le processus classique de légitimation et de certification des connaissances.

Benoît Melançon est professeur titulaire au Département des littératures de langue française <http://littfra.umontreal.ca/accueil/ <http://littfra.umontreal.ca/accueil/> >  de l’Université de Montréal <http://umontreal.ca/ <http://umontreal.ca/> >  et directeur scientifique des Presses de cette université. Depuis 2008, il est membre de la Société royale du Canada. Il est très actif dans le domaine de la littératique, soit les relations entre littérature et informatique. Il a publié des textes sur ce sujet, notamment le livre Sevigne@Internet. Remarques sur le courrier électronique et la lettre <http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/sevigne.html> (1996 ; 2011 pour la réédition numérique augmentée), qui lui a valu nombre de comptes rendus et d’entrevues à l’étranger. Depuis 1992, il distribue une bibliographie électronique du XVIIIe siècle : en juillet 2012, cette bibliographie en était à sa 217e livraison et elle comptait plus de 26 000 titres. Depuis le mois de juin 2009, il tient un blogue, L’Oreille tendue <http://oreilletendue.com/ <http://oreilletendue.com/> > .

Celya Gruson-Daniel est diplômée de l’ENS et de l’UPMC en neuroscience cognitive et comportementale. Cofondatrice de l’association HackYourPhD <http://hackyourphd.org/ <http://hackyourphd.org/> >  (et ingénieur de recherche en charge des MOOC au Centre Virchow-Villermé), elle observe et essaie de comprendre l’émergence et les caractéristiques de communautés innovantes.

Joëlle Le Marec est PR en sciences de l’information et de la communication au CERILAC <http://ufrlac.lac.univ-paris-diderot.fr/CERILAC_WEB/ <http://ufrlac.lac.univ-paris-diderot.fr/CERILAC_WEB/> >  (Centre de Recherches sur les Lettres Arts Cinéma),  axe « Esthétique, Médias, Oralité Images ».
Ses recherches portent sur les pratiques et publics des musées et des médias, sur les pratiques de communication dans la recherche et dans l’enquête, sur les médiations culturelles des savoirs.

source : [NumerUniv-Quotidien] et <contact@iri.centrepompidou.fr>