Séance du 13 octobre 2014

Le séminaire Ebook – Pratiques et usages d’écrans  a redémarré il y a quelques jours. Pour sa quatrième année il a pour thème annuel :

« Les plateformes de diffusion du livre numérique : qualifier les médiations »

et questionne à la fois les modalités d’accès au livre et la prescription culturelle qu’elles entraînent et recherchent.

Nous aurons quatre autres séances de travail le 8 décembre 2014, 16 février 2015, 2 mars 2015 et 18 mai 2015 qui se tiendront toutes dans les locaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème,  de 16h à 19h

La séance d’ouverture a été assurée le 13 octobre 2014 de 16h à 18h par Françoise Paquienséguy qui a présenté

« Les plateformes de téléchargement des mangas : du braconnage à l’innovation ».

IMG_2399

Manga, Fans et Pratiques de lecture à l’écran

F. Paquienséguy – 13 octobre 2014

Principale coordinatrice du séminaire EBook depuis sa fondation en 2010, c’est Françoise Paquienséguy qui a, comme d’habitude, assuré la première séance de l’AN4 en proposant de nous faire partager des résultats incidents de la grande enquête que le lectorat numérique qu’elle a conduite avec Sylvie Bosser et Mathilde Miguet, résultats et questionnements relayés par les lecteurs de manga.

  1. Dans un premier temps elle a montré en s’appuyant sur des données chiffrées et statistiques que ce secteur de l’édition était, certes en perte de vitesse depuis quelques années, mais restait cependant très conséquent. Un exemple peut rapidement en témoigner : 800 000 volumes de Naruto vendus en 2013 et 450 000 pour Black & Mortimer, même s’il faut proportion garder puisque la même année voyait s’écouler 2 480 000 exemplaires d’Astérix, best-seller de la BD (2013 © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD www.acbd.fr). Cinq éditeurs spécialisés se partagent aujourd’hui le marché des manga sous licence : Glénat avec 27,5%, Pika (filiale d’Hachette Livre) avec 16,8%, Kana (filiale de Media-participations) avec 16,7% (Naruto), et loin derrière Kurokawa (Filiale d’Univers Poche) et Ki-oon (indépendant) qui se battent au coude à coude avec tous les deux 7.5 % de parts de marché. (2013 – © Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD  www.acbd.fr). Autrement dit, la lecture des manga n’est pas un phénomène marginal vérifié chez quelques ados ou jeunes adultes mais représente un véritable secteur économique, qui comme les autres genres littéraires connaît bien des difficultés, parmi lesquelles le piratage par les fans, autrement dit ici le scantrad.
  2. En effet, dans un deuxième temps elle a mis l’accent sur les lecteurs de manga, fans de certaines séries ou personnages, au rang desquels One Pièce, Naruto, Fairy Tail sont les premiers dans la catégorie des manga commerciaux vendus sous licence en France. Ces fans se sont organisés depuis de nombreuses années pour pallier le retard de diffusion papier des éditeurs sous licence qui non seulement traduisent et en cela adaptent la série à son pays de diffusion, mais surtout négocient les droits au volume et sont toujours décalés par rapport à la publication nipponne qui se fait sur le principe du feuilleton hebdomadaire. Pour One Piece par exemple, série crée le 4 août 1997 par Eiichirô ODA, les chapitres sont prépubliés chaque semaine dans le magazine Weekly Shonen Jump, puis sont regroupés dans des volumes reliés tous les trois mois, aux éditions  Shueisha. Glénat a toujours 4 volumes de retard pour cette série si fameuse. Décalage et frustration auxquels les fans parent en s’organisant en team de bénévoles afin de fournir à la communauté la traduction, leur traduction, des planches originales, piratées à partir du scan du magazine. La team scanne, et traduit produisant des scantrad qui seront téléchargeables dans un délai de 24h après la publication asiatique sur des plateformes spécialisées. Françoise Paquienséguy a expliqué d’une part le fonctionnement des teams et les idéaux qu’elles portent en montrant en quoi il s’agissait véritablement de communautés de fans à la Jenkins ; de l’autre les différents modèles économiques qu’elles mettent en place en association avec les plateformes qui les diffusent.
  3. Enfin, elle s’est justement intéressée aux plateformes qui permettent la lecture en ligne ou le téléchargement des épisodes offerts en scantrad. Elle remarque d’une part l’ancienneté de ces pratiques de lecture de manga à l’écran, pratiques qui se sont développées il y a presque dix ans maintenant ce qui signifie que bien des lecteurs de manga ont développé une culture de lecture à l’écran qu’elle considère comme savante et augmentée. Savante car les fans maîtrisent l’univers de référence de la série, compétences et connaissances sans lesquelles l’histoire et la narration perdent de leur attrait tant les composants du récit sont concaténés ; augmentée car les fans s’expriment sur les forums proposés par les plateformes ou les teams et discutent à la fois le récit et la traduction proposés sans s’interdire de comparer les traductions des différentes teams en compétition, comparaison qui conduit à une sorte de sélection naturelle par l’usage.

Françoise Paquienséguy conclut son exposé sur trois éléments : elle espère avoir montré que le manga, ses fans, ses teams et ses plateformes était digne d’intérêt scientifique et constitue un vrai sujet (sur lequel elle serait ravie d’accompagner un doctorant par exemple) ; elle insiste sur l’ancienneté de ces pratiques de lecture à l’écran qui entrent en complémentarité avec la lecture papier car les fans non seulement relisent mais collectionnent les volumes de leur série préférée ; elle souligne qu’une fois encore, ici pour un genre littéraire certes particulier mais pas négligeable, le rôle des plateformes de diffusion apparaît à la fois central et structurant des stratégies d’acteurs et ici d’une économie parallèle.

Télécharger le diaporama de l’intervention

 

Elle a eu lieu à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS au 20, rue Berbier-du-Mets, Paris 13ème

IMG_2397

Inscription gratuite mais obligatoire auprès de mathilde.miguet@univ-nantes.fr

Au plaisir de vous retrouver !

Françoise Paquienséguy – Julia Bonaccorsi – Mathilde Miguet