Compte-rendu de la séance du 22 octobre

La première séance du séminaire Ebook AN2 «  Liseuses et lecteurs » a réuni le 22 octobre une vingtaine de participants sur deux sites, la MSH Paris-Nord et l’Enssib dont c’était la première participation.

L’exposé a été assuré par une des responsables du séminaire, Françoise Paquienséguy, professeur de sciences de l’information et de la communication à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon. Intitulé Usages et consommation d’Ebook en France : bilan des études françaises disponibles, il nous a offert une analyse passionnante des études conduites depuis 2010 et de leurs résultats.

Dans un premier temps, recensant de façon quasi-exhaustive les études réalisées en France, F.Paquienséguy a mis en avant la diversité des commanditaires de ces études qu’elle classe en trois catégories : les spécialistes, les nouveaux entrants dans la filière, et les spécialistes auto-proclamés. Elle a également souligné la coexistence de deux types d’études, celles tenant plus du sondage que de l’analyse et celles portées par des visées prospectives. Cette profusion, cette variété ont été analysées comme un succès croissant pour la thématique, également porteuse de questionnements récurrents sur l’avenir et la constitution du marché. Ces sources, très hétéroclites, sont finalement difficiles à exploiter car chacune est spécifique et aucunes des questions traitées ne se recoupent.

C’est pourquoi, dans un second temps, elle a cherché à mettre en avant les éléments communs issus de l’ensemble des résultats pris en compte. Un profil type de lecteur se dessine ainsi, les genres les plus lus émergent également, comme les technologies de lecture les plus sollicitées, mais son exposé, minutieux et fouillé ne s’est pas limité à ces seuls points, elle a traité le sujet en répondant à une série de questions « façon Laswell » : Qui lit ? Qui lit Quoi ? Qui lit sur quoi, sous quoi ? (quels formats) Qui lit comment ? Qui lit où ? Qui paie quoi ? La  restitution complète de son analyse se fera ultérieurement sous la forme d’un article à venir.

Au final, elle met l’accent, grâce à une analyse très pertinente aujourd’hui, sur le paradoxe suivant : moins de 5% des français lisent aujourd’hui un livre numérique ; mais ceux qui en lisent sont de grands lecteurs, souvent assidus.  Un élément complémentaire vient le renforcer et le questionner : les liseuses sont actuellement le support le moins bien représenté, et le moins vendu de l’ensemble des technologies numériques de lectures disponibles sur le marché français alors même que leurs possesseurs sont des grands lecteurs.

La discussion, très riche, qui s’en est suivie a montré l’intérêt de questionner la véritable nature du livre numérique – finalement qu’est-ce que c’est qu’un livre numérique – ; la nécessité à prendre en compte le côté addictif de la lecture et tout particulièrement de la lecture de genre, la plus lue sous forme numérique, en le rapprochant des pratiques d’écran, tout aussi addictives ; la légitimité des liseuses comme terrain d’études des pratiques de lecture puisque ce sont elles qui attirent les grands lecteurs ; etc