Séminaire Ebook AN4 séance du lundi 8 décembre 2014

La  séance du séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans : « Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »  sous la Direction de Françoise PAQUIENSEGUY – SciencesPo-Lyon et de Julia BONACCORSI – Icom – Lyon2, a eu lieu le lundi 8 décembre 2014, dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h.

Télécharger le compte-rendu de la séance

Nous avons eu le plaisir d’écouter deux interventions :

La première : « Les plateformes de prêts à destination des bibliothèques publiques »

Par Aude INAUDI, GRESEC, Université Grenoble Alpes, et Pierre BARBAGELATA, Laboratoire I3M, Université de Toulon.

Télécharger la présentation de l’intervention

Résumé de l’intervention :

Le travail de terrain qui sera présenté s’appuie sur l’observation de deux dispositifs de bibliothèque numérique (un à destination de publics scolaires, l’autre porté par une bibliothèque municipale à destination de ses usagers). Il révèle les tensions qui s’exercent sur la politique d’acquisition conduite par les bibliothécaires et l’analyse souligne également l’évolution de la médiation du livre numérique assurée, dès lors, à la fois par les bibliothécaires et par les plateformes spécialisées dans le prêt numérique. Autrement dit nous interrogeons ici la place et le rôle de chacun de ces acteurs dans la chaine du livre et nous soulignons, dans le domaine de la lecture publique où les enjeux économiques et sociaux sont importants, un possible glissement des prérogatives.

Les plateformes de prêts à destination des bibliothèques publiques

Aujourd’hui, des efforts importants (réflexion, temps, formations, financements) sont consentis par les bibliothèques publiques pour se positionner en médiateur du livre numérique aux bénéfices de leurs usagers (Claerr, 2013). Pour ce faire, elles constituent leurs collections (Bermès, 2010) à partir de plateformes dédiées et proposées par des éditeurs, des groupements d’éditeurs ou encore des intégrateurs spécialisés. Or l’offre à laquelle elles ont accès apparaît encore restrictive par rapport à celle quasi sans limite du livre papier : tous les titres numériques ne sont pas nécessairement disponibles pour le prêt numérique, en particulier les nouveautés, les séries ou encore les auteurs à grand succès ; les droits de prêts sont contraints par les plateformes elles-mêmes (nombre de prêt autorisés pour un titre, durée restreinte, …) ; le coût pour un titre est souvent supérieur à celui d’un livre papier…

Dès lors, dans cet écosystème, comment ces bibliothèques peuvent-elles construire un fonds pertinent, attrayant et susceptible de trouver son public ? Dans quelle mesure est-il encore possible de proposer des collections « représentatives, chacune à son niveau ou dans sa spécialité́, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions éditoriales1 » ? Confrontés à des évolutions substantielles de leur cadre professionnel, comment les bibliothécaires peuvent-ils agir et accomplir leurs tâches au mieux de leurs compétences et de leurs missions ? De leur côté, quelles médiations mettent en place les plateformes de prêt numérique ? Entre librairies, éditeurs et bibliothèques, elles peuvent être plateforme de vente et/ou plateforme de prêt, cette dualité n’est-elle pas porteuse de confusions ?

Notre étude relève, à travers l’observation de deux dispositifs de bibliothèque numérique (un à destination de publics scolaires, l’autre porté par une bibliothèque municipale à destination de ses usagers), les tensions qui s’exercent sur la politique d’acquisition conduite par les bibliothécaires. Elle souligne également l’évolution de la médiation du livre numérique assurée, dès lors, à la fois par les bibliothécaires et par les plateformes spécialisées dans le prêt numérique. Autrement dit elle interroge la place et le rôle de chacun de ces acteurs dans la chaine du livre. Elle pointe, dans le domaine de la lecture publique où les enjeux économiques et sociaux sont importants, un possible glissement des prérogatives.

Pour cela nous mobilisons les cadres théoriques de l’impensé et ceux de la diffusion d’une innovation. Partant du principe que l’impensé est un discours (Robert, 2012), nous analysons à la fois celui des porteurs de plateformes de diffusion et celui des bibliothécaires afin de les mettre en perspective. Avec les concepts de la diffusion d’une innovation dans un corps social et plus particulièrement la notion de cadre d’usage et de cadre de fonctionnement (Flichy 2003), nous observons les évolutions réelles ou fantasmées des acteurs humains et non humains impliqués.

Sur le plan méthodologique, nous avons choisi une approche qualitative. Nous interrogeons les bibliothécaires en charge de la politique d’acquisition, nous suivons les réunions visant à choisir les titres souhaités pour la bibliothèque numérique dont ils ont la charge. Ainsi après avoir qualifié les paramètres prépondérants de la constitution d’un fonds numérique et de la politique d’acquisition d’une bibliothèque, nous les confrontons aux caractéristiques des offres de diffusion de prêt numérique et aux discours d’accompagnement des porteurs de plateformes.

Sans juger des pratiques de tel ou tel acteur, dans un contexte où les incitations (notamment institutionnelles) en faveur du numérique en bibliothèque sont fortes, nous relevons des tensions propres à éclairer les freins et les opportunités susceptibles d’influer sur le développement d’une offre numérique de lecture publique.

Références bibliographiques :

Bermès, E., Martin, F (2010). Le concept de collection numérique. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 3, 2010 [consulté le 30 août 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-03-0013-002>.

Claerr, T., Westeel, I. (2013). Manuel de constitution de bibliothèques numériques, 
Paris : Editions du cercle de la librairie.

Flichy, P. (2003), L’innovation Technique : Récents développements en Sciences sociales vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, La Découverte.

Robert, P. (2012). L’impensé informatique : Critique du mode d’existence idéologique des technologies de l’information et de la communication – Volume 1, Les années 1970-1980 (Vol. 1). Les archives contemporaines.

 P1010658

Biographies des intervenants :

Aude Inaudi, GRESEC, Université Grenoble Alpes, aude.inaudi@upmf-grenoble.fr, est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Ses recherches portent sur les enjeux communicationnels, organisationnels et politiques des médiations techniques et humaines. Elle travaille à une approche critique du numérique dans les domaines de l’éducation, de la documentation et des bibliothèques. Elle suit plus particulièrement le déploiement de la bibliothèque numérique des bibliothèques municipales de Grenoble dans le cadre du projet Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB).

Pierre Barbagelata, Laboratoire I3M, Université de Toulon, pierre.barbagelata@univ-tln.fr, est Doctorant en Sciences de l’information et de la communication. Sa recherche s’intéresse à la place des usagers dans les processus d’innovation et leurs entrelacs communicationnels. Directeur du CANOPE/CDDP du Var, il est porteur du projet, initié avec Mme Inaudi, de bibliothèque numérique pour les établissements scolaires, http://bn.edukiosque.fr, diffusée dans l’académie de Nice et acquise par 45 établissements.

La seconde : « Etre un « auteur numérique » ? » 

Par Virginie SPIES, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS).

Résumé de l’intervention :

Lorsqu’il publie son livre en auto-édition et format numérique, l’auteur n’est plus seulement un écrivain, il développe aussi une stratégie de communication au moyen des outils numériques. En premier lieu, il lui faut tout d’abord choisir une plateforme (Amazon par exemple), mettre en ligne le livre au format adéquat, puis choisir un prix et décider participer ou non à des opérations de promotion. Ensuite, l’auteur est conduit à devenir le promoteur de son propre travail. En utilisant un blog, mais aussi Facebook ou Twitter par exemple, les auteurs instaurent une nouvelle relation avec leur public ce qui mène par ailleurs à une reconfiguration du livre lui-même en tant que bien culturel. L’auteur auto-publié sur des plateformes de diffusion du livre numérique est un énonciateur pluriel qui est au cœur des mutations du livre.

Biographie :

Virginie Spies, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS – UAPV – CNRS) est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication. Sémiologue et analyste des medias, elle est l’auteur des ouvrages La télévision dans le miroir, Théorie, histoire et analyse des émissions réflexives (L’Harmattan) et Télévision, presse people : les marchands de Bonheur (INA – De Boeck). Elle est aussi l’auteur de Mars Ocean, roman publié sur Amazon. Ses recherches actuelles portent sur la télévision et les réseaux sociaux.

https://www.facebook.com/MarsOceanStory?fref=ts

Françoise Paquienséguy,  a animé cette séance.

Inscription gratuite mais obligatoire pour chaque séance auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver le 16 février prochain !

P1010657

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet

logos AN4