Compte-rendu de la séance du 17 décembre 2012

La deuxième séance du séminaire Ebook AN2 «  Liseuses et lecteurs » a réuni le 17 décembre une dizaine de participants sur cinq sites, la MSH Paris-Nord, L’université de Toulon, l’université de Nantes, l’IUFM de Bordeaux et l’Enssib.

L’exposé a été assuré par Benoît Berthou (présentation en fin d’article), Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13. Intitulé : « La lecture de BD numériques : une commercialisation du livre à repenser ? ». Ce chercheur du LabSic nous a offert une analyse de l’étude quanti et quali menées en 2012, le projet est mené par la BPI, le DEPS, l’université Paris 13 et la CIBDI. Les données sont en cours de dépouillement. Il nous a présenté les premiers résultats de quelques éléments qui vont vers l’hypothèse générale d’une nécessité de repenser la commercialisation du livre.

Son objectif était, dans le cadre de ce séminaire, d’interroger les points de rencontre entre lecteurs de BD, offre éditoriale et contenus numériques.

Dans un premier temps, Benoît Berthou a présenté quelques pratiques émergentes de lecture de BD numérique relevées dans les trois études. Même s’il n’y a pas de points de comparaison dans le temps, puisqu’il s’agit des premières études il apparaît que chez les individus de plus de 11 ans, seuls 14% sont lecteurs de BD numériques contre 86% de non lecteurs. La Bande dessiné ne ferait pas exception par rapport au livre numérique en général. Ce qui va à l’encontre de certaines idées reçues, relayées par le site Izneo , par exemple, qui affirme que la BD serait un genre particulièrement adapté à la lecture sur écran, notamment sur tablette numérique. Or, les études montrent une tendance à la multiplication et à la diversité des supports de lecture (ordinateur, tablette, téléphone mobile, liseuse) selon les contextes de pratique. 18% des lecteurs utilisent le téléphone mobile ce qui est une surprise et renvoi aux usages relevés au Japon. Les études relèvent également le rôle central des bibliothèques comme lieu d’hospitalité pour la lecture de BD, plus que comme rôle de conseil.

Dans un second temps, l’intervenant pose la question du marché de la BD numérique, en existe-il un ? La rentabilité n’est pas prouvée et les points de rencontre entre le lectorat et l’offre présente des marchés de niches. Outre les clivages par âges, pouvoirs d’achat et par sous-genres (Manga, albums, romans graphiques, comics,), Benoît Berthou propose l’idée qu’à la différence de la BD classique, la BD numérique ne serait pas fédératrice. Il présente plusieurs hypothèses pour expliquer ce phénomène notamment celle de l’impossibilité de s’échanger les titres.

Au final et en guise de conclusion, Benoît Berthou pose la question de la valeur qui présente un décalage entre les pratiques et l’offre des Industries culturelles, il parle d’une tendance à l’anti-commercialisation. Les pratiques de la collection et de l’accumulation de titres ne font pas sens en numérique ; les pratiques d’achat sont clairement minoritaires (1% des lecteurs) alors que la circulation illégale est réelle. Les éditeurs français resteraient dans une logique d’éditorialisation alors que les lecteurs attendraient une logique de flux : une incompréhension mutuelle.

La discussion, très riche, qui s’en est suivie a montré l’intérêt de questionner les différences de pratiques de lecture entre la BD classique et l’offre numérique. L’ingéniosité de l’offre serait plus de type commerciale (offres promotionnelles) que sur un dispositifs de lecture innovant ou enrichis. La numérisation relève des points de tension entre éditeurs et auteurs. Les bibliothèques sont totalement oubliées de la diffusion de BD numérique. Au final tel que décrit par Michel de Certeau, les lecteurs « jouent » avec l’offre imposée.

Présentation de l’intervenant : Benoît Berthou est maître de conférences à l’université Paris 13 où il dirige le Master « Culture, Média ». Membre du LABSIC, il mène ses recherches selon deux axes : l’influence des technologies numériques sur la chaîne du livre (en traitant notamment de l’évolution des modes de publication et de commercialisation) et les formes et la place du graphisme dans nos actuels modes de communication (en s’intéressant plus particulièrement au cas de la bande dessinée). A ce titre, Benoît Berthou a créé et fait vivre depuis 2009 deux outils numériques sur la bande dessinée. Le premier outil est un blog scientifique, Les Carnets de la bande dessinée, qui est hébergé sur la plateforme Hypothèses de revues.org. « [Ils] ont vocation à permettre à des chercheurs issus de tous les horizons de s’exprimer et de s’informer [sur la bande dessinée]. Cet espace numérique est ouvert aux enseignants, institutionnels (bibliothécaires, musées…) et acteurs du secteur (auteurs, éditeurs…), c’est-à-dire à tous ceux qui sont susceptibles de favoriser un travail scientifique ayant trait au « 9e art » »[1]. Le second outil est une revue scientifique, inscrite au Directory of Open Access Journal qui s’appelle Comicalités. Etudes de culture graphique. Elle est également hébergée sur revues.org. Comicalités, « organisée autour d’un directeur de la publication, d’un comité scientifique et d’un comité de lecture, publie des études portant sur la bande dessinée, l’illustration, le dessin de presse, la caricature, le dessin animé, le cinéma d’animation, voire le jeu vidéo… »[2].

Téléchargez le diaporama de l’intervention


[2] http://comicalites.revues.org/362